Nous suivre Industrie Techno

Aux GaroCamp Days, toutes les technologies pour les festivals

CLAIRE LECOEUVRE
Aux GaroCamp Days, toutes les technologies pour les festivals

Les Garocamp Days regroupent des débats sur les technologies au service des festivals

L'été est aussi la période des festivals. Dans cette série, nous vous proposons de découvrir les technologies associées à ces grands rassemblements festifs. Premier volet aujourd'hui sur les GaroCamp Days, organisées par le festival GaroRock. Ces journées de rencontre ont précisément porté sur les technologies utilisées dans les événements culturels. Une initiative jusqu’à présent unique, grâce à laquelle de nombreuses idées et start-up ont été mises en avant.

C’est la toute première fois qu’un festival –le GaroRock- organise des journées de réflexions autour de nouvelles technologies destinées à améliorer l’expérience des festivaliers. Du 29 au 30 juin 2016, se sont tenues les GaroCamp Days, les premières rencontres B2B des grands événements connectés. En parallèle le concours Garonne start-up a récompensé trois projets innovants. Les lauréats ont pu tester leurs solutions au cours de la vingtième édition du festival GaroRock.

Les festivals s’ouvrent de plus en plus à des innovations pratiques et ludiques pour les festivaliers. C’est ainsi que le GaroRock a testé une solution de paiement dématérialisé dès 2015, avec un support cashless vendu par Intellitix. Plus besoin d’emporter son porte-monnaie ou sa carte de crédit, tout tient dans un bracelet.

L’une des importantes questions de ces structures reste la gestion de l’arrivée brutale de milliers de personnes. « Mieux intégrer un festival sur son territoire en améliore la gestion. Nous avons beaucoup à apprendre d’autres types d’événements qui ont les mêmes besoins mais sont plus organisés », analyse Marc Sahraoui, chargé de mission numérique pour l’agglomération Val de Garonne.

Mais si des outils émergent réellement depuis l’an dernier, personne n’a vraiment de recul sur leurs usages. D’où l’intérêt de créer des journées d’échanges pour l’agglomération qui accueille le GaroRock. « Deezer vient par exemple parler de la mise en place des données. Car elles sont utilisées de la même manière par eux ».

Si les solutions technologiques à des problèmes pratiques et récurrents plaisent de plus en plus aux organisateurs, ce n’est pas uniquement pour le bien-être des festivaliers… « Le big data c’est l’or noir des entreprises de services, raconte le chargé de mission. L’objectif est de conserver la relation avec le festivalier pour créer un lien à long termeLes métadonnées récoltées permettent de connaître les habitudes de consommation et donc de proposer des services aux festivaliers. Le cashless est un des outils de recueil de données. Pour les organisateurs, cela permet de dire combien de personnes sont passées sur tel ou tel stand. Les sponsors veulent des résultats quantitatifs pour exploiter leur image », reprend Marc Sahraoui.

« Sur ces sujets, il n’y a pas de point de rencontre en dehors des GaroCamp Days. C’est une très très bonne surprise, d’autant que le projet est arrivé très rapidement ». L’initiative a en effet connu une vraie course contre la montre pour se monter. A l’origine, la réflexion est née du désir des collectivités de conserver une dynamique avec des jeunes actifs. « Sur le territoire, nous avons une problématique : les porteurs de projets partent tous à Bordeaux, explique le chargé du numérique. Nous nous sommes donc réunis en septembre 2015 pour voir ce que l’on pouvait faire ensemble avec tous les acteurs locaux. Nous avons décidé de faire un concours de start-up pour attirer les porteurs de projets. Mais pour se distinguer, nous ne pouvions pas utiliser l’agriculture avec les tomates de Marmande, ni les jeux vidéo. Finalement, les 20-30 ans connaissent la région grâce au GaroRock. On est donc allés voir les organisateurs. C’est comme cela que le GaroRock a intégré les bracelets cashless d’Intellitics. Puis ensemble, nous avons créé une filiale : GaroEvent.

A partir de là, tout s'est enchaîné assez vite. « Le GaroRock est l’équivalent d’un gros industriel dans une filière, il fait office de locomotive. Nous avions un distributeur, il nous restait à trouver un acteur pour l’organisation. On a planché avec l’office de tourisme sur un évènement autour du numérique. Ils avaient déjà ça en tête depuis quelques années, ils ont ressorti leurs dossiers et nous avons trouvé un accord en février sur la thématique « Innovation dans l’organisation de grands évènements ». C’était très court, donc, pour l’organiser en juin, mais le résultat est plus qu’encourageant ». L’initiative sera retentée l’an prochain pour travailler sur des questions plus logistiques. « C’est à refaire l’an prochain, quitte à avoir peut-être deux catégories. Une plus axée sur la logistique, la gestion du territoire et l’autre sur les services aux festivaliers », poursuit Marc Sahraoui. Cette fois-ci, peut-être que le côté écologique primera sur la publicité faite grâce aux données recueillies.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Festivals : Des smartphones chargés tout le temps et partout

Festivals : Des smartphones chargés tout le temps et partout

L'été est aussi la saison des festivals. Dans cette série, nous vous proposons de découvrir les technologies qui[…]

Electroménager : Boulanger lance les pièces détachées imprimables en 3D

Electroménager : Boulanger lance les pièces détachées imprimables en 3D

Tally surveille l’approvisionnement des rayons en permanence

Tally surveille l’approvisionnement des rayons en permanence

Noël Tech 2015 : Le PLM se cache derrière la lingerie fine chez Triumph

Noël Tech 2015 : Le PLM se cache derrière la lingerie fine chez Triumph

Plus d'articles