Nous suivre Industrie Techno

Au salon K 2019, la plasturgie mondiale pousse le recyclage chimique

Alexandre Couto
Au salon K 2019, la plasturgie mondiale pousse le recyclage chimique

Le salon K de Düsseldorf rassemble à partir de demain l'industrie mondiale de la transformation des plastiques et des caoutchoucs

© Messe Düsseldorf

Grande réunion de la plasturgie mondiale, le salon K ouvre ses portes ce mercredi 16 octobre à Düsseldorf, pour se tenir jusqu’au 23 octobre. Placée sous le thème de l’économie circulaire, cette édition 2019 met en avant les technologies de valorisation des déchets, dont le recyclage chimique est l’une des voies les plus prometteuses.

 

Pour la plasturgie mondiale, c’est l’événement à ne pas manquer. À partir de ce mercredi 16 octobre, et jusqu’au 23 octobre, se tiendra à Düsseldorf (Allemagne) le salon K 2019, un rendez-vous qui rassemble tous les trois ans l’industrie de la transformation des plastiques et des caoutchoucs autour des dernières innovations, tant sur les matériaux que sur les procédés.

Avec pour fil conducteur de cette 21ème édition l’économie circulaire, enjeu majeur pour la filière tant du point de vue économique qu’en termes d’image. Particulièrement prometteuses, les dernières avancées dans l’industrialisation du recyclage chimique seront mises en avant. Des unités pilotes ont été conçues par les producteurs de polymères eux-mêmes.

Contrairement aux procédés mécaniques, qui consistent à trier et à séparer les matériaux avant de les broyer en vue de leur réutilisation, le recyclage chimique consiste soit à dépolymériser le plastique pour en récupérer le monomère, soit à transformer les déchets en un sous-produit qui servira de matière première à de nouveaux polymères. Ce type de technologies a l’avantage d’aboutir à des plastiques à la pureté équivalente aux matières vierges, quel que soit le niveau de contamination du produit traité.

Transformer les déchets en huile de pyrolyse pour fabriquer du polyamide

À l’occasion de la K2019, plusieurs initiatives de grands groupes internationaux sont mises en avant. Le chimiste allemand BASF a débuté fin 2018 son projet ChemCycling qui consiste à transformer les déchets plastiques en huile de pyrolyse grâce à un procédé thermochimique. Cette matière première peut être à l’origine de différentes variétés de matières plastiques. Sur le salon, BASF présente, avec quatre entreprises partenaires (Land Rover, Schneider Electric et les spécialistes de l’emballage Storopack et Südpack), les premiers prototypes de produits incluant de la matière issue de son pilote. Schneider Electric, par exemple, a fabriqué un disjoncteur en polyamide 6 (PA 6) chimiquement recyclé.

De son côté, l’américain PureCycle Technologies expérimente sur une unité pilote un procédé mis au point par Procter & Gamble. La matière plastique est fondue puis traitée au moyen d’un solvant pour la nettoyer de ses contaminants et des odeurs éventuelles. La société utilise son procédé principalement pour la récupération du polypropylène (PP), contenu dans des produits généralement laissés de côté par les filières classiques de recyclage, comme les tapis. PureCycle a signé cet été un accord avec le groupe de cosmétique l’Oréal pour lui fournir un PP de très haute qualité.

Revenir au monomère pour une réutilisation sans contrainte

Enfin, le spécialiste britannique des polymères styréniques, Ineos Styrolution, met en avant sur le salon son procédé ResolVe, dont les résultats des premiers tests, dévoilés fin septembre, ont été jugés satisfaisants. Le procédé dépolymérise les déchets de polystyrène (PS), afin d’obtenir un styrène, son monomère, pur. Celui-ci peut être réutilisé sans contraintes dans des applications industrielles. Le procédé est toutefois sensible à la présence d’autres matières plastiques dans les flux entrants. Les tests ont montré que si la présence de polyéthylène téréphtalate (PET) impacte négativement la matière produite, les traces de polyoléfines (polyéthylène et polypropylène) n’ont pas d’incidence, jusqu’à une proportion maximale de 10%.

Reste à ces différents pilotes de faire la preuve de leur viabilité économique pour prétendre s’imposer comme des solutions incontournables de l’économie circulaire.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des pâtes photosensibles pour les circuits imprimés de la 5G

Des pâtes photosensibles pour les circuits imprimés de la 5G

A l’occasion du salon Productronica, qui se tient jusqu’au 15 novembre à Munich (Allemagne), les chercheurs de l’institut[…]

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Fil d'Intelligence Technologique

Des pérovskites inorganiques pour des cellules photovoltaïques plus stables

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Éolien offshore, gaz de synthèse, cyber-sécurité automobile… les meilleures innovations de la semaine

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Cyber-protection de la 5G, verre plié, bateau imprimé… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles