Nous suivre Industrie Techno

Automatiser la production de pièces métalliques

Mirel Scherer
L'école de Valenciennes a collaboré avec ce fabricant de pièces pour le ferroviaire et l'automobile dans le cadre de ses plateaux projets.

L'École nationale supérieure d'ingénieurs en informatique, automatique, mécanique, énergétique et électronique (Ensiame) de Valenciennes (Nord) a mis en place, depuis 1995, un concept original : les plateaux projets. Les étudiants de dernière année doivent s'investir au moins 200 heures dans une équipe projet composée de quatre à huit élèves. Objectif : mettre en oeuvre l'ensemble des techniques de l'ingénierie simultanée sur des sujets multidisciplinaires en prise directe avec les industriels. « Les élèves peuvent ainsi expérimenter sur des cas réels les bases de l'ingénierie simultanée avec tous ses aspects : gestion de projet, travail en plateau, co-conception entre partenaires, infrastructure informatique, flux d'informations... », indique Jean-Paul Dumeau, directeur des études et responsable des plateaux projets.

C'est dans ce cadre que l'Ensiame a développé un partenariat avec la société Davergne Fonderie. Spécialiste de la fonderie en cuproaluminium pour différentes industries (ferroviaire, automobile, etc.), l'entreprise utilise un parc de 40 machines à coquilles pour le moulage de ses pièces. « L'utilisation de ces équipements, très performants par ailleurs, reste assez rudimentaire », précise Jean-Paul Dumeau. Le fonctionnement actuel oblige l'opérateur à manoeuvrer un levier d'environ un mètre pour ouvrir et fermer le moule. Un travail pénible que Davergne Fo

Un système de production automatique

L'équipe projet a alors eu comme objectif de trouver un système de mécanisation (vérin et commande) utilisant les installations de l'atelier, ne gênant pas le fonctionnement normal de la machine et qui soit à la fois facile d'installation et d'entretien. Une simulation du système hydraulique de fermeture/ouverture du moule a alors été mise en oeuvre pour valider la solution automatique. Le calcul par éléments finis a permis une analyse fine du frottement et du déplacement du système. Par ailleurs, le projet a étudié la répartition des efforts dans la machine ainsi que la force de serrage exercée sur le moule.

Après une pause d'un an, Davergne Fonderie a maintenant l'intention de mettre au point un système automatique de production avec l'équipe projet de l'école d'ingénieurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies