Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

Amazon veut créer les robots d’entrepôt du futur

Amazon veut créer les robots d’entrepôt du futur

Amazon veut déployer dans ses entrepôts des robots capables d'identifier, de saisir et de manipuler des produits spécifiques pour les disposer dans le colis à expédier.

© Amazon

Le géant américain de l'e-commerce organise à la fin du mois de mai une compétition qui vise à faire émerger des robots capables d'identifier et de manipuler avec précision des produits dont les formes ne sont pas standardisées. 

Créer des robots plus habiles, plus rapides et plus efficaces pour doper la productivité de ses entrepôts, accélérer le rythme de livraison, et in fine, augmenter la satisfaction de ses clients. C’est l’objectif que s’est fixé Amazon. Dans cette optique, l’entreprise de Jeff Bezos organisera à la fin du mois de mai l’Amazon Picking Challenge. Ouverte à tous, cette compétition qui se déroulera lors de l’International conference on robotics and automation (ICRA 2015) à Seattle, propose aux participants de créer les robots d’entrepôt du futur.

Le géant américain de l’e-commerce souhaite, en effet, passer à la vitesse supérieure. Si une armée de robots a déjà envahi ses entrepôts depuis le rachat de la société Kiva Systems en 2012, pour 678 millions de dollars, les engins sont jusqu’à présent uniquement chargés de soulever des étagères de produits pour les convoyer de l’entrepôt vers l’atelier de colisage. En d’autres termes, ils ne sont pas encore capables d’identifier et de saisir un produit spécifique pour le disposer dans le colis qui sera expédié.

C’est justement cette délicate étape qui constituera le cœur de la compétition. Dans un temps imparti, les robots participants devront, sans l'aide de leur créateur, identifier un maximum d’items (comme un jouet pour chien, des crayons de couleur ou un paquet de biscuits Oreo) puis les saisir et les manipuler pour les déposer dans le colis sans les abîmer ou les faire tomber.

Les participants pourront s’appuyer sur les technologies développées par les entreprises Rethink Robotics, Clearpath, Olympus Controls, Yaskawa et Fanuc, mais sont également encouragés à mettre au point leurs propres systèmes, tant au niveau du logiciel que du matériel. Le règlement précise qu’il n’est pas obligatoire d’utiliser un robot humanoïde.

L’équipe dont le robot enregistrera le plus de points remportera une enveloppe de 20 000 dollars. Celles qui monteront sur les deux autres marches du podium remporteront respectivement 5 000 et 1 000 dollars. Selon Pete Wurman, CTO de Kiva Systems, une trentaine d’équipes universitaires devraient s’affronter. 

Ci-dessous, une vidéo mettant en scène l'approche choisie par l'Université du Colorado :

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Stäubli Robotics s’agrandit à Faverges et ouvre son site aux start-ups

Stäubli Robotics s’agrandit à Faverges et ouvre son site aux start-ups

Lors de ses journées techniques, qui se tiennent du 6 au 9 décembre à la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), le groupe Stäubli a[…]

08/12/2021 | Robots
IIoT : Au coeur de la jungle des réseaux industriels

IIoT : Au coeur de la jungle des réseaux industriels

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

La bioimprimante robotisée de Poietis prend ses marques dans les hôpitaux marseillais

« Notre ambition est de faire circuler notre robot-voiturier dans des environnements de plus en plus complexes », clame Clément Boussard, CEO de Stanley Robotics

« Notre ambition est de faire circuler notre robot-voiturier dans des environnements de plus en plus complexes », clame Clément Boussard, CEO de Stanley Robotics

Plus d'articles