Nous suivre Industrie Techno

Après Véolia, Séché prépare le démantèlement des réacteurs nucléaires

Après Véolia, Séché prépare le démantèlement des réacteurs nucléaires

Séché Environnement a annoncé l’acquisition de HPS Nuclear Services. Il donne ainsi corps à son offre dans le traitement des déchets faiblement radioactifs, quelques semaines après l’annonce du rachat de Kurion par Véolia.

Le démantèlement des centrales nucléaires entrées en fonctionnement il y a trente ans, c’est peut-être pour bientôt. Même si EDF envisage actuellement la prolongation de la durée de vie de plusieurs d'entre elles dans le cadre d'un "grand carénage", certains industriels français se préparent à assurer des démantèlements. Après l’annonce en février de l’acquisition de Kurion par Véolia, c’est au tour de Séché, d'annoncer vendredi dernier l’acquisition de HPS Nuclear Services. HPS est spécialisé dans la fabrication d’équipements de radioprotection, écran et tablier de plomb notamment, mais réalise déjà la gestion des déchets pour un centre de recherche nucléaire. Avec cette acquisition, Séché donne corps à sa filiale Séché Energies créée en 2014 mais encore inactive. Séché se donne ainsi la possibilité de répondre aux futurs appels d’offre d’EDF, d’Areva ou du CEA pour le démantèlement de réacteurs ou de centrales nucléaires, sans pour autant prétendre pouvoir assurer le traitement de l’ensemble des déchets radioactifs.

Véolia renforce son offre avec Kurion

Tout comme Séché initialement spécialisé dans les services à l’environnement, Véolia s’est assigné comme nouveau marché prioritaire le nucléaire. Sa filiale Asteralis est déjà active sur deux sites du CEA, Marcoule et Cadarache. En plus de caractériser les sites, Asteralis intègre les différents acteurs du démantèlement proprement dit entre eux. En février, Véolia a montré sa détermination à faire encore plus en achetant l’entreprise californienne Kurion, qui a développé des procédés originaux de décontamination. Kurion joue sur trois fronts : la séparation, la stabilisation et les technologies robotiques d’accès en milieu confiné. Il a notamment participé à la stabilisation et au nettoyage du site de Fukushima. Fondée en 2008, Kurion exploitait déjà avant son achat huit usines, certaines au Royaume-Uni et au Japon. Avec Kurion, Véolia sera à même d’assurer l’assainissement et le traitement des déchets faiblement radioactifs.

En France, il y aura donc comme concurrents français sur ce créneau Nuvia, du groupe Vinci, Onet Technologies, filiale du groupe Onet, Astéralis, filiale de Véolia, et Séché Energies. A condition d’avoir les compétences, le traitement des déchets faiblement radioactifs est un marché d’avenir pour les professionnels du traitement des déchets. Et les marchés potentiels dépassent largement le cadre français. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne ou encore le Japon, seront bientôt concernés par le démantèlement de leur centrales.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Navette autonome, laser ultra-puissant, vie des batteries… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

12/04/2019 | MITToyota
Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Longévité des batteries, Microsoft IA, laser ultra-puissant… les innovations qui (re)donnent le sourire

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Microsoft IA, cybersécurité IBM, ralenti vidéo… les meilleures innovations de la semaine

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Toyota et le MIT prédisent la durée de vie des batteries

Plus d'articles