Nous suivre Industrie Techno

Au CSTJF, Total repousse les frontières de l’exploitation pétrolière

Au CSTJF, Total repousse les frontières de l’exploitation pétrolière

Au CST Jean Féger de Pau, 700 ingénieurs de R&D travaillent sur 30 projets situés aux 4 coins de la planète

© DR

Edifié au Nord de Pau à partir de 1985 sur 27 hectares, le centre scientifique et technique Jean Féger (CSTJF) réalise les études d'ingénierie pétrolière pour les filiales du groupe Total sur les cinq continents. Le centre n'est pas situé là par hasard. Il est au cœur du bassin de Lacq, gisement géant de gaz naturel exploité par Total. Tous les domaines d’activité liés à la production pétrolière sont présents au CSTJF, de l’exploration pétrolière à la maîtrise des impacts industriels en passant par la réalisation de forages complexes. Ingénieurs géoinformation, géologues et géophysiciens y font notamment parler les échantillons de roches et de fluides ainsi que l’imagerie générée par le supercalculateur Pangéa. Installé en 2013, Pangéa est capable de délivrer une puissance de  2,3 pétaflops, soit 2,3 millions de milliards d’opérations par seconde, ou l’équivalent de 27 000 ordinateurs personnels, ce qui le classe 11e dans la liste des ordinateurs les plus puissants au monde. Outre les activités directement liées à l’exploration et la production, le CSTJF abrite près de 700 ingénieurs et techniciens dédiés à la R&D. Plus de 30 projets de recherche sont menés au CSTJF dont les grands fonds, les bruts extra-lourds et sables bitumineux, les gaz acides, les réservoirs carbonatés, les réservoirs très enfouis, les gaz non conventionnels…

Toutes ces activités s’appuient sur la puissance de calcul du centre, accessible à l’ensemble des filiales de l’Exploration-Production , soit près de 1 250 sites à travers le monde pour lesquels le CSTJF joue le rôle de partenaire priviligié. Le centre reçoit chaque année plus de 50 000 visiteurs à des fins professionnelles et 70 délégations étrangères et compte plus de 700 partenariats de R&D en cours avec des universités, des compagnies pétrolières nationales et internationales et des entreprises de toutes tailles. Mais le CSTJF rayonne aussi localement. Il est engagé à l’échelle nationale dans un soixantaine de contrats R&D avec différentes universités, grandes écoles et laboratoires, contribue à la formation des ingénieurs et au développement de la région béarnaise.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

[Vu sur le web] Produire de l’hydrogène vert sans électrolyseur : une avancée prometteuse dans la photo-électrolyse de l’eau

D’après une publication relayée par IEEE Spectrum, le journal de l’association professionnelle « Institut des[…]

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

La stratégie électrique de Renault en trois points technos clefs

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous avons amélioré d’un facteur 100 le code de dynamique moléculaire dédié à l’optimisation des batteries », se réjouit Mathieu Salanne, vainqueur du Prix Spécial Joseph Fourier

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

« Nous allons construire la gigafactory de batteries la plus efficace au monde », lance Christophe Mille, de Verkor

Plus d'articles