Nous suivre Industrie Techno

Arianegroup décroche un contrat de l’ESA pour accélérer le développement du moteur Prometheus

Alexandre Couto

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Arianegroup décroche un contrat de l’ESA pour accélérer le développement du moteur Prometheus

Le moteur Prometheus développé par ArianeGroup possédera une combustion régulée pour s'adapter aux différentes phases de la mission.

© CNES

ArianeGroup a signé le 17 mai un contrat de 135 millions d'euros avec l’agence spatiale européenne (ESA) pour accélérer le développement de sa prochaine génération de moteur, Prometheus. De nouvelles versions seront conçues, pour une utilisation éventuelle dès 2025 sur une évolution d’Ariane 6.

Coup d'accélération pour Prometheus. Le développement du futur moteur-fusée d'ArianeGroup va bientôt « franchir une nouvelle étape », selon un communiqué de la société. La filiale d’Airbus et de Safran a annoncé le 17 mai avoir décroché un contrat de l’Agence spatiale européenne (ESA) d’un montant de 135 millions d’euros pour concevoir un ensemble de démonstrateurs de ce moteur qui vise un coût dix fois inférieur aux moteurs Vulcain 2 d’Ariane 5 et se veut potentiellement réutilisable.

Finaliser les premiers tests et deux nouveaux prototypes

Le montant alloué par l’ESA permettra dans un premier temps de finaliser la phase de démonstration des deux premiers prototypes du Prometheus qui sont actuellement en cours d’assemblage sur le site d’ArianeGroup à Vernon (Eure). Des essais à feu de ces deux versions disposant d’une poussée de 100 tonnes devraient avoir lieu d’ici la fin de l’année à Lampoldshausen (Allemagne), un site de l’agence spatiale allemande (DLR).

Le contrat entre ArianeGroup et l’ESA prévoit également la conception de deux autres prototypes de Prometheus : l’un avec une poussée de 120 tonnes, l’autre prévu pour fonctionner avec un mélange hydrogène-oxygène liquides, contrairement aux autres versions utilisant un mélange méthane-oxygène liquides. Selon ArianeGroup, cette version pourra être utilisée dès 2025 sur une évolution du futur lanceur Ariane 6.

Enfin, l’accord prévoit la mise en place d’une phase de pré-industrialisation du moteur, avec la production d’une pré-série. Cette étape permettra d’évaluer à l’échelle industrielle les procédés de production développés par ArianeGroup.

Un moteur imprimé en 3D

Prometheus se distingue des autres moteurs par l’utilisation massive de l’impression 3D. Les pièces produites grâce aux techniques de fabrication additive devraient atteindre 70% de la masse totale du moteur selon ArianeGroup. Sa chambre de combustion sera entièrement imprimée en 3D sur le site d’ArianeGroup d’Ottobrunn (Allemagne). L’utilisation de ce procédé permet de produire des pièces complexes en réduisant les assemblages et le nombre de pièces total. Prometheus serait ainsi 10 fois moins coûteux qu’un moteur Vulcain 2, dans sa version 100 tonnes de poussée.

Par ailleurs, Prometheus sera le premier moteur européen possédant une combustion régulée, sur une plage allant de 30% à 100% de sa poussée maximale. Il pourra ainsi s’adapter aux différentes conditions de vol du lanceur et des phases de la mission. La combustion sera gérée automatiquement par un système informatique. Le système de bord surveillera également en temps réel l’état du moteur.

Dans un communiqué, André-Hubert Roussel, Président exécutif d’ArianeGroup, a estimé que ces caractéristiques permettront « d’ouvrir la voie vers des lanceurs réutilisables » en Europe. Des tests sont d’ores et déjà prévus : une version de Prometheus devrait équiper le démonstrateur d’étage réutilisable Themis développé par ArianeGroup, dont les premiers tests à basse altitude (« hop tests ») devraient avoir lieux en 2022 à Kiruna, en Suède.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les lasers du projet UltraAir d'Airbus vont connecter les avions

Exclusif

Les lasers du projet UltraAir d'Airbus vont connecter les avions

À peine installées sur des satellites, les communications laser veulent passer aux avions. En partenariat avec l’Organisation[…]

13/06/2021 | SpatialSatellite
Les liens laser gagnent les constellations de satellites

Les liens laser gagnent les constellations de satellites

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

Spatial : coup d’accélérateur pour ISAR Aerospace et son petit lanceur européen

Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

Avec la mise en orbite de Pléiades Neo 3, Airbus arrive sur le marché de l’imagerie spatiale haute résolution

Plus d'articles