Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

AllSee offre le contrôle gestuel à l'Internet des objets

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

AllSee offre le contrôle gestuel à l'Internet des objets

AllSee détecte les changements dans le signal (visible sur l'oscilloscope) et les interprète comme des commandes gestuelles.

© Université de Washington

Les technologies de contrôle gestuel sont en plein essor, que ce soit sur les smartphones et tablettes ou les ordinateurs et télévisions. Elles restent cependant limitées par les capteurs qu'elles emploient et par leur consommation électrique, excessive pour des appareils mobiles ou de petite taille. Une nouvelle technologie se propose de révolutionner le secteur. Son principe? Une reconnaissance des mouvements basée sur les signaux sans fil dans lesquels nous baignont en permanence.

Trois chercheurs de l'université de Washington, Bryce Kellogg, Vamsi Talla et Shyam Gollakota, ont mis au point un dispositif de contrôle gestuel qui fonctionne sans capteur visuel. Il détecte à la place les mouvements de l'utilisateur en analysant les fluctuations d'amplitude des signaux sans fil (par exemple les ondes radioélectriques utilisés pour la télévision) que provoquent lesdits mouvements.

Baptisée AllSee, cette technologie ne consomme que près peu d'énergie comparée aux systèmes déjà existants, ce qui lui permet de fonctionner en permanence sans batterie, en s'alimentant à partir des mêmes ondes que celles qu'elle utilise pour détecter les mouvements. Et parce qu'elle ne nécessite pas de contact visuel, elle peut également capter les mouvements lorsque l'appareil qui en équipé est rangé dans une poche ou un sac.

DÉJÀ TESTÉ ET OPÉRATIONNEL

AllSee, qui s'appuie sur de précédents travaux par Shyam Gollakota sur la reconnaissance de mouvements à l'aide de signaux Wi-Fi, se présente sous la forme d'un petit capteur que l'on peut facilement placer sur un équipement électronique comme un smartphone. Les chercheurs ont d'ailleurs testé huit gestes différents avec un prototype d'AllSee installé sur un smartphone commercial standard (un Samsung Galaxy Nexus), comme par exemple approcher sa main ou l'éloigner pour zoomer en avant ou en arrière, ou encore jouer ou arrêter de la musique en ouvrant ou en fermant la main.

Le prototype a été capable de reconnaître les gestes 90% du temps lorsqu'ils étaient exécutés à plus de 60 cm de l'appareil. Son temps de réponse est de plus extrêmement bas, se situant en dessous de 80 microsecondes, soit 1 000 fois plus rapide qu'un clin d'œil. L'équipe a de plus conçu un geste de réveil pour éviter que le système ne confonde des gestes accidentels avec des commandes.

UN INTÉRET POUR L'INTERNET DES OBJETS

Les applications proposées sont évidemment l'utilisation sur smartphones et tablettes, en complément des écrans tactiles et autres capteurs déjà utilisés, mais aussi l'Internet des objets. En effet, bien que de plus en plus d'objets soient connectés, leur taille, leur simplicité et leur coût font qu'il n'est pas toujours possible ou pratique d'intéragir avec eux. AllSee, dont le coût de fabrication est de moins d'un dollar et qui ne consomme que quelques dizaines de microwatts en énergie, a le potentiel de changer cet état de fait.

Une démonstration aura lieu du 2 au 4 avril lors du Symposium sur la conception et l'implémentation de systèmes en réseau qui se déroulera à Seattle.

Présentation du prototype d'AllSee en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Smart-city, cyber-sécurité, neuro-morphique… les meilleures innovations de la semaine

Smart-city, cyber-sécurité, neuro-morphique… les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

« Les puces électroniques bio-inspirées pourraient disrupter le marché dans la décennie », prédit Pierre Cambou, analyste chez Yole Développement

Exclusif

Exclusif

Plus d'articles