Nous suivre Industrie Techno

Autodesk se (re)lance dans la FAO avec Delcam

Jean-François Preveraud
Autodesk se (re)lance dans la FAO avec Delcam

Arriver à simuler précisément l'usinage pour éviter les mauvaises surprises

© DR

L’éditeur californien décide d’ajouter une composante fabrication à son offre industrielle avec l’acquisition de l’un des ténors des logiciels de FAO. C’est sa seconde tentative pour pénétrer le monde de l’usinage avec cette fois plus de chances de succès.

Autodesk a annoncé hier soir, après la clôture de la bourse de New York, son intention d’acquérir l’éditeur britannique Delcam, spécialisé dans les outils de préparation et de vérification de l’usinage des pièces mécaniques, la FAO. La transaction se ferait sur une base de 172,5 M£ et devrait intervenir d’ici le mois d’avril 2014. Delcam emploie 600 personnes à travers le monde et a réalisé un chiffre d’affaires de 47,1 M£ sur son exercice fiscal 2012.

Cela fait longtemps d’Autodesk a commencé à élargir son spectre applicatif à destination du monde industriel via des acquisitions. Sans remonter trop loin rappelons les grandes étapes : Alias dans le domaine du style et du design industriel en 2005 ; Solid Dynamics pour la dynamique des mécanismes en 2005 ;Algor dans le domaine du calcul généraliste en 2008 ; Moldflow en plasturgie en 2008 ; Blue Ridge Numerics en mécanique des fluides en 2011… pour ne citer que les plus importantes. Le tout permettant de proposer aux concepteurs une approche de ‘‘Virtual Prototyping’’, afin de tester et d’expérimenter les produits avant qu’ils n’existent.

FAO : 20 ans après

Reste qu’il manquait un pan complet dans l’offre d’Autodesk, celui de la fabrication. C’est chose faite avec cette annonce. Mais ce n’est pas la première incursion d’Autodesk dans le monde de l’usinage, puisque la société avait déjà fait l’acquisition de MES au début des années 90, dont le logiciel Solution 3000 devint Manufacturing Expert dans sa gamme. Mais devant les difficultés de faire vendre un produit de haute technicité par un réseau sans compétences suffisantes et la bronca générée chez les éditeurs tiers développeurs d’applicatifs de FAO dans le monde Autocad, Autodesk jeta vite l’éponge et revendit rapidement MES à Camax, l’un des spécialistes de la FAO de l’époque.

Les temps ont bien changé. Les succès d’Autodesk dans le domaine du style ou du calcul le prouvent. L’éditeur californien pourrait donc cette fois réussir son arrivée dans le monde de la fabrication. Mais attention, l’usinage est un monde de modestie où les clients vérifient les promesses pied à coulisse et chronomètre à la main. De plus, ce monde est très ‘‘régional’’ et demande une forte assistance pour éviter de bloquer des machines de production. Cela suppose donc beaucoup de monde sur le terrain. Nous sommes loin du ‘‘Virtual Manufacturing’’ ! Autodesk s’aura-t-il le comprendre ?

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.autodesk.fr & http://www.delcam.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Robotique industrielle : un chiffre d’affaires mondial record de 16,5 milliards de dollars en 2018

Robotique industrielle : un chiffre d’affaires mondial record de 16,5 milliards de dollars en 2018

Malgré les difficultés économiques rencontrées par leurs principaux clients, les secteurs de l'automobile et de[…]

18/09/2019 | Robots
Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Cinq start-ups de l'impression 3D à l'honneur du prochain salon Formnext 2019

Cinq start-ups de l'impression 3D à l'honneur du prochain salon Formnext 2019

SP3H va développer un microanalyseur de liquides avec le groupe Axens

SP3H va développer un microanalyseur de liquides avec le groupe Axens

Plus d'articles