Nous suivre Industrie Techno

Avis d'expert

[Avis d’expert] L’économie circulaire, une opportunité pour réinventer l’industrie en profondeur

Industrie et Technologies
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Avis d’expert] L’économie circulaire, une opportunité pour réinventer l’industrie en profondeur

© Jon Charles Photography

L’industrie doit désormais composer avec les exigences de l’économie circulaire. Au-delà des contraintes réglementaires, il s’agit d’une formidable opportunité pour réinventer notre modèle industriel selon les prévisions de Colin Elkins, vice-président d’IFS Manufacturing.

 

Avec la pandémie, les chaînes d'approvisionnement perturbées, le changement climatique, certaines instabilités politiques et une pénurie croissante de matières premières : les vicissitudes de 2020 ont permis une prise de conscience pour de nombreuses organisations. Un parallèle peut être établi avec les habitants de l'Inde qui ont pu voir l'Himalaya pour la première fois depuis des décennies, grâce à la pureté du ciel.

2021 sera sans aucun doute une année charnière en termes de défis posés à l'industrie manufacturière mondiale. En effet, les industriels sont résolus à se concentrer sur la durabilité et l’économie circulaire. Ils commencent à repenser la façon dont ils conçoivent, produisent les biens avec le moins de déchets possible, la façon dont ils les expédient et la façon d’aborder ce marché en pleine croissance de la réparation et du recyclage après-vente.

Outre l’aspect environnemental, les entreprises pariant sur l’approche circulaire bénéficient d’une efficacité accrue, attrait du public, des actionnaires et investisseurs, d’une meilleure rétention des employés et une réduction du risque de céder des parts de marché à concurrents se remettant en question plus rapidement.

Dans ce contexte, plusieurs tendances se dégagent pour 2021.

Processus industriels et usines se transforment avec l’essor des circuits fermés

L'économie circulaire presse les entreprises à réexaminer leurs processus de travail non seulement pour améliorer qualité et rentabilité, mais aussi parce qu'une chaîne d'approvisionnement efficace consomme moins d'énergie, de ressources et produit moins de déchets.

DyeCoo, une entreprise textile néerlandaise a mis au point un procédé de teinture sans eau. En utilisant du dioxyde de carbone recyclable sous haute pression au lieu de l'eau, l'entreprise peut fabriquer son produit en deux fois moins de temps, en utilisant une fraction de l'énergie des méthodes traditionnelles.

Au-delà des procédés de production, un nombre croissant d’industriels alertés sur ces problématiques passent en revue leurs usines et leurs actifs immobilisés pour opérer en circuit fermé. En modernisant ou adaptant leurs équipements, les entreprises peuvent optimiser leur utilisation des combustibles fossiles, éliminer les déchets et réduire la pollution.

En 2021, une accélération majeure se fera sentir pour trouver, réinventer des procédés et transiter vers l'économie circulaire aux bénéfices de l’environnement et des consommateurs. Les éditeurs de logiciels doivent prendre la mesure de ce phénomène pour générer des outils capables de gérer les rouages de l’économie circulaire.

Concevoir et développer des produits de façon circulaire

La transition se fera aussi via la servitisation, c'est-à-dire la vente des résultats d'un produit plutôt que du produit lui-même. Cette dernière implique que les produits doivent être conçus pour durer.

Dans l’économie linéaire, les industriels profitaient de l'obsolescence de leurs produits pour tirer profit d'un marché lucratif de pièces de rechange et service après-vente. Aujourd'hui, les fabricants passent à une production circulaire, où construire pour le long terme est la seule voie de sortie. Par exemple, un fabricant d'appareils d'éclairage qui vend de la lumière comme service à un aéroport voudra naturellement construire des ampoules aussi durables que possible pour maximiser le temps de fonctionnement et les revenus.

Un autre trait majeur des produits circulaires est la réparabilité. Il n'est plus possible par exemple, de forcer les clients à se débarrasser de produits fonctionnels simplement parce qu'un composant doit être mis à niveau. Les fabricants se mettent à anticiper la réparabilité dès la phase de conception. Dell, par exemple, conçoit ses ordinateurs portables Latitude dans cette optique. En utilisant des éléments tels que des piles amovibles, des fixations normalisées et en éliminant le mercure et les adhésifs, l’entreprise est en mesure de produire des ordinateurs portables recyclables à hauteur de 97 %.

Pour les fabricants, l'argument en faveur du recyclage est solide : si une entreprise peut récupérer de vieux produits et réutiliser facilement tout ou partie des matières premières, elle peut réduire massivement ses coûts.

2021 sera l'année où réparation, recyclage et longévité deviendront des facteurs clefs. Les entreprises qui ne mesurent pas l’ampleur de ces changements risquent d'être tout simplement exclues de l'économie circulaire.

Le reconditionnement sert le recyclage et vice versa

Le reconditionnement va connaître une croissance exponentielle dans les trois années à venir. Pilier de l'économie circulaire, il attire l'attention aussi bien de nouveaux arrivants que des acteurs historiques. Rien qu'en Europe, le secteur génère un chiffre d'affaires de 30 milliards d'euros et emploie 190 000 personnes. Pourtant, les produits qui en sont issus ne représentent encore qu’une infime partie des biens, il y a un énorme potentiel de croissance.

Pour tirer parti des produits recyclés, les fabricants doivent mettre en place une organisation axée sur les services. Après tout, si les entreprises veulent transformer un produit existant en un nouveau produit, elles doivent en assurer la traçabilité. Il faut avoir accès à des informations sur ce qui a été vendu au client au départ, sur les composants intégrés et, en fonction de l'âge et de l'état du produit, les points de défaillance probables. Si les données sont saisies et facilement accessibles, les entreprises de reconditionnement peuvent remplacer les composants par des matériaux recyclés.

En tant que moteur de la reconversion, le recyclage jouera un rôle de plus en plus vital dans l'économie circulaire, porté par une législation qui se durcira en 2021 et au-delà.

Les principaux obstacles au recyclage industriel sont la séparation des matières premières, la collecte et le manque de contrôle pour suivre les marchandises retournées pour réparation. Toutefois, si des obstacles existent, les progrès technologiques accompagnant cette logique du recyclage, sont encourageants. A ce titre, rien qu’au Royaume-Uni, on estime que plus de 50 millions de litres de peintures sont gaspillés chaque année. Alors que les pots de peinture ouverts étaient considérés comme irrécupérables, il existe aujourd'hui des entreprises de désencrage de la peinture et de réintégration des matières premières.

L’économie circulaire comme force centrifuge

La Covid-19 a suscité un sentiment d'urgence dans l'industrie en ce qui concerne la durabilité et l'économie circulaire. En 2021, il y aura une accélération sans précédent sur l'efficacité des processus et des usines, le recyclage et le reconditionnement. S’il est difficile de prédire à quoi ressemblera le paysage industriel dans cinq ans, il y a tout de même une certitude : les entreprises qui ne peuvent ou ne veulent pas suivre l'économie circulaire aujourd'hui seront sans aucun doute laissées de côté.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

[Avis d'expert] Quand l'impression 3D permet d'optimiser la dynamique des fluides

Limitée par les technologies de fabrication traditionnelles, l’optimisation de la dynamique des fluides trouve une nouvelle alliée[…]

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

Chez Safran, l’impression 3D fait ses preuves pour les pièces structurelles de grandes dimensions

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

« L’impression 3D béton va enfin permettre au secteur de la construction de maîtriser son empreinte carbone », estime Alain Guillen, directeur général d’XtreeE

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Dossiers

Composites : L'injection RTM s'adapte pour réduire les temps de cycle

Plus d'articles