Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Autodesk se lance dans le calcul en achetant Algor

Industrie et  Technologies
Autodesk fait cette fois une acquisition majeure dans le domaine du calcul en se dotant d'une offre généraliste.


Bientôt Noël, la fête, les cadeaux ... mais pour Autodesk c'est déjà Noël avant l'heure puisque l'éditeur de San Rafael vient encore de remplir un peu plus ses petits souliers en s'offrant Algor, un spécialiste du calcul, l'une des rares cordes qui manquait encore à son arc avec la fabrication. (Voir le liste des récentes acquisitions faites par Autodesk).

La nouvelle a été annoncée hier et la transaction est évaluée par les spécialistes aux environs de 34 millions de dollars, alors qu'ils estiment le chiffre d'affaires d'Algor, société privée de 75 personnes fondée en 1976 et ne publiant pas ses chiffres, aux envions de 12 millions de dollars.

Avec cette acquisition, Autodesk entend renforcer son approche Digital Prototyping en disposant maintenant de sa propre offre en calcul/simulation, notamment dans les domaines en pointe que sont la simulation multiphysique ou la mécanique des fluides. Cela va venir renforcer les modules d'analyse généralistes déjà intégrés à Inventor Professionnal, voire remplacer les liaisons qui étaient proposées vers Ansys Workbench.

« Autodesk s'efforce d'offrir aux industriels la solution de prototypage numérique la plus complète et la plus facile à utiliser sur le marché », a expliqué Robert Kross, Senior vice-President de la division Manufacturing Solutions d'Autodesk, lors de cette annonce. « L'acquisition de Algor va ajouter de nouvelles capacités importantes à notre chaîne de test virtuels, en permettant de prédire les effets de l'impact simultané de contraintes réelles de fonctionnement, telles la chaleur ou la pression, sur la conception des produits ».

Il faut dire que la palette applicative d'Algor est vaste : analyse statique linéaire et non-linéaire ; dynamique linéaire multicorps ; grandes déformations ; fatigue ; mécanique des fluides avec transferts de chaleur en régime établi et en mode transitoire ; électro-statisme ; analyse multiphysique ; etc. De plus, Algor a toujours visé le marché des PME avec des solutions simples d'emploi et mis l'accent sur les outils d'apprentissage et de support via le Web. Algor se targe de 20 000 clients répartis dans 95 pays. Enfin, les sociétés se connaissent bien pour collaborer de longue date, voire partager certains revendeurs.

À l'issue de l'acquisition, qui devrait intervenir d'ici la fin janvier, il est prévu par Autodesk d'intégrer Algor dans sa Manufacturing Solutions Business Unit. Il est aussi prévu de poursuivre le développement et la commercialisation des principales lignes de produits d'Algor, tout en maintenant les interfaces directes avec les principales solutions de CAO du marché.

Reste maintenant à savoir comment Autodesk entend intégrer l'offre d'Algor dans son propre portefeuille de produits. Pour mémoire Autodesk a déjà fait un certain nombre d'acquisitions dans le domaine du calcul et de la simulation telles Plassotech en août 2007 ou Moldflow en mai de cette année. Cela s'est traduit dans l'été par la présentation en avant-première de l'Inventor Plastic Features Technology, qui facilite la création et la validation d'entités fonctionnelles propres aux pièces en matières plastiques. Mais il s'agissait là de solutions de niche et non pas généraliste comme peut l'être celle d'Algor. Nous devrions en savoir un peu plus en début d'année prochaine.

Christian Domange, directeur des ventes industrie manufacturière pour la France et l'Espagne, que nous venons de joindre, se félicite bien entendu de cette acquisition : « nous disposons avec Algor d'une solution de calcul/simulation généraliste capable aussi de traiter des problèmes de mécanique des fluides et multiphysiques. Cela s'accorde donc bien avec notre philosophie de Digital Prototyping. Par contre, il va falloir certainement repackager l'offre d'Algor, tout comme nous l'avons fait pour celles de RobotBat et de Moldflow. Dans le premier cas nous sommes passés de 40 modules à 5 produits et dans le second de 48 modules à moins de 10 produits. Ces agrégations par problématiques métiers offrent l'avantage de clarifier la lisibilité de l'offre sans en réduire le spectre fonctionnel ».

Voilà qui clos une année bien remplie. Permettez-moi, au nom de l'ensemble de la rédaction, de vous souhaiter de très bonnes fêtes de fin d'année et de vous dire, non pas à la semaine prochaine, mais à l'année prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.autodesk.com & http://www.algor.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles