Nous suivre Industrie Techno

Avec DeepMind, Google mise sur l'intelligence artificielle

Sophie Eustache
Avec DeepMind, Google mise sur l'intelligence artificielle

© dr

Google vient d’acquérir DeepMind, une start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle, pour 400 millions de dollars. Le géant de l’Internet semble particulièrement intéressé par le modèle de réseau de neurones artificiels, que la société avait présenté lors du Neural Information Processing à Montréal, fin décembre.

DeepMind, que Google vient d’acquérir, est une start-up spécialisée dans le développement d’intelligence artificielle. Pour construire des algorithmes d’apprentissage en profondeur (deep learning), DeepMind travaille autour des techniques d’apprentissage des machines et des systèmes basés sur les neurosciences. Une technologie intéressante pour Google, qui a créé une équipe dédiée au Deep Learning en 2011, explique 01.net.

Le Deep Learning permet de développer des technologies, déjà intégrées, comme la reconnaissance vocale sur Android ou l’identification automatique des photos sur les réseaux sociaux.

Stratégie d'acquisition

Au cours de l'année passée, Google a acheté 11 sociétés, dans des secteurs aussi variées que la robotique, la dataviz, les éoliennes, le traitement d'information ou encore la cartographie. Retrouvez-en le détail en naviguant dans notre Pearltree.

Les acquisitions de Google : la stratégie de l'exhaustivité ? dans Sophie_Eustache (sophie_eustache)

Share anything on Android by downloading Pearltrees

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Hydrogène vert, souveraineté du cloud et Lab Robotique, le best of de la semaine

Cette semaine, vous avez été nombreux à vous intéresser à la technologie d’électrolyse alcaline que[…]

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

« Que Bpifrance choisisse AWS quand le président de la République réclame la souveraineté numérique, ce n'est pas acceptable ! », assène Frans Imbert Vier (Ubcom)

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

Interview

Michel Morvan, président de Cosmo Tech : l'amoureux de la complexité

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

StopCovid : La France prépare une appli plus performante en cas de deuxième vague

Plus d'articles