Nous suivre Industrie Techno

Avec 74 satellites en orbite, OneWeb fait faillite

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec 74 satellites en orbite, OneWeb fait faillite

© Twitter // @Arianespace

N'ayant pu conclure une levée de fonds importante pour sécuriser son projet, OneWeb a annoncé le 27 mars avoir déposé le bilan et licencié une partie de ses effectifs. L'entreprise venait d'ajouter 34 nouveaux satellites à sa constellation le 21 mars dernier, portant leur nombre total à 74. A terme, l'objectif était d'en placer plus de 650 pour fournir un accès internet haut-débit à toute a planète.

OneWeb voulait fournir un accès internet haut-débit à toute la planète grâce à une constellation de plus de 650 satellites. Après en avoir mis 74 en orbite, le projet s’arrête net : l’entreprise a annoncé le 27 mars s'être mise sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites et s’être séparée d’une partie de ses effectifs.

Victime du Covid-19

L’entreprise précise dans un communiqué que cette décision est due aux conséquences de l’épidémie de Covid-19 : « Depuis le début de l’année, OneWeb était engagée dans des négociations avancées concernant des investissements qui auraient entièrement financé son déploiement et son lancement commercial. Alors que nous étions proche d’obtenir ce financement, la démarche n’a pas abouti à cause de l’impact financier et des turbulences du marché dus à la propagation du Covid-19. »

Selon le Financial Times, OneWeb était en discussion avec SoftBank concernant une levée de fonds de 2 milliards de dollars. L’entreprise avait jusque-là levé 3,4 milliards de dollars depuis sa création auprès d’acteurs comme Airbus, Virgin Group ou Qualcomm.

Dernier lancement le 21 mars

Le Financial Times indique que seules quelques personnes continueront à travailler pour OneWeb pour gérer les satellites déjà en orbite. Le lancement des 6 premiers de la constellation avait eu lieu le 27 février 2019. Le dernier remontait au 21 mars 2020 avec une grappe de 34 satellites lancés depuis Baïkonour (Kazakhstan). A terme, l’entreprise espérait en placer plus de 650 en orbite pour une couverture internet à haut-débit partout sur la planète.

En plus de ses 74 satellites mis en orbite, l’entreprise précise dans son communiqué avoir commencé le développement de terminaux utilisateurs. Elle indique aussi avoir mis en place - ou être en train de développer - la moitié de ses 44 stations au sol, et réalisé avec succès des démonstrations de son système large bande avec des débits de 400 Mégabits par seconde et une latence de 32 millisecondes.

Une usine toute neuve en Floride

Après le lancement des six premiers satellites construits dans une usine pilote de Toulouse, OneWeb Satellite - coentreprise entre OneWeb et Airbus Defense & Space - avait inauguré le 22 juillet 2019 un nouveau site de production à Merritt Island (Floride, Etats-Unis) pour produire les suivants. Première installation à utiliser des techniques de production de masse à l'échelle industrielle pour les satellites, elle devait produire deux satellites par jour d’ici 2020. Une cadence rendue possible notamment grâce à l’installation de deux lignes de production fournies par Latesys (ex-Latécoère Services).

Malgré la faillite de OneWeb, d’autres projets similaires sont toujours actifs. Depuis le premier lancement réalisé dans la nuit du 23 au 24 mai 2019, SpaceX les enchaîne par grappes de 60 satellites pour son projet Starlink. Le sixième et dernier en date a eu lieu le 18 mars 2020, portant à 360 le nombre de satellites de la constellation en orbite. Amazon est également dans la course : le géant du e-commerce et du cloud a officialisé sa demande le 4 juillet 2019 auprès de la Commission fédérale des communications américaine (FCC). Il prévoit de déployer 3 236 satellites dans l’orbite terrestre basse pour fournir un accès internet très haut débit aux Etats-Unis et « dans de nombreux autres pays ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L'ESA choisit Airbus pour rapporter sur Terre les premiers échantillons martiens

L'ESA choisit Airbus pour rapporter sur Terre les premiers échantillons martiens

L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé le 14 octobre avoir confié à Airbus la maîtrise[…]

15/10/2020 | SpatialThales
Zoom sur les deux modules de Thales Alenia Space pour la station spatiale en orbite lunaire de la Nasa

Zoom sur les deux modules de Thales Alenia Space pour la station spatiale en orbite lunaire de la Nasa

Dynetics dévoile une maquette de test pour son module d'alunissage habitable

Dynetics dévoile une maquette de test pour son module d'alunissage habitable

Le lanceur européen Vega valide un dispenseur pour envoyer des petits satellites en orbite basse

Le lanceur européen Vega valide un dispenseur pour envoyer des petits satellites en orbite basse

Plus d'articles