Nous suivre Industrie Techno

Aston Martin

Sujets relatifs :

Tout est dit dans le titre ! Le nom du fondateur, la légende, la notion de GT exclusive et de sportive agressive, le luxe et le confort à l’anglaise : c’est une Aston Martin ! dit-on avec respect et envie. Nul n’est besoin d’en rajouter.

Et rares sont les livres en français qui expriment tout cela. Beau travail des auteurs, Jacques-Louis Bertin et Arnald Millereau, deux passionnés de la marque, qui nous compte par le menu l’histoire de cette marque légendaire, en faisant pour chaque modèle un focus sur les ventes en France.

Aston Martin c’est avant tout l’histoire de deux hommes : le fondateur Lionel Martin et l’industriel David Brown. Lionel Martin, homme fortuné et cultivé se lança dans l’automobile sportive en 1908 en améliorant des voiturettes Singer, mais rapidement il construisit sa première voiture de course, qu’il nomma Aston-Martin associant son nom à celui d’une célèbre course de côte à Aston Hill qu’il remporta en 1913. Mais il faudra attendre la fin de la guerre 1914-1918 pour voir sortir la deuxième en 1920. Un modèle qui commença par battre des records d’endurance sur le circuit de Brooklands, avant de courir en Grand Prix au Mans en 1921. La firme ne construira jusqu’à la seconde guerre mondiale que des voitures d’endurance, modèles LM, pour son propre compte et quelques gentleman-drivers fortunés, emportant au passage quelques belles victoire dont une victoire en 1 500 cm3 au Mans en 1935.

En proie à une suite de difficultés financières et à la disparition de son fondateur, Aston Martin sera sauvé en 1947 par David Brown, un industriel qui a fait fortune en construisant des tracteurs agricoles éponymes. Il achète aussi la marque Lagonda et fusionne les deux entreprises. Les modèles porteront désormais les initiales DB. Outre les voitures de sport, Aston Martin gagnera les 24 Heures du Mans en 1959, la firme de Newport Pagnell commencera à fabriquer des voitures de Grand Tourisme, alliant élégance extrême, luxe rare, qualité permanente et performances exceptionnelles. Le plus célèbre sera l’Aston Martin DB 5 qui deviendra la voiture de fonction de James Bond à partir de Goldfinger en 1964.

La firme britannique passera dans le giron de Ford en 1987, qui laissera se poursuivre le développement de la Virage. Mais c’est véritablement en 1993 que Ford sortira un modèle d’entrée de gamme plus démocratique destiné à augmenter la production et à la rendre viable. Ce sera la DB 7 qui mariera habilement les développements d’Aston Martin, de Jaguar, autre filiale de Ford, et la banque de composants du constructeur américain. Dotée d’une superbe ligne, due à Ian Callum, plus de 7 000 exemplaires seront vendus en 10 ans, du jamais vu chez Aston Martin.

Cela permettra de développer la plus élitiste Vanquish présentée en 2001. Elle utilise une nouvelle plate-forme modulaire VH en aluminium et fibres de carbone utilisant le collage et le rivetage, améliorant la rigidité et la robustesse de la voiture, tout en réduisant le poids. Elle utilisera un nouveau moteur V12 atmosphérique de 6 litres de cylindrée développé par Cosworth Racing. 2 600 exemplaires seront fabriqués entre 2001 et 2007. Elle sera utilisée par James Bond dans Meurs un autre jour en 2002. Autres développements utilisant la plate-forme VH la DB 9 apparue en 2004, qui remplace à DB 7, et la V8 Vantage plus petite et plus sportive, apparue en 2005. Construite dans la nouvelle usine ultramoderne de Gaydon, toutes deux connaîtront le succès.

Pourtant Ford, à son tour en difficulté financière, vendra Aston Martin en 2007 à un consortium comprenant Prodrive, spécialiste des composants pour voitures de courses, présidé par David Richards, et des financiers koweitiens.

En 2010, la plate-forme VH sera au cœur de la Rapide, une quatre portes destinée à concurrencer la Porsche Panamera. Alors que James Bond roulera en 2015 dans la DB 10, fabriquée juste pour le film Spectre, le public peut acheter depuis 2016 la DB 11 qui remplace la DB 9. Elle bénéficie d’une nouvelle plate-forme en aluminium plus légère de 40 kg que celle de la DB 9 et pourtant 25 % plus rigide. Elle utilise un V12 Aston Martin ou un V8 Mercedes-AMG. Elle a boosté les ventes de 50 % en 2017 permettant à Aston Martin de construire plus de 5 100 véhicules, alors que le modèle d’entrée de gamme, la V8 Vantage sera remplacé par une nouvelle version en 2018.

Longtemps artisan, Aston Martin est devenu un constructeur comme les autres, tout en restant dans le très haut de gamme, avec un nouveau modèle prévu tous les 9 mois d’ici 2020 dont notamment des modèles hybrides et électriques, ainsi qu’un SUV 4x4.

 

A propos du livre

Titre : Aston Martin

Auteurs : Bertin Jacques-Louis et Millereau Arnald
Editeur : ETAI
Pages  256
Prix : 99 €
ISBN : 979-1-0283-0219-1

Disponible en ligne sur le site : http://www.editions-etai.fr/prestige/5551-aston-martin-un-reve-francais-coffret-9791028302191.html

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Mobilité hydrogène : Plastic Omnium ouvre deux centres de R&D en Belgique et en Chine

Plus d'articles