Nous suivre Industrie Techno

Alstom cède officiellement sa branche énergie à General Electric

Alstom cède officiellement sa branche énergie à General Electric

© ecoswing

L’acquisition des activités d’énergie et de réseaux du français Alstom par l’américain General Electric a été définitivement finalisée ce lundi 2 novembre.

C’en est définitivement fini d'Alstom Energie. Général Electric et Alstom ont annoncé ce lundi 2 novembre la finalisation de l’acquisition des activités d’énergie et de réseau du français par l’américain. Le prix de rachat s‘élève finalement à 9,7 milliards d’euros, loin des 12,35 milliards initialement annoncés. Ce sont aussi quelque 65 000 personnes, dont 8 300 en France, concernées par l’acquisition, qui passent sous la coupe de l’américain. Le secteur Energie du groupe comprend les divisions Thermal Power, Renewable Power & Grid, et représente 70 % des activités du groupe, le reste correspondant à ses activités dans le secteur du transport ferroviaire. Au total, 21 grands sites d’ingénierie et de production sont installés dans le pays, qui tient une place essentielle dans la stratégie de recherche et développement d’Alstom, concentrant environ 25 % de ses investissements mondiaux en R&D.

Plusieurs défis pour Alstom sur les rails

Alstom doit donc se reconcentrer sur les rails. Plusieurs défis attendent le groupe dans ce secteur, comme le décrypte notre collègue de l’Usine Nouvelle. D’une part, de nombreux petits acteurs sont apparus dans le secteur qui tirent les prix vers le bas. D’autre part, les deux acteurs chinois du secteur ont fusionné pour devenir l’acteur le plus important du marché, qui a bien l’intention de sortir de ses frontières. Sans compter l’importance croissante de Hitachi en Europe, qui devient capable de fournir des systèmes ferroviaires complets. Face à Siemens, Bombardier, Hitachi, CRRC, Alstom devra donc se battre plus que jamais.

Se différencier grâce à l’innovation

Pour se différencier, Alstom dispose des moyens d’innover. En particulier en France, dans laquelle 70 % de la R&D du secteur ferroviaire d’Alstom est effectuée. De nombreux projets en cours montrent que le français est capable d’innover. A l’instar des tramways fonctionnant par biberonnage, pour lesquels le français a annoncé un premier contrat avec la ville de Nice. Ces tramways rechargent leur supercapacités à chaque arrêt via un rail électrifié au sol. La solution nécessite moins de stockage et limite les besoins de travaux par rapport à une alimentation au sol sur l’ensemble de la ligne. Entre autres projets, Alstom travaille également sur Hesop, une sous-station d’énergie réversible. D’une part, la sous-station est plus efficace que les solutions du réseau actuel, mais de plus peut récupérer l’énergie de freinage des trains pour la réinjecter dans le réseau. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Vers 6, 10 et 20% d'hydrogène dans le gaz : les opérateurs gaziers donnent le tempo

Les opérateurs d’infrastructures gazières français ont présenté le 15 novembre un rapport sur les conditions[…]

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Selon l’AIE, le captage de CO2 est indispensable pour décarboner l’industrie mais reste trop cher

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Pour bien commencer la semaine : Zoom sur le « slicing », atout de la 5G mis en avant par Nokia

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles