Nous suivre Industrie Techno

Avec Energy Observer, Toyota va tester la pile à hydrogène de sa Mirai en mer

Xavier Boivinet
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec Energy Observer, Toyota va tester la pile à hydrogène de sa Mirai en mer

La pile à hydrogène de Toyota s'ajoute à celle du CEA déjà présente sur Energy Observer.

© Energy Observer Productions - Amélie Conty

Pour sa prochaine odyssée qui devrait débuter le 17 février, Energy Observer embarque une nouvelle pile à hydrogène. Fournie par Toyota et adaptée de sa voiture à hydrogène Mirai, elle sera testée en environnement marin lors de cette dernière expédition du navire. Celle-ci devrait durer jusque 2023 et embarquera également plus de panneaux photovoltaïques et de nouvelles hélices.

Pour laver son linge, l’équipage d’Energy Observer reviendra à des méthodes plus rustiques. L’emplacement occupé autrefois par la machine à laver du navire accueille maintenant une nouvelle pile à combustible développée par Toyota. « Nous aimerions comprendre comment l'opération en mer affectera notre pile », indique Luc Vercauteren, responsable de la conception des motopropulseurs chez Toyota lors d’un point presse organisé le 12 février en amont du prochain départ du navire autonome en énergie. Si les conditions le permettent, le bateau devrait quitter Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), son port d'attache, lundi 17 février.

Les composants principaux de la pile ne changent pas par rapport à celle de la Mirai. « Nous avons essentiellement regroupé les pièces dans un espace plus petit et adapté les raccordements », précise M. Vercauteren. Elle a également été adaptée à l’environnement marin : « Nous avons ajouté un filtre pour enlever le soufre de l'air marin, qui en contient beaucoup, afin d’éviter qu’il n’entre dans la pile », ajoute-t-il. Une pile jumelle a été installée dans le centre de recherche de Toyota à Zaventem (Belgique) afin de pouvoir effectuer des tests en cas de problème sur celle d’Energy Observer.

Complément à la pile du CEA

Accompagnée de compresseurs et d’un onduleur, cette pile vient s’ajouter, à bâbord, à celle déjà présente à tribord depuis 2017 et fournie par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Celle-ci avait été conçue spécifiquement par le CEA pour Energy Observer et sa puissance était de 22 kW. Celle de Toyota affiche une puissance maximum de 115 kW mais n’en utilisera que la moitié « pour optimiser son rendement », précise-t-on chez Energy Observer.

En plus de la pile à combustible, le navire emporte d’autres améliorations. La surface de panneaux solaires a augmenté, passant de 165 m2 à 202 m2 pour atteindre 34 kWc. Installées lors de la précédente expédition, les ailes OceanWings ont été optimisées. « Elles sont un vrai atout et nous ne les supprimerons pas », assure Victorien Erussard, fondateur et capitaine d'Energy Observer. Par rapport à la consommation du bateau avant leur installation, les ingénieurs estiment que les ailes ont permis d’économiser 44 % d’énergie.

Nouvelles hélices

Les hélices situées sous le bateau ont été remplacées par de nouveaux prototypes d’hélices à pas variable fournis par la société anglaise Bruntons Propellers. Capables d’adapter automatiquement l’angle de leurs pâles en permanence, elles offriront plusieurs avantages selon M. Erussard : « Elles amélioreront la vitesse du bateau lorsqu’il sera propulsé par ses ailes en apportant un gain en propulsion au-delà de celle créée par le vent ou en se mettant en drapeau pour réduire jusqu’à 85 % la traînée hydrodynamique. »


Sur les nouvelles hélices, chaque pâle peut tourner autour de son point d'accroche. (Crédit photo : Energy Observer Productions - George Conty)

En début de semaine prochaine, Energy Observer partira pour sa nouvelle odyssée. Première étape : le Japon en août prochain pour les jeux olympiques de Tokyo. Puis direction la Californie, l’Océanie, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique du Sud et enfin New York en 2023. Un véritable tour du monde de quatre ans qui devrait se terminer par une dernière traversée de l’Atlantique pour rejoindre Saint-Malo. Dernière étape qui signera probablement la fin de l’aventure du bateau, estime son capitaine : « Nous le laisserons probablement se reposer proche d’un musée maritime. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Ariane 6, bus électrique, Volkswagen ID.3… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Trafic maritime, cybersécurité, avion électrique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Trafic maritime, cybersécurité, avion électrique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Energy Observer, IA médicale, réacteur Iter… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles