Nous suivre Industrie Techno

Automobile - Premiers résultats de la place de marché Covisint

Rédaction Industries et Techniques
La rencontre avec Kevin English, Président de la place de marché Covisint est l'occasion de dresser un premier bilan.

Covisint est une place de marché dédiée au monde de l'automobile, créée par DaimlerChrysler, General Motors et Ford, puis rejointe par Renault/Nissan et PSA. Elle offre un portail permettant d'accéder à quatre grandes familles d'applications : Procurement; Supply Chain; Collaboration et Quality. Un certain nombre de choix applicatifs ont été faits comme ceux de MatrixOne pour la gestion du travail collaboratif ou Documentum pour la gestion de contenu informatif ou encore Oracle et CommerceOne dans le domaine du Procurement

En 2001, plus de 60 % de l'activité est liée au Procurement (achats) et 75 % du volume d'affaires sont réalisés par les constructeurs. Mais dès 2002, moins de 50 % de l'activité sera liée au Procurement, alors que les équipementiers et sous-traitants réaliseront plus de 50 % des affaires. 

Globalement, plus de 1400 transactions d'achat ont déjà été réalisées pour un montant de 50 milliards de dollars. 5 % concernent l'achat de matières premières,15 % à des fournitures et 80 % à des pièces directement utilisables sur les véhicules. Notons que l'Europe représente 400 transactions pour un montant de 13 milliards de dollars. 

La partie Espace de Travail Collaboratif de Covisint représente 500 postes de travail, dont 70 % en Europe. La partie Supply Chain qui est uniquement disponible aux USA représente 2300 postes de travail répartis dans 1500 entreprises. 

Au total, plus de 4600 entreprises, dont 1400 européennes ont déjà adhéré à Covisint. Selon une étude réalisée par l'université du Michigan, en fonction du type d'application utilisé, l'économie sur les transactions réalisée via Covisint se situe entre 8 et 12 % de leur montant. D'autre part, les utilisateurs estiment que Covisint leur permet d'être plus pro-actifs que réactifs. 

"Notre objectif est de proposer aux industries automobiles un système d'aide à la décision dédié qui leur offre une meilleure visibilité sur l'ensemble du cycle de vie de leurs produits. 

Pour cela, nous allons leur apporter les moyens de réduire leurs délais, leurs coûts et leurs stocks, en les aidant à faire évoluer leurs méthodes de travail, sans toutefois leur imposer de changements sur ce qui différencie les entreprises concurrentes. 

La réduction des budgets de l'automobile, notamment américaine, va renforcer la demande pour des solutions générant des économies", rapelle Kevin English, pour exprimer sa confiance dans l'avenir. 

"Une fois que nous aurons réalisé ce challenge, nous pourrons proposer des solutions similaires à d'autres secteurs industriels comme la motorisation aéronautique ou le matériel agricole et de TP. Nous avons d'ailleurs des demandes dans ce sens en provenance d'industriels comme General Electric, Case ou John Deere."
Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

« Nous voulons créer en France un Tesla de la batterie sodium-ion », affirme Laurent Hubard, directeur de Tiamat Energy

Tiamat Energy a annoncé le 21 novembre son intention de construire la première ligne de production de batteries sodium-ion au monde,[…]

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Fil d'Intelligence Technologique

Un béton fibré plus écologique pour renforcer les ouvrages

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

Pour bien commencer la semaine : HeXplora, l'open innovation selon Segula Technologies

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

« Nous voulons favoriser l’appropriation de la fabrication additive par les industriels », affirme Guillaume de Crevoisier, directeur commercial mondial des solutions d'impression 3D chez Arkema

Plus d'articles