Nous suivre Industrie Techno

Automatique, mais également soucieuse de l'environnement

Sujets relatifs :

, ,
- On se préoccupe beaucoup plus des conséquences de l'action des produits extincteurs sur la santé des hommes, l'intégrité des biens et le respect de l'atmosphère.

Quand on pense extinction, on évoque bien sûr les fameux sprinklers. Ces derniers combinent les fonctions de détecteur et d'inhibiteur de feu et couvrent toute la palette des températures, de 60-70 °C à 200-300 °C. Selon la nature du risque, ils délivrent de l'eau - éventuellement additivée -, des mousses ou du gaz.

L'extinction automatique trouve un précieux allié dans les systèmes de compartimentage et de désenfumage. Le compartimentage a pour but de contenir la propagation du feu, des fumées et de la chaleur. Il rompt l'intercommunication entre plusieurs parties du bâtiment. Ce sont des portes coupe-feu ou pare-flamme, de type porte battante ou bien coulissante, des rideaux métalliques à enroulement ou des obturations de conduits.

Certains verres résistant aux hautes températures (type Vitrafeu de Tyco FCF) offrent la fonction de compartimentage sans obérer la vision, et tout en assurant une barrière thermique que ne procure pas le métal. Des matériaux comme le silicate de calcium (gamme Promatec de Promat) jouent ce rôle de barrière thermique, pour les cloisons comme les plafonds. Ces différents dispositifs sont auto- (mode autonome) ou télé- (mode centralisé) commandés.

Dispositifs pouvant protéger de la malveillance

Le désenfumage répond davantage à la sauvegarde des personnes : il limite l'effet toxique et thermique des fumées, éclaircit le chemin jusqu'aux issues

et, accessoirement, limite le pouvoir corrosif des fumées sur le matériel. À noter que, dans une approche globale de la mise en sécurité d'un bâtiment, ces dispositifs fermants protègent également de la malveillance. Le désenfumage procède de façon passive (simple ouverture d'exutoires) ou motorisée, par extraction ou soufflage. Les ouvrants, comme ceux de Souchier répondent à des commandes à distance électriques ou pneumatiques.

Les systèmes d'extinction automatique procèdent par pulvérisation d'un agent extincteur par le biais de vannes commandées. Lorsque c'est du gaz, il est stocké dans des bouteilles sous pression.

Que demande-t-on à cet agent extincteur ? Étouffer le feu bien sûr, mais aussi ne pas provoquer de dégâts pires que le sinistre lui-même... En particulier, on lui sait gré d'être respirable et de respecter autant que possible l'intégrité du matériel qu'il protège des flammes. Ce dernier aspect prend évidemment tout son sens dans une salle informatique, un central téléphonique, un laboratoire, etc.

La contrainte environnementale pèse également lourd dans le choix des composés gazeux, ceux-ci ne devant pas trop affecter la couche d'ozone ni aggraver l'effet de serre.

Pour exemple, l'ancienne génération de gaz extincteurs (type Halon ou HFC) restait présente dans l'atmosphère durant plusieurs décennies ! Alors que les nouveaux composés deviennent neutres au bout de cinq jours. Ainsi, le gaz Inergen de Tyco Integrated System est un mélange d'azote, d'argon et de CO2, tous éléments se trouvant naturellement dans l'atmosphère. De même, le gaz Novec de Mather & Platt réalise un compromis entre pouvoir d'extinction, innocuité pour l'homme et respect de l'environnement. Il est présent à bord des grands paquebots comme le Queen Mary II. Pour autant, la marge est souvent bien faible entre la concentration de gaz suffisante pour arrêter le feu et celle où apparaît le danger

de suffocation. Ce qui requiert une science très précise des quantités à délivrer en fonction de la disposition des locaux.

Entités dédiées à des dangers ponctuels

Pour les feux de liquides et autres produits chimiques, la solution privilégiée reste la mousse. Obtenue dans une centrale de mélange et de mise en surpression de l'eau combinée à un produit émulseur, comme celles de la société Eau et Feu. Ces systèmes vont des systèmes autonomes (skids motorisés) à d'imposantes unités fixes. Enfin, les poudres (propulsées par un gaz inerte, à distance respectable) sont particulièrement utilisées sur des équipements à haut risque, pouvant exploser.

En marge des systèmes d'extinction dont le périmètre s'étend à tout le local, des entités de stockage et de sécurisation autonomes peuvent être dédiées à un danger ponctuel, comme l'entreposage d'alcool ou d'essence.

L'ESSENTIEL

- La fonction mécanisée de contention du feu et d'évacuation des fumées prend une importance accrue dans l'ingénierie du bâtiment. - Elle profite à plein de la sophistication des scénarios programmables. - Les nouvelles générations de gaz extincteurs sont d'un danger bien moindre à efficacité équivalente tout en respectant les contraintes environnementales.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0861

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les K1.0L de Hyster

Les K1.0L de Hyster

Lancement en juillet 2004 Point fort : l'ergonomie- La série K1.0L réunit des préparateurs de commandes de petites et moyennes hauteurs. Elle est[…]

Vers une intégration au système de gestion des entrepôts

Vers une intégration au système de gestion des entrepôts

Le CS20 de Still

Le CS20 de Still

LO2.0 d'Hyster

LO2.0 d'Hyster

Plus d'articles