Nous suivre Industrie Techno

Autodesk 2010 : la fertilisation croisée des domaines

Jean-François Preveraud
Né avec un petit logiciel de dessin il y a 27 ans, Autodesk est aujourd'hui à la tête d'une des offres les plus vastes de l'informatique en étant fortement présent sur les marchés de l'industrie, de la construction, des SIG, des médias et du divertissemen



Petit détour par la planète Autodesk cette semaine, avec la présentation des nouvelles versions 2010 de l'ensemble des logiciels au catalogue de cet éditeur. « Quel que soit le domaine d'activité de nos clients, ils ont tous les mêmes idées en tête lorsqu'il s'agit d'investir dans de nouveaux logiciels  : la performance des solutions proposées ; la limitation des coûts ; investir pour le futur », prévient Richard Comte, responsable des solutions Manufacturing de l'éditeur.

Des demandes auxquelles Autodesk répond par des approches globales - Digital Prototyping pour la mécanique ; Building Information Modeling pour la construction - sous-tendues par une offre logicielle modulaire qui s'enrichie rapidement. N'oublions pas qu'Autodesk a procédé à 16 acquisitions majeures entre 2001 et aujourd'hui rien que pour la partie manufacturing (pour voir la liste, cliquez ici). A chaque fois il s'agissait d'acquérir, à travers une société, des briques technologiques et un savoir-faire reconnu dans un domaine d'expertise spécifique, afin de les intégrer au mieux dans la gamme pour répondre à des demandes des clients.

Un discours très PLM

De fait, aujourd'hui Autodesk a un discours marketing proche de ceux des ténors du PLM (Dassault Systèmes, PTC, Siemens PLM Software...) avec une segmentation du marché par grands secteurs industriels (Aéronautique ; Automobile ; Biens de consommation ; Equipements industriels ; Transport...), et une offre fonctionnelle allant du design en avant-projet jusqu'à la porte de l'atelier. Reste maintenant à franchir cette porte en complétant l'offre avec de la FAO et Autodesk sera définitivement entré dans la cour des grands.

Et il semble bien qu'Autodesk s'y emploie très sérieusement car Richard Comte évoque la "fertilisation croisée" entre les divisions Manufacturing et Entertainment : « Vous verrez prochainement arriver sur le marché des logiciels de simulation d'usines avec des humanoïdes au comportement et au réalisme très similaires à ce qui ce fait dans les meilleurs jeux vidéos développés grâce à nos logiciels », prévient-il.

De plus, pour bien affirmer sa volonté d'aller chasser sur les terres des ténors du PLM, Autodesk sera cette année, pour la première fois de son existence, directement présent au Salon du Bourget, montant ainsi son intérêt pour la filière aéronautique.

« Nous n'avons plus à rougir de notre offre PLM vis-à-vis de ce que propose la concurrence, d'autant que nous sommes bien souvent mieux placés au niveau de l'évolutivité, de l'accessibilité et de la rentabilité des solutions », martèle Richard Comte. Et d'évoquer Catia Direct Connect pour la liaison bi-directionnelle avec l'offre CAO de Dassault Systèmes ou l'annonce récente de la technologie Fusion pour la modélisation libre.

Autre nouveauté de la gamme 2010 qui illustre bien cette volonté d'avoir des offres très professionnelles : Inventor Tooling Suite. Il s'agit d'un ensemble d'outils de conception de moules pour pièces plastiques qui mixte l'outil de modélisation mécanique Inventor avec le savoir-faire de Moldflow Part Adviser. Le concepteur dispose ainsi de tous les outils et bibliothèques de composants pour concevoir sa pièce, créer l'empreinte et la carcasse de son moule, ainsi que des outils de simulation de base qui vont lui garantir la bonne injection de sa pièce plastique, le tout pour moins de 8 000 €. Des fonctionnalités qui sont aussi incluses dans Inventor Professional Suite, le "grand frère" qui regroupe en plus les fonctionnalités des produits Inventor Suite, Inventor Routed Suite et Inventor Simulation Suite.

Mais ce regroupement des compétences Inventor et Moldflow ne se fait pas aux détriments des anciens clients de Moldflow, car l'éditeur reste indépendant et continue ses relations avec l'ensemble des éditeurs de CAO.

Une offre plus complète et plus claire

« Ceci est l'illustration que nous voulons proposer à nos client une offre pragmatique, évolutive et dimensionnée aux exigences de leurs besoins », affirme Richard Comte. Et de fait l'offre Autodesk 2010 ne compte pas moins d'une quarantaine de produits. Une offre qu'Autodesk a aussi voulu rendre moins touffue. « Il existait 197 modules chez Moldflow, grâce à des regroupements nous en proposons maintenant 17 à nos clients. L'offre est tout aussi performante, mais beaucoup plus lisible pour nos clients, à la fois en terme de fonctionnalités et de prix. De même, nous sommes passés de 10 à 3 modules pour l'offre Algor dans le domaine de la simulation »

Une offre qui mise aussi sur l'interopérabilité entre les différentes familles de métiers. Par exemple, grâce à la fonction Shrinkwrap dans Inventor, il devient possible de créer un modèle d'encombrement d'un ensemble mécanique en le dotant de certaines fonctionnalités et de l'utiliser directement dans le logiciel d'architecture Revit. Ainsi on peut par exemple implanter beaucoup plus facilement un groupe électrogène dans un bâtiment en vérifiant les possibilités d'accès, l'ouverture des capotages ou les positionnements de ses raccordements aux réseaux en place dans le bâtiment.

La Gestion des Données Techniques est à l'unisson de ces évolutions. Dans ce domaine, l'offre s'articule autour de 5 produits : Vault qui assure la gestion de fichiers CAO au sein d'un même groupe de travail ; Vault Workgroup qui ajoute la gestion des révisions et du cycle de vie produit ; Vault Collaboration qui ajoute la réplication multi-sites pour le travail collaboratif distant ; Vault Manufacturing (ex Product Stream) qui gère en plus les nomenclatures et les ordres de modification, ainsi que la liaison vers le système d'information de l'entreprise ; et enfin Product Stream Professional qui permet un pramétrage et des développements avancés.

On le voit, Autodesk est présent sur tous les fronts. Et il entend bien en tirer parti en jetant des passerelles entre les différents domaines qu'il dessert, à la fois pour intégrer de la mécanique dans le bâtiment, ou du bâtiment dans des projets territoriaux, mais aussi par exemple pour utiliser des technologies de jeux vidéo ou de cinéma numérique, dans des outils de simulation ou de design. Qui d'autre que lui peut le faire ?

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.autodesk.fr

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le constructeur automobile Volkswagen et l'éditeur de logiciel de CAO Autodesk ont travaillé ensemble pour moderniser le design du[…]

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Plus d'articles