Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Ausy garde le moral

Industrie et  Technologies
Petite note d'optimisme cette semaine avec la rencontre des dirigeants d'Ausy, spécialiste du conseil en hautes technologies. Ils envisagent toujours une croissance organique pour 2009 malgré une conjoncture difficile pour l'ingénierie.


J'ai eu l'occasion cette semaine de rencontrer les dirigeants d'Ausy, société française de conseil en hautes technologies, à l'occasion de la présentation des résultats 2008.

« Notre société forte d'environ 1 700 personnes, dont 90 % d'ingénieurs et de Bac+5, a une activité qui s'équilibre à part à peu près égale entre le management des systèmes d'information et la R&D externalisée », explique d'entrée de jeu Jean-Marie Magnet, PDG d'Ausy.

Ausy s'était lancé en 2006 dans un Plan Cap 2009 dont les objectifs étaient d'atteindre à fin 2009 un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros avec environ 2 000 collaborateurs, tout en réalisant une marge d'exploitation dans les standards du marché. La société qui avait réalisé un chiffre d'affaires de 86,8 M€ en 2006 avec 1 232 collaborateurs et une marge de 3,8 %, annonce un chiffre d'affaires de 138,1 M€ pour 2008 (+26,9 %) et une marge de 7,7 %. Le résultat net est quant à lui passé de 3,2 à 6,2 M€ entre 2007 et 2008. La croissance du chiffre d'affaires a donc été de 60 % en 2 ans, dont 45 % de croissance organique. Ausy est donc en phase avec son plan de marche.

« Toutefois, si les trois premiers trimestres 2008 ont connu une forte croissance organique, il y a eu un net ralentissement au quatrième. Malgré cette brusque rupture, nous avons maintenu une des plus fortes croissances organiques du marché au quatrième trimestre et continué à voir notre marge d'exploitation progresser sur le second semestre, ce qui traduit la solidité de notre business model », explique Philippe Morsillo, directeur général délégué.

Des clients toujours plus exigeants

C'est ce qui explique la poursuite d'une politique volontariste de recrutement en septembre et octobre 2008, ainsi que le renforcement de la pression commerciale, tout en optimisant la qualité technique des réponses aux appels d'offres. « Alors qu'il y a encore peu de temps un document de trois pages suffisait amplement, les réponses aux appels d'offres demandent aujourd'hui plusieurs mois de travail avec des cartographies, des mises en situation, des cotations précises sur des projets pilotes, etc., afin que nos clients soient à même d'apprécier à la fois nos compétences techniques et financières ».

Ausy a d'ailleurs mis en place une véritable structure pour mieux écouter ses clients, qui sont souvent de grands groupes multinationaux, multisites et multidivisions, afin d'en avoir une vision consolidée et d'optimiser ses propositions.

Ausy a aussi renforcé ses compétences techniques en étendant son offre infrastructure/sécurité réseaux sur l'ensemble du groupe, ainsi qu'en renforçant son offre mécanique par la mise en place de partenariats, notamment avec Edag, et la création d'une filiale dédiée. « La maîtrise technique est en effet le facteur clé de notre métier. Nous avons récemment remporté un contrat où notre concurrent le plus proche était pourtant 20 % moins cher que nous », confie Philippe Morsillo.

La proximité géographique est aussi importante. Il faut d'une part pouvoir accompagner ses clients à l'exportation, mais être aussi capable de leur offrir des capacités d'études à moindre coût. Outre ses centres en France Allemagne et Benelux, Ausy a développé des implantations "near shore" en Roumanie et en Moldavie, ainsi qu'off shore en Inde et au Vietnam. « Le "near shore" dans un pays comme la Roumanie est particulièrement intéressant. Vous y êtes à deux heures d'avion de Paris, le décalage horaire est d'une heure, c'est un pays francophone, et c'est un pays européen. Vous pouvez donc faire facilement voyager du matériel informatique par exemple pour y intégrer du logiciel, ce qui est beaucoup plus difficile avec l'off shore », constate Philippe Morsillo.

Parmi les secteurs industriels d'activité d'Ausy signalons les fortes croissances de l'énergie qui passe de 4 à 8 % du chiffre d'affaires, ainsi que celle de l'aéronautique/espace et défense qui passe de 15 à 23 %. Notons aussi la faible sensibilité d'Ausy aux secteurs les plus exposés actuellement. Ainsi l'automobile ne représente que 3 % de son chiffre d'affaires.

Les perspectives pour 2009

« Ne nous voilons pas la face, nous souffrons comme l'ensemble de la profession d'un manque de visibilité certain sur 2009, à cause d'un environnement économique difficile pour la plupart de nos clients. Nous assistons à des fins de projets brutales, qui peuvent être compensées par un "effet d'aubaine" de clients de nos concurrents qui profitent de la situation pour renégocier leurs contrats, sur des bases tarifaires plus serrées ou techniques plus étendues. Il faut à cela ajouter aussi un nouveau resserrement des panels », constate Philippe Morsillo.

Cela n'empêche pas les dirigeants d'Ausy d'envisager de nouvelles opérations de croissance externe, mais en ne transigeant pas sur le niveau de qualité des prestations proposées, l'intérêt industriel du partenaires et sa capacité à s'intégrer correctement dans la stratégie d'Ausy. Idéalement le groupe souhaiterait intégrer des sociétés de 50 à 100 personnes

Une stratégie qui lui a réussi. Ainsi depuis deux ans, le groupe est passé de 30 à 300 personnes en région Paca où il vient de procédé à deux acquisitions. Une société de service et d'édition de logiciels à forte composante temps réel forte d'une dizaine d'ingénieurs et une autre dans le domaine des télécommunications sans fil ainsi que des systèmes d'information employant une quarantaine d'ingénieurs. Une stratégie qui lui a permis de développer ses capacités industrielles dans le Sud de la France et d'obtenir des référencements chez de grands clients industriels tels Texas Instruments ou STMicroelectronics.

« Nous n'avons pas de raison d'être inquiets outre mesure, d'autant plus que nous commençons l'année sur de bonnes bases. Nous disposons de plus d'environ 30 M€ de capacité de financement court et moyen terme non utilisées pour procéder à de nouvelles acquisitions, ce qui devrait nous permettre d'être en ligne à la fin de l'année avec les objectif de notre Plan Cap 2009 », conclu Jean-Marie Magnet.

Enfin une note d'optimisme dans un monde bien difficile.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.ausy.fr

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Afin de permettre aux PME, bureaux d’études et instituts de recherche de franchir un cap en passant au prototypage fonctionnel et[…]

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Qui est Cobot ++, le puissant robot collaboratif que développe l’IRT Jules Verne pour Airbus ?

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

Plus d'articles