Nous suivre Industrie Techno

Altair Engineering met la main sur Mécalog et Radioss

Industrie et  Technologies
Les dirigeants de Mécalog voulant assurer le développement et la pérennité de la gamme Radioss cèdent leur activité logiciel à l'éditeur américain Altair Engineering.


La recomposition du monde des éditeurs dans le domaine du calcul et de la simulation numérique se poursuit. L'Américain Altair Engineering, qui est à la fois éditeur de la gamme d'outils de simulation mécanique HyperWorks et des outils de gestion de grilles de calcul GridWorks, ainsi que prestataire de services en développement de produits, vient de faire l'acquisition de la partie édition de logiciels du groupe français Mécalog, bien connu pour sa ligne de produits de calcul par éléments finis explicite et implicite bâtie autour du solveur Radioss.

Altair Engineering a réalisé un chiffre d'affaires de 100 M$ en 2005 en hausse de 16 %, dont un peu plus de 60 % en édition de logiciels de simulation mécanique. L'activité édition de Mécalog qui a été reprise représente environ 8 M€ sur les 22,5 M€ que le groupe a réalisés en 2005. Elle restera dirigée par Francis Arnaudeau, cofondateur de Mécalog. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué.

La division services de Mécalog, qui n'est pas concernée par cette acquisition, représente 14,5 M€. Cette dernière poursuivra quant à elle ses activités sous le nom d'Eurosim-CTA et sera dirigée par le second cofondateur de Mécalog, Jean-François Chedmail.

Pour James Scapa, CEO d'Altair Engineering : « Cette acquisition va nous permettre de compléter notre palette de codes applicatifs avec des outils de réputation internationale, afin de proposer des solutions à la fois dans les domaines de la mécanique des structures linéaires et non-linéaires, de la mécanique des fluides, notamment pour le couplage fluide/structure, de l'optimisation structurelle, ainsi que de la simulation dynamique des systèmes multi-corps. Nous allons mettre notre force commerciale, notamment aux USA et en Asie, au service de la gamme Radioss afin d'en décupler les ventes et d'être plus présent auprès des utilisateurs. Mais le développement de cette gamme restera en France sous la responsabilité de Francis Arnaudeau ». Notons qu'Altair Engineering entend aussi étendre son modèle de vente de licence sous forme de jeton utilisable avec n'importe lequel de ses produits à la gamme Radioss.

De leur côté, les deux cofondateurs de Mécalog, Francis Arnaudeau et Jean-François Chedmail, justifient ainsi cette vente : « Il nous fallait maintenant passer à la vitesse supérieure pour pérenniser la gamme Radioss tant au niveau développement du logiciel que commercial, donc investir massivement. Nous avons préféré en confier la destiné à un acteur du monde du calcul, plutôt que de faire entrer des financiers dans notre structure ».

Concernant le futur, Altair Engineering entend bien ne pas s'arrêter en si bon chemin. « Nous avons identifié un certain nombre de tendances lourdes dans notre domaine : le couplage de la simulation avec la créativité humaine ; l'augmentation exponentielle de la puissance du distributed computing ; la complexité toujours croissante des études paramétriques et stochastiques ; la capture, l'exécution et le contrôle de workflow de conception toujours plus robustes ; l'augmentation de la taille des jeux de données ; l'accès et l'interprétation des données d'entreprise pour faciliter la prise de décisions. Autant de domaines où nous souhaitons nous renforcer et nous développer. Vous devriez d'ailleurs voir une nouvelle acquisition dans l'un de ces domaines dans les semaines à venir », confie James Scapa.

Les idées ne manquent pas non plus pour le développement de Radioss. « Nous avons ouvert ou allons ouvrir prochainement un certain nombre de chantiers », confie de son côté Francis Arnaudeau. « Ce sont par exemple : l'affinage des calculs non linéaires implicite au niveau du contact ; l'intégration dans nos solveurs d'algorithmes mathématiques plus adaptés aux processeurs actuels et à venir ; le meilleur traitement des calcul multi-physiques (thermomécanique pour les process à chaud ; la meilleure connaissance de la mécanique de la rupture grâce à l'utilisation des méthodes XFEM où l'on utilise des éléments finis enrichis avec des variables additionnelles ; enfin la fourniture non plus de résultats précis, mais plutôt de corridors d'incertitude reflétant la dispersion probable des résultats ». Altair et Radioss semblent donc promis à un bel avenir commun.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.mecalog-group.com & http://www.altair.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles