Nous suivre Industrie Techno

Au château de Millemont, 50 éco-hackers inventent les technos de la transition énergétique

Au château de Millemont, 50 éco-hackers inventent les technos de la transition énergétique

12 équipes, parmi 200 candidatures, ont été sélectionnées pour participer au camp POC21.

© Juliette Raynal pour Industrie & Technologies

A quelques semaines de la conférence sur le climat COP21, le château de Millemont, dans les Yvelines, s'est transformé en fablab géant pour accueillir un hackathon écologique. Une centaine de personnes venues du monde entier a investi les lieux pour cinq semaines, afin de mettre au point 12 innovations Open Source pour préserver notre planète. In fine, l'objectif est de proposer, façon Ikea, un catalogue des produits de la transition énegétique. Les 12 projets feront également l'objet d'une exposition itinérante. Reportage.

 

« Ma seule inquiétude, c’était de ne pas pouvoir venir au château de Millemont, mais finalement les médecins m’ont laissé partir ». Assis sur un énorme pouf, Jason Selvarajan, ingénieur finlandais de 29 ans, nous raconte comment il a failli louper l’aventure POC21 à cause d’un sérieux accident de vélo. Grâce à son prototype Showerloop, il a été retenu pour participer à un "Innovation Camp" inédit. Onze autres équipes ont été sélectionnées, parmi 200 candidatures. Au total, 50 éco-hackers, entourés d’une cinquantaine de "supporters" , ont investi le 15 août dernier le château de Millemont, situé à moins d’une heure de la capitale dans les Yvelines. Leur mission ? Mettre au point, en cinq semaines, des solutions innovantes et open source pour la transition énergétique.

>> A lire aussi : retrouvez jour après jour les projets des équipes sélectionnées pour participer à POC 21 à partir du 27 août 2015 sur www.industrie-techno.com
 

Organisée par les collectifs Ouishare et Openstate, l’initiative POC21, pour proof of concept 21, fait directement référence à la conférence sur le climat COP21 qui se tiendra à Paris en décembre prochain. « Nous avons souhaité nous inscrire dans ce contexte pour raconter une histoire un peu différente des négociations entre les Etats et des engagements qui seront pris par les grandes entreprises. L’idée est de présenter des solutions concrètes qui viennent du monde des makers, des fablabs et de l’Open Source », explique Benjamin Tincq, co-fondateur de Ouishare. Parmi ces solutions concrètes, une éolienne à 30 euros, un filtre à eau low cost imprimable en 3D, une serre semi-automatisée à assembler soi-même, une bouilloire biomimétique, une douche écolo ou encore un système de concentration solaire et un moniteur d’énergie.
 

Au milieu du parc, Jason Selvarajan travaille sur son projet de douche écologique, baptisé Showerloop.

Un catalogue Ikea des produits de la transition énergétique

Pendant cinq semaines, les participants devront repenser et muscler leur projet afin qu’il soit diffusable auprès du grand public. In fine, l’objectif est de proposer, façon Ikea, « un catalogue des produits de la transition énergétique », explique Benjamin Tincq. Tous les projets devront donc être documentés pour que les particuliers puissent s’approprier les différentes solutions. Dans cette optique, chaque équipe bénéficie de l’aide de différents "supporters", une étiquette qui désigne les bénévoles designers, ingénieurs, électriciens ou communicants prêts à s’investir dans cette expérience.

L’idée est également de créer une synergie entre les différents projets pour faire émerger de nouvelles approches. « Les moments informels dédiés à l’organisation de la vie quotidienne sont également très précieux. Passer deux heures à éplucher des carottes pour le dîner avec d’autres participants peut être très constructif » assure Justyna Swat, co-initiatrice de POC21. Un point de vue partagé par Mauricio Cordova, qui mise sur cette aventure humaine pour bénéficier de l’expertise des autres équipes afin d’améliorer son prototype et, pourquoi pas, créer des connexions d’un dispositif à l’autre. Economiste de formation, cet Espagnol s’est lancé dans l’entrepreneuriat social après un voyage décisif en Amazonie. « J’ai été vraiment surpris lorsque je me suis rendu compte qu’il était impossible de boire de l’eau du fleuve parce qu'elle était bien trop polluée ». De cette prise de conscience née l’idée de mettre au point un filtre antibactérien, imprimable en 3D, qui puisse être intégré à n’importe quelle bouteille pour environ un euro.

Sélectionné pour "L'innovation Camp" POC21, Mauricio Cordova
veut mettre au point un filtre antibactérien low cost, imprimable en 3D. 

De son côté, l’éco-hacker Valentin Martineau n’hésite pas à comparer ses premiers jours d’incubation à un véritable shaker : « Pour l’instant, on est surtout très secoué, mais d’ici quelques jours on y verra plus clair et il en sortira, à coup sûr, des vitamines ». Lui et ses coéquipiers planchent sur le projet Biceps cultivatus. L’objectif est de mettre au point un meuble de cuisine tout équipé, conçu pour l’autonomie alimentaire et énergétique, qui combine quatre concepts : culture aquaponique, conservation des aliments sans énergie, transformation mécanique des aliments et compostage des biodéchets. 

Dessins de réflexion autour du projet Biceps cultivatus.

Espaces de coworking, Fablab géant et imprimantes 3D côtoient les moulures et les tableaux

Remis de son accident de vélo, Jason Selvarajan entend, pour sa part, profiter de POC21 pour retravailler le design de sa douche Showerloop et perfectionner son fonctionnement pour proposer un kit très simple d’utilisation aux particuliers. « Le concept de Showerloop repose sur un système de filtre qui permet de nettoyer l’eau de la douche en temps réel pour la réinjecter dans le pommeau. Ce procédé permet de diviser par 10 la quantité d’eau nécessaire par rapport à une douche classique », explique le jeune inventeur. Dans les détails, le système est composé d’un filtre classique et d’une pompe ainsi qu’un filtre de sable et de carbone actif pour éliminer les plus petites particules. Des rayons ultraviolets s’attaquent, quant à eux, aux bactéries pour purifier l’eau.

Le château de Millemont a été transformé pour accueillir les éco-hackers.
Il comprend, entre autres, deux espaces de coworking et un fablab.

Afin d’accélérer le développement des projets, les lieux ont été totalement transformés pour faciliter le prototypage rapide et le développement agile. Les imprimantes 3D côtoient ainsi les moulures et les tableaux alors que les salons et dépendances ont été transformés en espaces de Coworking et Fablab géant, où l’on retrouve plusieurs ateliers thématiques (numérique, électronique, bois métal). Au total, un budget global d'un million d'euros a été consacré à l'intiative POC21 pour permettre, entre autres, aux participants de bénéficier gratuitement d'infrastructures et de matériels de pointe. L’équipe du projet OwnFood a ainsi pu réaliser un premier prototype d’un composant de sa serre semi-automatisée pour tester une nouvelle configuration. 

Une fraiseuse numérique, installée dans l'un des ateliers du fablab,
permet de construire du mobilier Open Source.

Mais malgré les moyens mis en place, les délais restent courts, très courts... « Je ne suis pas certain que nous ressortirons avec un prototype fonctionnel dans cinq semaines »confie Michka Mélo, porteur du projet Nautile, qui consiste à réinventer le concept de bouilloire en s’appuyant sur le biomimétisme. « En revanche, je n’ai aucun doute sur les bénéfices que nous tirerons de cette aventure ». Et c'est bien cet optimisme que les éco-hackers comptent partager avec le public à l'occasion de journées portes ouvertes qui se dérouleront, sur inscription, les 19 et 20 septembre prochains au château de Millemont. Par la suite, tous les projet feront l'objet d'une exposition itinérante, avec une première étape prévue au parvis de l'Hôtel de Ville de Paris dès le mois d'octobre.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

En Espagne, la première éolienne offshore télescopique est entrée en service

Au large des îles Canaries, la première éolienne offshore espagnole a une particularité : elle est[…]

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles