Nous suivre Industrie Techno

« Aux Etats-Unis, les start-up innovantes se mettent au service du nucléaire », Gene Grecheck, président de l'Association Nucléaire Américaine

« Aux Etats-Unis, les start-up innovantes se mettent au service du nucléaire », Gene Grecheck, président de l'Association Nucléaire Américaine

Aux Etats-Unis, l’énergie nucléaire fournit 20 % de l’électricité et 60 % de l’électricité décarbonnée. Le gouvernement américain entend utiliser encore plus l'énergie nucléaire, qu'il estime adaptée à la lutte contre le changement climatique. La Maison Blanche organisait ainsi le 6 novembre, à quelques semaines de la COP21, son premier « Summit on Nuclear Energy », pour réaffirmer l’importance du nucléaire dans son mix énergétique et présenter des outils d’optimisation de son soutien aux projets innovants. Ceux-ci se multiplient outre Atlantique, en particulier des projets de SMR (small modular reactors) portés par des start-up qui ont le potentiel de transformer l’industrie du nucléaire.  

Eugene S. Grecheck, président de l’ANS (Association Nucléaire Américaine, équivalent de la SFEN en France), nous explique pourquoi selon lui, le nucléaire a toute sa place à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique et comment les start-up américaines vont contribuer à renouveler l’industrie nucléaire.

Industrie & Technologies : L’énergie nucléaire a-t-elle sa place parmi les solutions contre le réchauffement climatique ?

Eugene Grecheck : Je pense que l’énergie nucléaire est une partie centrale de toute stratégie pour rendre propre la production d’énergie.  La plupart des autres façons de produire de l’énergie à la même échelle sont polluants.  Or nous avons encore besoin d’une production d’énergie très importante, notamment pour les pays en développement sans compter les régions ou il n’y a pas encore d’électricité du tout. L’énergie nucléaire a cette capacité.

I&T : Energie nucléaire et énergies renouvelables sont-elles en compétition ?

E.G. : Je ne pense pas qu’elles soient en compétition. Le développement de l’énergie solaire ou éolienne ou de toute autre énergie renouvelable ne menace pas le nucléaire. Ce qui menace le nucléaire ce sont des projets qui promeuvent des solutions à court terme qui ne prennent pas ne compte l’impact environnemental. Par exemple, aux Etats-Unis, de nombreuses usines nucléaires sont maintenant rivés sur la rentabilité économique en tenant moins compte du reste. Mais c’est parce que le gaz de schiste, vraiment peu cher,  entraine l’ensemble des énergéticiens à ne considérer que les retours économiques immédiats. C’est tellement peu cher que l’on ne pense plus à l’impact environnemental pour le lendemain.

I&T : Quel est votre sentiment face à ces pays qui se dénucléarisent en Europe ?

E.G. : Mon souci, c’est que ces décisions semblent entrainer automatiquement la hausse des émissions de CO2. C’est ce que nous voyons en Allemagne. L’expérience qui y est faite l’est au nom du respect de l’environnement mais la réalité est que les émissions de CO2 ont augmenté. La raison en est que les énergies renouvelables sont intermittentes et nécessitent alors d’autres sources d’énergies qui produisent en permanence.  Si ce n’est pas le nucléaire, c’est alors d’autres sources plus polluantes.  Une fois que les personnes comprendront que nous avons besoin sources d’énergie de grande échelle qui sont disponibles tout le temps, ils comprendront pourquoi le nucléaire est nécessaire.

I&T : L'industrie nucléaire peut-elle encore innover au service de l'environnement ?

E.G. : Ce qui a été très intéressant avec cette COP21, c’est qu’on a entendu depuis plusieurs mois que l’innovation et le développement technologique sont indispensables pour développer encore ces technologies. Les gens pensent souvent que le nucléaire est basé sur une technologie qui date de 50 ans. Il y a de nombreuses améliorations à faire grâce au numérique, et à l’innovation technologique. Le problème du combustible et des déchets nucléaires est souvent soulevé. Aujourd’hui, utiliser les réacteurs à eau sous pression, qui sont ceux que tout le monde utilise. Ce combustible utilisé peut encore être réutilisé à 90%. Des réacteurs avancés sont développés pour permettre de réutiliser ce combustible non utilisé, et donc de recycler intégralement le combustible non utilisé.

I&T : Un nombre croissant de start-up proposent de nouveaux concepts de réacteurs aux Etats-Unis. Ont-elles la capacité de transformer durablement l’industrie nucléaire ?

E.G. : Je suis très enthousiaste vis-à-vis de ce mouvement. Le monde s’est transformé depuis vingt ans, si bien qu’on a aujourd’hui des téléphones portables, on a Internet dans la poche On s’est passé de toutes ces innovations pendant très longtemps dans le nucléaire. Maintenant, toutes ces start-up, qui ont plein de besoins, s’engagent aussi dans le nucléaire. Ces petites entreprises très innovantes se mettent au service de ce secteur qui n’avait pas évolué depuis longtemps. C’est passionnant. Plein de choses possibles sont devant nous. Ces innovations technologiques trouveront les marchés qui leurs correspondent et contribueront à décentraliser la production d’énergie nucléaire. On a besoin de grands réacteurs, mais aussi de petits réacteurs plus décentralisés, comme les SMR (small modular réactor).

I&T : Ou en sont les projets de ces start-up ?

E.G. : Le projet de SMR le plus avancé, NuScale, sera en mesure de présenter un dossier de demande d’autorisation de licence à la NRC (Nuclear Regulatory Commission ou  commission de réglementation nucléaire) américaine en 2016. Ce sera une demande d’autorisation pour la conception du réacteur. Une fois les détails de la conception avalisés par la NRC, les industriels intéressés pourront choisir ou non de concrétiser ce projet. Par ailleurs, le gouvernement américain s’engage à augmenter les subventions aux entreprises innovantes dans le secteur nucléaire, à hauteur de 400 millions de dollars. En outre, le gouvernement propose que les laboratoires nationaux américains qui travaillent dans le nucléaire servent de lieux d’expérimentation pour ces start-ups. Je pense que l’innovation doit être encouragée. Ensuite, ce sont aux start-ups de se battre pour développer leurs innovations et essayer de les mettre sur le marché.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le Centre européen des textiles innovants (CETI) a inauguré ce 19 septembre à Tourcoing le démonstrateur d'une ligne[…]

Un catalyseur plus efficace pour transformer le CO2 en carburant

Un catalyseur plus efficace pour transformer le CO2 en carburant

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Plus d'articles