Nous suivre Industrie Techno

Automobile : analysez en temps réel le contenu du réservoir

Thomas Blosseville

Sujets relatifs :

, ,
Automobile : analysez en temps réel le contenu du réservoir

Un capteur pour optimiser la combustion

© DR

SP3H a conçu un capteur pour connaître en temps réel la composition d'un carburant. Embarqué à bord d'un véhicule, il permet d'optimiser les réglages des moteurs à combustion.

Parafines, aromatiques, oléfines... Un carburant contient des milliers de molécules. SP3H a développé un capteur embarqué pour analyser en temps réel le contenu d'un réservoir. L'objectif : connaître précisément la composition du carburant pour optimiser la combustion.

Une donnée supplémentaire

"Dans un véhicule, l'électronique est asservie par divers paramètres. La température extérieure, celle du moteur... Notre capteur offre une donnée supplémentaire : la composition exacte du carburant. Quelle proportion de parafines ? De biocarburants ? D'oléfines ? Etc.", présente Alain Lunati, président de SP3H. Le but : ajuster à la nature du carburant les réglages de la combustion, par exemple la quantité d'air injecté.

Un capteur optique

Concrètement, le capteur optique de SP3H se place entre la sortie du réservoir et l'injection de carburant. Une diode balaye les fréquences du proche infrarouge (longueurs d'ondes entre 800 et 1 000 nm). Cette lumière est envoyée sur un échantillon de carburant. Les liaisons entre les atomes vibrent, ce qui prélève une partie de l'énergie lumineuse. Le différentiel d'énergie est mesuré en fonction de la longueur d'onde appliquée. Dans le capteur, un traitement des données permet d'en déduire la composition chimique du carburant. Cette information est adressée à l'électronique qui gère le moteur.

Les biocarburants

Quelles applications ? "Les carburants des pays émergents ne sont pas homogènes. Les constructeurs doivent analyser chaque carburant, puis programmer l'électronique en conséquence. Avec notre capteur, l'intelligence du moteur s'adaptera automatiquement. Il permet d'adresser plus de pays avec le même moteur", avance Alain Lunati.

Dans les pays occidentaux aussi, le capteur pourrait avoir un intérêt. Notamment si le taux de biocarburants dans les réservoirs est augmenté. En Europe, par exemple, le biodiesel est aujourd'hui incorporé à hauteur de 7 %. "Au-delà de 10 %, il faudra informer le moteur sur la quantité exacte de biocarburant", ajoute Alain Lunati. "Particules, monoxyde de carbone, oxydes d'azote... Avec un taux d'incorporation de 30 %, sans réglage adapté du moteur, le biocarburant augmente les émissions polluantes de la voiture". En ajustant la combustion au carburant, le capteur SP3H est censé éviter cet écueil. Il n'est pas destiné qu'à l'automobile, mais à tous types de véhicules : voitures, camions, bateaux...

Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Île de France Mobilités a déployé le 12 septembre un bus électrique à hydrogène entre les communes de[…]

Le fret au pied du mur

Dossiers

Le fret au pied du mur

Éviter le sail shame

Editorial

Éviter le sail shame

À Marseille, les start-up à la rescousse

Focus

À Marseille, les start-up à la rescousse

Plus d'articles