Nous suivre Industrie Techno

Avion à hydrogène : Airbus, Air Liquide et groupe ADP s’associent pour imaginer les aéroports de demain

Aline Nippert
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avion à hydrogène : Airbus, Air Liquide et groupe ADP s’associent pour imaginer les aéroports de demain

© Groupe ADP

Lundi 21 juin, Air Liquide, Airbus et Aéroports de Paris ont annoncé le lancement d’études d’ingénierie, par le biais d'un communiqué, dans l’optique d’adapter les infrastructures aéroportuaires à l’arrivée d’avions à hydrogène d’ici à 2035.

À quoi pourrait ressembler un aéroport accueillant une flotte d'avions à hydrogène ? Pour répondre à cette question et être en mesure d'adapter l’écosystème aéroportuaire à ces avions de rupture prévus à horizon 2035, Air Liquide, Airbus et Aéroports de Paris ont annoncé, lundi 21 juin, avoir signé « un protocole d’accord » qui prévoit le lancement d’études d’ingénierie, en amont de la mise en place d’infrastructures. L’avionneur européen Airbus a en effet lancé le programme ZEROe, dont l’objectif est de développer un court-moyen courrier propulsé à l’hydrogène liquide en moins de 15 ans.

Une étude assez générale sera d’abord réalisée auprès d’une trentaine d’aéroports dans le monde pour « déterminer les configurations du développement et de l’approvisionnement en hydrogène liquide », est-il précisé dans le communiqué. À partir de cette enquête, « des scénarios et plans détaillés pour définir les infrastructures requises, le dimensionnement et l'implantation » seront ensuite élaborés pour les deux principaux aéroports parisiens, à savoir Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly.

Un hub de mobilité hydrogène

Ce type d'étude s'avère indispensable, compte tenu des défis technologiques propres à l’hydrogène liquide. Comme ce carburant entre en ébullition dès que la température dépasse - 253°C, des technos cryogéniques sont requises pour stocker ou transporter l'hydrogène sous forme liquide. Et toute fuite, facilitée par la petite taille de la molécule, est à prévenir absolument : elle risque en effet de provoquer une explosion.

En termes d'infrastructures, le transport de l’hydrogène cryogénique depuis les installations de l’aéroport vers les réservoirs des avions représente d'ailleurs l'une des plus grosses difficultés. « Transporter de l’hydrogène à - 253°C dans des tuyaux est un sacré défi technologique… », soulevait récemment Thierry Poinsot, du Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (Cerfacs), interrogé dans le cadre de notre enquête sur l’avion à hydrogène, paru dans notre dossier consacré à la décarbonation de l’aviation.

Le reste de l'écosystème hydrogène pourrait s'intégrer dans un schéma plus classique. « Nous aurons probablement une sorte de hub à proximité de l’aéroport, où l’on produira l’hydrogène liquide nécessaire à l’ensemble d’une région pour alimenter les aéroports, les stations à hydrogène gazeux, les gares », anticipait Pierre Crespi, le directeur de l’innovation chez Air liquide Advanced Technologies, interrogé lors de cette même enquête. « Certains gros aéroports s’équiperont peut-être de pipelines d’ici à 2050. Mais dans un premier temps, il n’y aura pas suffisamment d’avions pour installer un site de production et des canalisations au sein de l’aéroport », a poursuivi M. Crespi.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles