Nous suivre Industrie Techno

Alpine : une berlinette à 50 000 euros en 2016

Alpine : une berlinette à 50 000 euros en 2016

Alpine se prépare à reprendre la route

© DR

Bernard Ollivier, directeur d’Alpine, a dévoilé en exclusivité ce mercredi 28 janvier à Industrie & Technologies la machine qu’il met en place pour proposer au marché un véhicule original en 2016. Des lignes de production au marketing viral en passant par le jeu Gran Turismo, voici les leviers sur lesquels Alpine entend jouer pour s’imposer sur le marché.

Nous avons rencontré ce matin Bernard Ollivier, sirecteur de la Société des Automobiles Alpine, lors de la présentation de l’Alpine Vision Gran Turismo à l’exposition des concept cars du Festival Automobile International, qui ouvre ses portes à partir de cet après-midi jusqu’à la fin du week-end. L’occasion de lui poser quelques questions sur l’avancement du projet Alpine.

Les développements techniques de la future voiture de sport ‘‘grand public’’ du groupe Renault, qui sortira sous la marque Alpine en 2016, suivent le planning initial annoncé fin 2012. « Parallèlement, nous sommes en train de définir et d’établir tout l’environnement nécessaire à son lancement, à sa commercialisation et à sa maintenance, car si avoir une bonne voiture est indispensable, ce n’est pas suffisant pour rencontrer le succès ».

Ainsi, il est prévu que les passionnés qui se rendront acquéreurs de la futur ‘‘berlinette’’ pourront venir prendre, s’ils le souhaitent, livraison directement en sortie de chaîne à l’usine de Dieppe, pour accentuer le côté Premium du véhicule. « Nous sommes pour cela en train de donner un coup de jeune à cette usine, afin que nos visiteurs en ressortent avec une impression ‘‘high tech’’ traduisant bien l’ADN de la marque : sportivité, qualité, performance… Cela passera aussi par des détails comme les tenues de travail novatrices que nous sommes actuellement en train de mettre en place ».

Les chaînes de production vont être dimensionnées pour une cadence moyenne d’environ 3 000 véhicules par an, « mais nous pourrons faire face à un pic de 5 000 véhicules/an dès le départ, qui devrait être provoqué par l’effet de nouveauté et de curiosité ».

Pour faire patienter les afficionados jusqu’en 2016, des techniques de marketing viral sont aussi en cours de déploiement, à l’exemple de ce qui a été fait pour annoncer la présentation de l’Alpine Vision Gran Turismo.

« Notre présence dans ce simulateur fait aussi partie de la montée en puissance de la marque Alpine à travers le monde. Les afficionados nous connaissent et nous suivent, par contre ce jeu, où nous sommes présents avec une voiture à nulle autre pareille, devrait nous aider à convaincre et attirer vers nous un nouveau public ».

Du virtuel au réel

Il faut dire qu’Alpine, outre des lignes originales et caractéristiques de la voiture, a mis dans le modèle virtuel nombre de caractéristiques mécaniques qui devraient plaire aux utilisateurs de Gran Turismo. « Ce jeu est un véritable simulateur où l’utilisateur peut régler à sa guise un très grand nombre de paramètres influant sur les performances moteur et le comportement dynamique du véhicule. Et nous avons joué cet aspect à fond. Les développeurs du modèle virtuel sont les ingénieurs qui participent au développement de la vraie ‘‘berlinette’’. D’ailleurs le concepteur du jeu, Kazunori Yamauchi, nous a dit qu’il n’avait, jusqu’à présent, jamais obtenu un modèle aussi fonctionnel ! »

Cela veut-il dire que les acheteurs de la vraie ‘‘berlinette’’ pourraient disposer d’un modèle de réglage dans une version spécifique du jeu et qu’après avoir optimisé leur véhicule virtuel, ils puissent en importer les réglages sur leur vrai véhicule ? « Nous n’y avions pas encore pensé, mais je retiens l’idée et nous allons la creuser ! ».

La maquette échelle Un présentée aujourd’hui va aussi servir à la notoriété et à l’établissement de la marque Alpine comme étant synonyme de luxe et de performance ‘‘à la française’’. « Cette maquette va voyager à travers le monde et pas seulement dans des salons automobiles. Elle ne sera par exemple pas à Genève le mois prochain. En revanche, vous le retrouverez dans des salons de design, car l’objectif est d’attirer à nous un nouveau public. »

Enfin, la mise en place d’un réseau tant commercial que de maintenance est aussi en pleine étude. « Nous n’avons encore rien tranché vis-à-vis de son positionnement par rapport au réseau Renault. Ce qui est sûr, c’est que ce seront des passionnés de sport automobile et d’Alpine ».

Quant au prix de la future ‘‘berlinette’’ il devrait se situer aux alentours de 50 000 euros.

Jean-François Prevéraud

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Concept cars : au salon de Francfort, les constructeurs imaginent un futur électrique

Concept cars : au salon de Francfort, les constructeurs imaginent un futur électrique

Automobile : 3 innovations marquantes du salon de Francfort 2019

Automobile : 3 innovations marquantes du salon de Francfort 2019

Salon de Francfort : l’ID.3, voiture électrique star de Volkswagen, décortiquée

Salon de Francfort : l’ID.3, voiture électrique star de Volkswagen, décortiquée

Plus d'articles