Nous suivre Industrie Techno

Apprendre à entreprendre

JEAN-MARC ENGELHARD redaction @industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Encore trop rares sont les diplômés ingénieurs à oser monter leur petite entreprise. Pourtant, de plus en plus d'écoles proposent à leurs étudiants des modules de formation à l'entreprenariat. Certaines leur permettent même de créer leur start-up pendant leurs études.

Les ingénieurs français préféreraient-ils le confort du salariat aux incertitudes de l'entreprenariat ? Sans doute. Pour susciter des vocations de créateurs d'entreprise, encore faut-il que les écoles apportent les compétences nécessaires pour transformer cette aventure pleine d'embûches en succès. Dans ce domaine, il y a encore du travail, à en croire le Livre blanc rendu public, en novembre 2011, par Ingénieurs et scientifiques de France (IESF). Dans ses quarante propositions pour réindustrialiser la France, il souligne la nécessité de stimuler davantage les vocations d'entrepreneurs parmi les ingénieurs. « Les formations doivent se renforcer pour encourager les créations mais aussi les reprises, car de nombreuses PME risquent de disparaître, faute de repreneurs », constate Julien Roitman, président d'IESF. Il pointe tout de même des avancées : la généralisation dans les cursus des cours de management, de marketing, de finance ou de communication, mais aussi la multiplication de groupes « entrepreneurs » dans les réseaux d'anciens.

De la sensibilisation aux filières de spécialisation

Le message semble de mieux en mieux reçu par les écoles puisque, toujours selon IESF, 26 % des ingénieurs de moins de trente ans ont suivi une préparation à l'entreprenariat, contre 13,6 % toutes générations confondues. Télécom ParisTech, Centrale Paris, Arts et Métiers ParisTech, Centrale Lille, Insa Lyon, Bretagne Télécom... Elles sont de plus en plus nombreuses à mettre la création d'entreprise à leur programme. Pour certaines, il s'agit de modules de sensibilisation, pour d'autres d'options ou de filières plus complètes. « Pour encourager l'entreprenariat, il faut d'abord en parler comme une des voies possibles. Ensuite donner des clés pour limiter les risques d'échec. Et, enfin, fournir à ceux qui ont un projet en tête les moyens de le développer au sein de l'école », détaille Alain Dorison, directeur de l'École des mines d'Alès qui, dans ce domaine, fait figure de pionnière. Premier établissement à avoir inauguré un incubateur technologique en 1984, il propose à ses étudiants de troisième année souhaitant monter leur entreprise un parcours aménagé permettant de panacher les options pour bénéficier des enseignements les mieux adaptés à leur projet. « Il concerne trois ou quatre étudiants chaque année, explique Alain Dorison. Mais c'est un moyen de semer des graines qui germeront plus tard. Certains y viennent après quelques années de salariat ».

Une option parmi d'autres

À Centrale Paris la création d'entreprise figure depuis sept ans dans les spécialisations de troisième année, au même titre que le management de projets à l'international ou la conception et l'industrialisation de systèmes innovants. « Il ne s'agit pas de concevoir un business plan dans le cadre d'une validation scolaire, mais bien de monter un projet réel, car l'entreprenariat ne peut s'appréhender uniquement de manière théorique », précise Éric Langrognet, responsable de la filière Centrale entrepreneurs. Assistés par un « coach », les étudiants se confrontent durant quinze mois aux problématiques financières, marketing et commerciales. Ils sont une trentaine à suivre cette spécialité cette année, soit 7 % de la promotion. Un nombre satisfaisant pour Éric Langrognet, qui rappelle qu'une école d'ingénieur n'a pas vocation à former uniquement des entrepreneurs. « La filière a déjà permis la création de soixante entreprises, avec une nette accélération ses quatre dernières années ». Chers étudiants, vous l'aurez compris, la France compte sur vous. Réindustrialisez-la.

Des incubateurs pour stimuler les jeunes pousses

Polytechnique, Centrale Paris, Télécom ParisTech, École des mines de Douai, Estia, Efrei, ENSIB... Les incubateurs fleurissent sur les campus. Objectif : accompagner les premières années de vie des start-up en fournissant des locaux et des moyens technologiques, au travers d'échanges avec les laboratoires de recherche. Un moyen aussi pour les patrons en herbe de bénéficier d'un carnet d'adresse étoffé, leur donnant un accès direct à des financeurs, des avocats ou des experts comptables. Certaines écoles intègrent même leur incubateur à la pédagogie, encourageant les élèves à effectuer leurs stages ou leurs missions de terrain au sein des jeunes pousses hébergées.

PDG

5,3 % des ingénieurs travaillent dans une entreprise qu'ils ont créée ou reprise. (Source : IESF, 2011)

PIERRE LECOINTRE FONDATEUR DE L'ÉDITEUR DE LOGICIELS SYLPHEO

« J'ai franchi le pas grâce à ma formation à l'entreprenariat »

Après avoir obtenu mon diplôme en 2006 à l'Isen, j'ai été engagé par un éditeur de logiciel chez qui je suis resté deux ans. Un moyen pour moi de prendre un peu de « bouteille », avant de me lancer. Car l'envie de créer ma propre société est née durant mes études. Pour en financer une partie, je créais des sites Web. C'était déjà de l'entreprenariat, à petite échelle ! En cinquième année, j'ai suivi les cours « Entrepreneur de A à Z », une option qui conduit les étudiants à concevoir un concept d'entreprise, à réaliser un business plan, et à présenter le projet devant des investisseurs et des banquiers. Des expériences qui m'ont conforté dans mon choix et donné des armes pour concrétiser mon envie.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0941

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles