Nous suivre Industrie Techno

Android a relancé Linux

Android a relancé Linux

Smartphone Magic de HTC, le premier à embarquer Android

Le logiciel Android

Principe de fonctionnement

Ce système d’exploitation à base de Linux est développé et promu par Google au sein du consortium Open Handset Alliance qui regroupe aujourd’hui environ 50 membres. Destiné au départ aux Smartphones, le segment haut de gamme des téléphones mobiles, il intéresse aujourd’hui aussi les Netbooks (ces mini PC portables comme l’EeePC d’Asus), les décodeurs vidéo, les récepteurs GPS, les terminaux automobiles et bien d’autres applications embarquées. Basé sur un noyau temps réel Kernel, il dispose d’une machine virtuelle Java qui présente l’avantage d’exécuter indifféremment les applications propres au terminal et les applications tierces.

Les premiers téléphones à l’embarquer sont deux terminaux de l’intégrateur taïwanais HTC, disponibles depuis mai en France chez SFR et Orange. L’offre s’est enrichie avec des terminaux chez le chinois Huawei et le coréen Samsung. A la fin de l’année, Google prévoit environ 25 terminaux : des téléphones mais aussi des Netbook chez Asus, Dell, HP ou Acer.
 
Pourquoi IT y croit
 
Android se distingue des autres initiatives Linux par son écosystème particulièrement attractif pour les intégrateurs et les développeurs d’applications. Le fait de mettre sur un pied d’égalité toutes les applications qu’elles viennent du constructeur du terminal ou de parties tierces constitue une réelle innovation. Les intégrateurs apprécient son mode prêt à l’emploi, tandis que le développent d’application est facilité grâce à un ensemble d’outils disponible gratuitement en langage Java.
 
 
Pour en savoir plus
 

Ridha Loukil

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

Puisque le plan quantique français traîne, la région Ile-de-France en profite pour accélérer dans le domaine. La[…]

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Plus d'articles