Nous suivre Industrie Techno

Avec sa sélection par le fonds Deeptech de Bpifrance, Lhyfe enfonce le clou dans la production d’hydrogène « vert »

Xavier Boivinet
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec sa sélection par le fonds Deeptech de Bpifrance, Lhyfe enfonce le clou dans la production d’hydrogène « vert »

Vue d'artiste du site de production d'hydrogène et du centre de R&D de Lhyfe qui doivent être construits cette année à Bouin, en Vendée.

© Lhyfe / Essentiel architectes - Challans

L'entreprise vendéenne Lhyfe, qui souhaite produire de l'hydrogène « vert » à partir d'eau de mer et d'énergie renouvelable, a annoncé le 3 juin sa sélection par le fonds Deeptech de Bpifrance. Le fonds doit financer la moitié des 5,5 millions d'euros d'investissements supplémentaires en R&D prévus pour 2020-2022. Un apport qui complètera la levée de fonds de 8 millions bouclée fin 2019.

Lhyfe a annoncé le 3 juin avoir été sélectionné pour bénéficier du « fonds Deeptech » de Bpifrance. Cette aide couvrira la moitié des 5,5 millions d’euros que l’entreprise vendéenne compte investir dans la recherche et développement (R&D) pour les trois années à venir. Ces 5,5 millions « seront notamment destinés à nouer des partenariats avec des organismes scientifiques français et internationaux, comme le CEA », précise l’entreprise dans un communiqué. Cet investissement s'ajoutera aux 2,8 millions d'euros déjà investis pour la création de son centre de R&D à Bouin (Vendée).

Lhyfe avait dévoilé le 16 janvier dernier son intention de produire de l’hydrogène « vert » - obtenu par électrolyse de l'eau en utilisant de l'électricité d'origine éolienne. Le même jour, l’entreprise avait également annoncé avoir bouclé fin 2019 une première levée de fonds de 8 millions d'euros auprès de cinq acteurs privés et publics : Noria, le Syndicat d’Energie de Vendée (SyDEV) et sa SEM Vendée Energie, Ovive, Ouest Croissance et Océan Participations. Objectif de cette levée de fonds : industrialiser la technologie et multiplier les sites.

Vers une production de 300 kg/jour d'hydrogène en 2021

Un premier site de production de 4000 m2 devrait voir le jour près de Bouin dès le premier semestre de cette année. Directement branché à trois turbines d'un parc éolien, l'électrolyseur devra notamment gérer l'intermittence de l'alimentation en électricité. L'hydrogène sera produit à partir d'eau de mer dessalée. La fourniture de 300 kilogrammes d’hydrogène par jour est prévue au premier semestre 2021. Le gaz produit sera ensuite purifié, compressé et stocké dans des réservoirs sur des camions qui le livreront vers leurs lieux de consommation.

Dans un premier temps, les usages seront principalement liés à la mobilité. A terme, l’entreprise nantaise souhaite multiplier ce type de site et emmener sa technologie au large en la couplant à des éoliennes en mer.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine, l’avion commercial à hydrogène de Zeroavia devient réalité

Pour bien commencer la semaine, l’avion commercial à hydrogène de Zeroavia devient réalité

Alors qu’Airbus a dévoilé en début de semaine dernière trois concepts d’avions de ligne[…]

[Vidéo] Zeroavia fait voler son avion électrique à hydrogène pour la première fois

[Vidéo] Zeroavia fait voler son avion électrique à hydrogène pour la première fois

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Tests salivaires, batterie de Tesla et réalité virtuelle… le best of de la semaine

Batteries Li-ion : les défis qui attendent les futures gigafactories européennes

Batteries Li-ion : les défis qui attendent les futures gigafactories européennes

Plus d'articles