Nous suivre Industrie Techno

Aquassay primée au salon World Efficiency Solutions

Aquassay primée au salon World Efficiency Solutions

© Twitter // @AquassayFR

L’entreprise de Limoges a reçu le Prix entreprises & environnement dans la catégorie innovation technologique le 13 décembre dernier. Sa solution collecte et traite des données sur tout processus industriel mettant en jeu des flux d’eau. Le but étant d'en faciliter le suivi et l'analyse.

Deux ans après l'Accord de Paris, le One Planet Summit se tenait la semaine dernière à Boulogne-Billancourt. Les acteurs de la finance publique et privée y étaient conviés pour réfléchir aux moyens de soutenir la lutte contre le changement climatique. En parallèle, le salon World efficiency solutions mettait en lumière des acteurs d’une économie qui se veut sobre en ressources et en carbone. Le 13 décembre, Aquassay a remporté le Prix entreprises & environnement du ministère de la transition écologique et solidaire, dans la catégorie Innovation dans les technologies et les modèles économiques. Née en 2015, la jeune entreprise de Limoges a créé E-Water efficiency (EWE) : une solution pour gérer le circuit d’eau dans un process industriel.

Avec un brevet déposé fin 2016 et un début de commercialisation en mai 2017, le dispositif a déjà été installé dans dix-huit usines à travers cinq pays différents selon Stéphane Gilbert, le président d’Aquassay. « J'ai face à moi des demandes de grandes entreprises comme Nestlé », assure-t-il. Que ce soit pour des forages, des procédés de traitement des eaux, ou des stations d'épuration, EWE s'adresse à n'importe quelle usine qui utilise de l'eau. « Du moment qu'il y a des capteurs, un automate, un enregistreur ou un système de contrôle commande, nous savons récupérer les données de tous ces systèmes », affirme M. Gilbert.

Complexe science de l'eau

Et pour cela, Aquassay a développé un boîtier qui se branche directement sur le système de contrôle commande (SCADA) pour récupérer les données physico-chimiques du système. Conductivité, pH, température, pression, débit... Celles-ci sont ensuite gérées et stockées grâce à une architecture informatique sur des serveurs distants. Enfin, une suite d’applications permet de traiter les données et de les afficher en fonction des besoins de l’utilisateur.

« Cela permet de comprendre plus rapidement ce qu’il se passe, et de comparer », confie Stéphane Gilbert. Car, rappelle l’ingénieur en traitement des eaux, dans la science de l'eau, tous les paramètres sont liés. Si la température change, le débit varie. De même si la pression change. Et si la salinité de l'eau en amont d'une membrane est modifiée, le flux l’est aussi. « Donc il est difficile de savoir exactement comment fonctionne une machine en ne regardant que ses capteurs qui font des mesures instantanées », conclue-t-il.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Le biorecyclage enzymatique prend de la bouteille

Après avoir démontré sa capacité à dépolymériser tous les types de plastiques en[…]

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Chez Hydro, un tri fin pour un aluminium bas carbone

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Mini-moteurs ioniques, piles à hydrogène, Global Industrie… les meilleures innovations de la semaine

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Michelin et Faurecia s’associent autour de la mobilité hydrogène

Plus d'articles