Nous suivre Industrie Techno

Après sa traversée de la Manche, l’e-fan au défi de l’industrialisation

Après sa traversée de la Manche, l’e-fan au défi de l’industrialisation

Première traversée de la mer pour l'E-Fan.

© airbus

En l’espace d’une quinzaine d’heures, deux avions électriques sont parvenus à traverser la manche. Tous deux – le Cricri et l’e-Fan - ont été développés par Airbus Group. Prochaine étape : l’industrialisation de l’avion e-Fan 2.0 comme avion-école.

Serions-nous revenus aux premiers temps de l’aviation ? Alors que Solar Impulse fait la Une avec son tour du monde, voici que deux avions électriques français ont réussi la traversée de la Manche, 106 ans après la première traversée de la Manche en avion par Louis Blériot. Avec le défi du moteur électrique, les constructeurs profitent des progrès de conception des avions depuis 100 ans, mais doivent repartir de zéro en termes de propulsion. Le pilote français Hugues Duval a réussi le premier la traversée depuis Calais jeudi soir dans le Cricri. Le CriCri? Un avion électrique à deux places développé par Airbus Group, anciennement EADS. Il s’est rendu jusqu’à Dover, du côté britannique, avant de revenir se poser seul à Calais. Le pilote dit avoir atteint une vitesse de 150 kilomètres/heure.

Quelques heures plus tard ce vendredi matin 10 juillet, l’E-Fan 1.0 réussissait également sa première traversée de la Manche. E-Fan, c’est le nom du programme d’avion électrique lancé par Airbus group, et en quelque sorte le petit frère du CriCri. Le pilote Didier Esteyne a traversé la Manche aux commandes de cet avion de démonstration, en 45 minutes. Avec 100 vols effectués et une cinquantaine d’heures de vol efficaces depuis son premier envol en mars 2014, il ne manquait plus à l’E-Fan que de survoler la mer.

Prochaine étape : l’industrialisation

La traversée de la Manche a valeur de symbole important pour l’E-Fan. Mais, contrairement au Solar Impulse, ce n'est pas seulement un démonstrateur. Le véritable défi qui s’offre maintenant est donc de réussir la commercialisation de l’avion. Celle-ci est prévue pour 2018. L’avion qui vole aujourd’hui est un prototype, mais doit en effet permettre de concevoir l’E-Fan 2.0, dont l’assemblage aura lieu à Pau, et pour lequel Airbus investit 20 millions d’euros dans la conception et le développement. C’est la filiale d’Airbus, Voltair qui sera chargée du développement, de la production, de la livraison et de la commercialisation de l’avion, destiné à la formation des pilotes. Dans les premières années, l’usine construite à Pau fabriquera 10 avions par an, mais elle pourra monter à une cadence de 80 appareils par an. Le lieu a été notamment choisi pour sa proximité avec le partenaire d’Airbus Daher, duquel Airbus s’offre les services pour la conception et la certification de l’E-Fan 2.0. Daher est le quatrième fabricant français d’avions derrière Airbus lui-même, Dassault et ATR. Il a notamment fabriqué le TBM, un avion d’affaire de 6 places.

« L’avion électrique qui vole aujourd’hui est un prototype, précise Vincent Chanron, directeur marketing du groupe Daher. Mais beaucoup d’avions ont été fabriqués en 1, 2 ou 3 unités, sans jamais être commercialisés. Ce que nous visons à présent, c’est la commercialisation de l’avion. Le biplace E-Fan 2.0, d’une faible autonomie [officiellement 1heure et quinze minutes, NDLR], est adapté à une application d’avion-école pour lequel les vols durent en général trois-quarts d’heure. Si la forme globale de l’E-Fan 2.0 a déjà été réalisée par Airbus, nous devons maintenant déterminer la forme précise de chacun des composants, les matériaux et les techniques mises en œuvre pour parvenir à sa production en série. L’objectif le plus important de cette nouvelle étape est de réduire au maximum la masse de l’avion. Le choix de la propulsion électrique rend d’autant plus crucial ce gain en masse qui ne peut être équilibré avec plus de puissance. Toutes les centaines de gramme gagnées seront primordiales. »

A moyen terme, un avion de transport régional électrique

La suite à l'E-Fan 2.0 est déjà prévue : l’E-Fan 4.0, un avion électrique hybride de même forme générale mais avec quatre places et une autonomie de 3 heures, pour effectuer de petits trajets commerciaux. « A moyen terme, Airbus imagine pouvoir réaliser et fabriquer un avion électrique de 40 à 60 places pour des transports régionaux, » conclut Vincent Chanron.

L'E-Fan 4.0 est un projet d'avion quadriplaces qui sera destiné à de courts trajets d'affaire :

106 après la première traversée de la Manche par Louis Blériot, il y a encore de la place pour les exploits dans l'aéronautique (cliquer dessus pour agrandir)

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Plus d'articles