Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Au MIT, 80 couches de matériaux pour filtrer la lumière

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Au MIT, 80 couches de matériaux pour filtrer la lumière

Contrôle angulaire du passage de la lumière par le MIT. Le rayon blanc passe au travers sans problème, le rouge est réfléchi par il provient d'un angle différent.

© MIT

Des chercheurs du MIT viennent de mettre au point une nouvelle méthode de filtrage de la lumière. Il était auparavant possible de la filtrer sélectivement en fonction de sa couleur ou de sa polarisation, mais désormais le seul angle duquel elle provient suffit., ouvrant la voie à des applications qui vont du photovoltaïque au spatial en passant par l'électronique grand public.

Filtrer la lumière en fonction de la direction dans laquelle elle se propage est désormais possible. Un travail qui pourrait conduire à la mise au point d'écrans permettant de garantir une certaine confidentialité, de capteurs innovants, ainsi que de dispositifs photovoltaïques plus performants. La lumière est définie par trois caractéristiques fondamentales : sa couleur (correspondant à sa longueur d'onde), sa polarisation et sa direction. Jusqu'à présent il était possible de filtrer la lumière en fonction de sa couleur ou de sa polarisation, mais personne n'était parvenu à le faire en fonction de sa direction.

Le MIT vient d'y parvenir à l'aide d'un système qui permet à un rayon lumineux, quelle que soit sa couleur, de le traverser s'il provient d'un angle spécifique. Autrement, la lumière est réfléchie. Cette nouvelle approche pourrait donner lieu à terme à des avancées dans le domaine de l'énergie photovoltaïque ou des capteurs installés dans les téléscopes et microscopes. Il pourrait également permettre de mettre en place des paramètres de confidentialité reposant sur une réduction de l'angle de vue de certains écrans, afin qu'ils ne soient visibles que par une personne se trouvant directement en face d'eux.

Les travaux qui ont donné lieu à cette avancée ont été publiés cette semaine dans la revue à comité de lecture Science. La structure utilisée consiste en un empilement de couches ultraminces de deux matériaux spécifiques dans lequel l'épaisseur de chaque couche est précisément définie. Normalement, le fait d'alterner entre deux matériaux crée un réfléchissement partiel à la frontière entre eux, sauf si le faisceau lumineux qui les frappe le fait à un angle spécifique appelé angle de Brewster.

En empliant 80 couches de matériaux à des épaisseurs très précises, les chercheurs sont capables de réfléchir la lumière à la plupart des angles et sur toutes les fréquences (donc toutes les couleurs). Les tests ont été effectués en utilisant des couches de verre et d'oxyde de tantale.

Ci-dessous, une démonstration du système en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un adhésif inspiré par les abeilles

Un adhésif inspiré par les abeilles

Un adhésif bioinspiré capable de résister aux variations hygrométriques pourrait bientôt voir le jour grâce[…]

Un hydrogel hybride pour collecter l'eau de l'atmosphère

Un hydrogel hybride pour collecter l'eau de l'atmosphère

Un catalyseur métallique pour transformer le Co2 en charbon

Un catalyseur métallique pour transformer le Co2 en charbon

Robots voituriers, éolienne télescopique, biorecyclage... les innovations qui (re)donnent le sourire

Robots voituriers, éolienne télescopique, biorecyclage... les innovations qui (re)donnent le sourire

Plus d'articles