Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Alyotech : un conseil en technologies global

Industrie et  Technologies
J'ai rencontré voici quelques jours les dirigeants d'Alyotech, l'une des sociétés d'ingénierie et de conseil en technologies qui monte en ce moment.


On pourrait presque dire que le groupe Alyotech est une start-up, puisqu'il a été créé en août 2005, et que depuis il ne cesse de croître rapidement, tant de manière organique qu'à travers des acquisitions telles : Cril Technology en février 2006 ; le canadien OSI, filiale du groupe Assystem en juillet 2006; Quartz Data en octobre 2006; le néerlandais Avance en mars 2007 ou MT2D et Valexa en juillet 2007.

« Mon objectif lorsque j'ai créé le groupe fin 2005 était d'en faire un acteur qui "compte" sur le marché international à horizon trois ans », explique Carlos Bedran, président fondateur du groupe et ancien président de Brime Technologies avant son intégration par Assystem. « Le secteur du conseil en technologies se caractérise depuis quelques années par une forte tendance à l'externalisation de la R&D. La professionnalisation des achats, ainsi que la réduction du nombre de sous-traitants, sont également des tendances du secteur qui nous poussent à croire que seuls les groupes d'une taille conséquente ont leur place dans le paysage actuel. C'est pourquoi le groupe Alyotech ambitionne de devenir un acteur incontournable du conseil en technologies, tant en termes de taille que d'expertise ».

Le groupe a aussi résolument pris une orientation franco-canadienne. « Ce choix repose sur le constat qu'il n'existe actuellement pas d'acteurs de taille importante en Amérique du Nord et que peu d'acteurs de plus de 1 000 personnes en Europe ». De fait le groupe compte maintenant de 1 600 salariés, dont 700 en France, autant au Canada et 200 aux Pays bas, pour un chiffre d'affaires prévisionnel de 100 millions d'euros en 2008. Et d'autres acquisitions sont même prévues d'ici la fin de l'année, ce qui porterait l'effectif global à plus de 1 800 personnes. Une croissance qui a été possible grâce au 42 M€ déjà levés auprès des financiers (BTIC Investissement, Aurel Nextstage, Galileo, CB Partners et ACE Management).

« Et nous envisageons de lever prochainement 20 M€ supplémentaires, afin de financer de nouvelles acquisitions en 2009 », confie Carlos Bedran. L'objectif serait d'atteindre les 500 M€ de chiffre d'affaires d'ici quatre ans, grâce à une croissance organique annuelle de 10 % et aux acquisitions. Cela devrait aussi passer par une introduction en bourse du groupe, lorsque les turbulences actuelles seront calmées. Enfin, d'autres implantations internationales sont aussi prévues en Allemagne, peut-être via une nouvelle acquisition, en Belgique, en Espagne et au Liban pour couvrir le Moyen-Orient. A plus long terme, des implantations en Inde et aux USA sont aussi envisagées.

L'une des priorités du groupe est aussi de favoriser l'émergence de start-up, telles Setelia ou Open Wide. « Nous leur apportons une facilité de référencement, l'appui d'un groupe rassurant leurs clients sur leur pérennité, une réelle synergie avec nos activités qui devrait permettre de valoriser leurs niches d'expertise et d'accélérer leur développement grâce à un "coaching" actif ».

Le groupe Alyotech exerce son activité de conseil en technologies dans cinq grands domaines : 

  •  - Systèmes d'information et de communication ; 
  •  - Conception, calcul et simulation ; 
  •  - Systèmes électroniques et informatiques ; 
  •  - Informatique scientifique et technique ; 
  •  - Ingénierie télécoms.

« Par exemple dans le domaine des télécoms sans fil nous participons aux côtés des opérateurs à la mise en place de systèmes d'information géographique pour définir les implantations d'antennes, nous les aidons à faire des mesures pour optimiser leurs réseaux en place, nous participons à la définition de l'architecture de leurs réseaux informatiques, nous les aidons dans la certification de nouveaux matériels proposés par les constructeurs, enfin nous concevons pour eux des bancs de tests. Bref, nous leur proposons une prestation globale », explique Alexandre Bibikoff, président de la filiale française.

Dans le domaine aéronautique, Alyotech participe aux côtés d'Airbus et d'Intespace à un projet labellisé par le Pôle de Compétitivité "Aerospace Valley" visant au développement de réseaux de capteurs intelligents communiquant par des liaisons radio dans le but d'alléger la masse des câblages des avions. Alyotech y apporte ses compétences en électronique, en systèmes embarqués et en systèmes multi-agents.

Toujours en aéronautique, Alyotech participe au projet Fadec NG aux côtés d'Hispano-Suiza, afin de définir de nouveaux concepts pour la future génération de calculateurs de régulation des moteurs, visant à réduire les masses et les coûts , à augmenter le MTBF, tout en améliorant la testabilité et le processus d'industrialisation.

Autre exemple dans le domaine automobile où Alyotech a défini un banc d'essais pour les faces avant complète de voiture pour le groupe PSA. « Dans tous les cas, nous apportons à nos clients une forte valeur ajoutée en méthode de développement et de certification », précise Alexandre Bibikoff.

Alyotech participe aussi à de nombreuses études de produits industriels, tant au niveau électronique que mécanique, voire BTP, grâce à ses différents bureaux d'études. « Nous disposons depuis l'époque Cril Technology d'une très forte compétence dans le domaine du calcul notamment autour des outils Ansys, LS-Dyna et Moldflow », estime Nima Edjtemaï, responsable de l'agence conception, calcul et simulation.

Des compétences qui s'appliquent en mécanique des structures et des fluides, mais aussi en crash, en impact, en effet d'armes, en vieillissement, en électromagnétisme, en contrôle commande, etc.
Notons parmi les nombreux développements faits dans ce domaine, la spécification des flux thermiques lors de la séparation des deuxième et troisième étages de la fusée Ariane 5 fait pour le compte d'EADS Astrium. Outre la prestation de services, Alyotech commercialise ces différents logiciels et assure de nombreuses formations.

Bref, le groupe Alyotech accompagne ses clients sur l'ensemble du cycle de développement de leurs produits technologiques, et est donc à ce titre un acteur important du PLM, ainsi que dans l'évolution de leurs systèmes d'information, de leurs réseaux et de leurs télécommunications.

A la semaine prochaine

Pour en savoir plus :  http://www.alyotech.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.


Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles