Nous suivre Industrie Techno

Areva : tour du monde des déboires d'un géant du nucléaire

Areva : tour du monde des déboires d'un géant du nucléaire

Pose du dôme de la centrale de Flamanville : le chantier accuse cinq ans de retard.

Depuis un peu plus de dix jours, les jeux sont faits. Areva tire un trait sur la construction de réacteurs. Suite à ses déboires financiers, le groupe va transférer ses activités de construction et de maintenance de réacteurs à EDF, et conservera ses activités de fourniture d’uranium et d’enrichissement du combustible. Les modalités de ce partage sont encore sujettes à négociations. Nous vous proposons, dans l'intervalle, de plonger dans l'histoire de ce géant fragile pour (re)découvrir l'enchaînement d'évènements qui l'ont conduit à sa situation actuelle.

Quinze ans après sa création, le groupe Areva, qui a construit 64 centrales nucléaires dans le monde, doit se séparer d'une partie de ses activités. C'est la conséquence d’un déficit abyssal, qui se chiffre en 2014 à 4,8 milliards d’euros, pour un chiffre d’affaires global de 8,3 milliards d’euros. Dès le 3 juin, l'Elysée a tranché : le groupe se séparera de ses activités de construction et de maintenance de réacteurs, et gardera celles de fourniture d'uranium et d'enrichissement du combustible, ansi que les activités en aval du cycle de la production d'énergie nucléaire.

Cette restructuration redessine de fait le paysage de la filière du nucléaire français, même si Philippe Varin, le président d'Areva et Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF sont encore en négociations quant aux modalités du partage. Les discussions portent notamment sur la valorisation d'Areva NP, pour laquelle l'offre d'EDF tourne autour de 2 milliards, selon des informations de presse, tandis qu'Areva valorise la division pour 2,7 miliards d'euros dans ses comptes. Philippe Varin met en avant les 40 ans de savoir-faire dont dispose Areva ainsi que les futurs flux de trésorerie qu'apporte Areva NP. Le partage des risques du chantier finlandais de l'EPR d'Olkiluoto sont aussi à l'agenda. Pour Philippe Varin, Areva ne pourra pas s'en sortir en portant seul cette charge, qu'EDF a refusé jusqu'à présent de prendre en charge.

De multiples facteurs pour expliquer la chute d'Areva

Areva accuse des retards de respectivement 7 et 5 ans en Finlande et à Flamanville, pour des surcoûts de 5 et 3 milliards d’euros. L’EPR est reconnu comme un excellent réacteur, mais de nombreux observateurs se demandent si le groupe français a encore les compétences pour le construire. Pourtant, la chute du géant ne tient pas tant au défaut de qualité de ses technologies qu’à de mauvais choix stratégiques et à un défaut d’organisation industrielle. Lorsque qu'Areva nait en 2001, de la fusion de Framatome-ANP, de Cogema (compagnie générale des matières nucléaires) et du CEA-Industrie, le groupe dispose en effet d’un carnet de technologies intéressantes, qui témoignent de la réussite de la filière nucléaire française, laquelle a permis la construction de 58 réacteurs nucléaires en 20 ans sur le sol français. Mais une série de déboires vont dégrader cette situation.

Areva : tour du monde des déboires d'un géant du nucléaire :

Refonte de la filière nucléaire française

Prenant acte de l’enlisement d’Areva, l’Elysée a tranché. Areva devra céder à EDF son activité de conception-fabrication de réacteurs regroupée au sein d’Areva NP. Actuellement, le groupe industriel est en effet structuré en cinq métiers :

  • Mines : exploration et exploitation des mines. 16 % du chiffre d’affaires du groupe en 2014.
     
  • Amont : la conversion et l’enrichissement de l’uranium, la conception et la fabrication du combustible nucléaire. 27 % du chiffre d’affaires du groupe (2014).
     
  • Réacteurs et services (Areva NP) : conception et construction, activités de services aux réacteurs. 37 % du chiffre d’affaires du groupe (2014).
     
  • Aval : recyclage des combustibles usés, services de transport, d’assainissement et de démantèlement. 18 % du chiffre d’affaires d’Areva (2014).
     
  • Energies renouvelables : énergies éoliennes, bioénergies, solaire et hydrogène (2014)

Au terme de la refonte du groupe, EDF sera alors devenu actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d’assemblage de combustible et de services à la base installée. Quant aux autres activités, notamment l’aval, dans lequel Areva est leader mondial, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, l’a clairement annoncé : « s'agissant des autres métiers d'Areva, n'étant ni exploitants miniers, ni géologues, ni chimistes, nous n'avons pas de rôle industriel à jouer ». Areva devrait donc garder ses activités historiques amont et aval, ainsi que ses activités liées à l’exploitation de mines, à la R&D, à la propulsion nucléaire navale ou encore aux énergies renouvelables. L’aventure Areva n’est donc pas finie. L’État s’est engagé à recapitaliser le groupe, qui a besoin d’environ 7 milliards d’euros. Areva a quant à lui annoncé un plan de compétitivité incluant la suppression de quelque 4 000 à 6 000 postes sur les 44 000 que compte l'entreprise.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

En Europe, le captage de CO2 pour décarboner l’industrie

Lors d’une table ronde organisée par l’IFP Energies nouvelles (IFPEN) le 15 novembre, l'institut de recherche et de formation,[…]

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Engie et Air Liquide s’allient dans le projet HyGreen Provence pour de l'hydrogène vert

Plus d'articles