Nous suivre Industrie Techno

Avis d'expert : à Singapour, des immeubles construits comme des Légos

Avis d'expert : à Singapour, des immeubles construits comme des Légos

Les résidences étudiantes de l'Université Technologique de Nanyang ont été construites à partir de modules de béton empilés les uns sur les autres. Bientôt, les modules pourraient même être imprimés en 3D.

Le gouvernement de Singapour encourage fortement des techniques de construction innovantes dans le but d’améliorer la productivité et de diminuer la main d’œuvre sur un chantier. Alcimed, société de conseil en exploration de nouveaux marchés, fait le point sur ces innovations, notamment les avancées du préfabriqué et de la numérisation des projets de construction.

Dans l’optique d’une croissance de l’industrie de la construction et de la diminution du nombre de travailleurs migrants sur chantier, le Building and Construction Authority (BCA), qui fait partie du Gouvernement de Singapour, a mis en place en 2010 un plan d’amélioration de la productivité. La deuxième phase du plan, lancée fin 2015, prévoit des financements à hauteur de 300 millions d’euros pour encourager une  professionnalisation des travailleurs locaux ainsi que l’adoption de technologies innovantes du Design for Manufacturing and Assembly (DFMA). Le DFMA est une approche visant à améliorer la qualité et l’efficacité des projets, et de techniques innovantes associées comme le Precast Pre-finished Volumetric Construction (PPVC), le Virtual Design and Construction (VDC) et même l’impression 3D de bâtiments.

Des techniques de construction innovantes

Le Precast Pre-finished Volumetric Construction – PPVC est une méthode de construction qui consiste à utiliser des modules de béton préfabriqué incluant second oeuvre, finitions et accessoires. Ceux-ci sont ensuite assemblés sur site comme des legos. Des modules contenant des salles d’eau appelés Prefabricated Bathroom Units (PBU) sont souvent inclus à ces constructions. La technique du PPVC diminue les besoins en main d’oeuvre jusqu’à 50 % et réduit de 20 % les temps de construction. Singapour encourage activement le PPVC et le PBU dans les nouvelles constructions. Le BCA  propose des financements afin de pallier aux coûts supplémentaires liés au transport, qui peuvent atteindre 15 % de plus qu’avec des méthodes traditionnelles. Enfin, dans le plan de vente de terrains du gouvernement de 2014 des conditions sont imposées aux constructeurs : 65 % des constructions doivent être en PPVC et 65 % des salles d’eau doivent être des PBU. Les initiatives du gouvernement prennent réalité avec trois projets phares : la construction de résidences étudiantes au Nanyang Technological University ; l’extension de l’hôtel Crowne Plaza de l’aéroport Changi et enfin, un ensemble d’immeubles résidentiels à Camberra Drive qui est à ce jour le plus important projet de PPVC en Asie, voire dans le monde.

Le Virtual Design and Construction est un ensemble de solutions qui permettent d’optimiser la planification en amont afin d’avoir une meilleure gestion des projets. Une des étapes clef est la modélisation 3D des bâtiments avec des outils comme le Building Information Modeling (BIM). Avec de telles méthodes, tous les acteurs (designers, constructeurs, clients, producteurs de modules préfabriqués…) travaillent sur la même interface virtuelle afin de résoudre le maximum de problèmes avant la construction du bâtiment. Cette technique est complémentaire des constructions en PPVC qui ne laissent pas de flexibilité sur chantier et nécessitent donc une planification rigoureuse en amont. L’utilisation de BIM à Singapour a vu une évolution croissante depuis 2010. En effet, deux tours de financements du BCA ont eu lieu en 2013 et 2015 avec à ce jour 700 entreprises bénéficiaires des financements d’un montant total de 14 millions d’euros. Singapour est actuellement le leader mondial dans le domaine et a rendu obligatoire cette année l’utilisation du BIM pour tout projet de construction privé qui excède 5 000 m² de superficie au sol.

Singapour prépare aussi le futur en envisageant des solutions révolutionnaires d’impression 3D de bâtiments. C’est au Singapore center for 3D printing que la recherche est menée sur l’impression d’éléments structurels en béton pour construire des modules à assembler sur chantier. Le gouvernement a investi 135 millions d’euros dans ce centre pour trouver des solutions d’impression 3D dans le bâtiment. Pour ce faire, un  ciment spécial sera conçu. Le projet sera présenté cette année au gouvernement pour accord et le premier prototype de bâtiment imprimé est attendu d’ici trois ans.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La soie d'araignée pour des actionneurs de nouvelle génération

La soie d'araignée pour des actionneurs de nouvelle génération

Des chercheurs du Massachussets Institute of Technology (MIT) ont découvert que les fils de soie d'araignée avaient la[…]

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Mobilité hydrogène, mini-usine médicale, composites thermoplastiques… les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles