Nous suivre Industrie Techno

Alerte! Alerte ! ... A Alès tout le tout le monde sera prévenu du danger en temps et en heure

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Alès est la première ville en France à bénéficier d’un système d’alerte téléphonique automatisé pour les habitants. Il combine base de données et système d’information géographi

Alès, comme une bonne partie du Gard a subi une inondation catastrophique en septembre 2002. Le niveau de la rivière a tellement monté que l’eau a envahi la partie basse de la ville, submergeant au passage le central téléphonique, provoquant des coupures de courant et inondant de nombreux appartements et maisons.

Vu les précipitations, les consignes données par la radio incitaient les personnes à rester chez elles, y compris le personnel communal qui, de fait, n’était pas disponible. Tant que le téléphone a fonctionné, le central téléphonique des pompiers a reçu de nombreux appels.

La commune a tiré les leçons de cette catastrophe, particulièrement Max Roustan le député maire qui a demandé à Gedicom de développer un système d’appel téléphonique automatisé. Il est opérationnel depuis quelques jours.

L’idée sous jacente est simple : mieux les citoyens sont informés, moins on risque de désordre. En effet à Alès, lors de l’inondation il fallait prévenir certains d’évacuer les lieux et par contre dire aux autres de bien rester à l’abri.

 De même certains groupes de personnes comme les employés des services techniques doivent être prévenus rapidement des missions qu’ils doivent entreprendre. Il faut donc disposer d’une capacité d’appels téléphoniques massifs (plusieurs dizaines de milliers par heure), d’une base de données de numéros téléphoniques et d’adresses avec la possibilité de les sélectionner rapidement et enfin de messages préenregistrés avec la voie du maire ou enregistrables rapidement par celui-ci.

C’est tout cela qu’à créé Gedicom pour la commune. La ville a investi environ 12 000 € et paye entre 0,5 et 1€ par habitant et par an (soit 25 à 30 k€), un coût modeste comparé aux dizaines de millions d’euros de la catastrophe.

L’originalité du système est le couplage entre la base de données (téléphonique plus d’autres renseignements fournis par les administrés) et un SIG (système d’information géographique, d'Esri en l’occurrence).

La procédure de lancement d’appels est simple : la personne en charge détermine le message, défini un niveau de vigilance (pour les inondations), choisit la ou les cibles, soit à partir de répertoires prédéfinis soit directement à l’écran en traçant une zone avec la souris (sélection polygonale) soit en désignant des rues pour extraire en temps réel les numéros à appeler. Ensuite le message est lancé.

 Tout cela s’effectue par internet. L’installation d’appel est située dans les locaux de Gedicom en région parisienne.

La base de donnée contient tous les numéros qu’on a bien voulu y entrer, ainsi même les personnes ne disposant que d’un portable ou celles sur liste rouge sont appelées. L’automate vérifie si le téléphone a été décroché (identification de répondeurs) et si le message a été écouté.

En fait le système va servir pour d’autres choses que l’alerte inondation (la dernière de cette importance datait de 50 ans !). Il y a bien d’autres occasions de l’utiliser : en cas de travaux dans certaines rues, pour prévenir des personnes âgées etc. Lors de l’inondation il y a eu un problème avec les personnes sous dialyse rénale. Celles-ci peuvent être répertoriées en tant que tel pour bénéficier d’appels particuliers et mieux organiser leur assistance.

En décembre dernier il y a eu de fortes pluies. Le système était partiellement opérationnel et plus de 12 000 appels ont été passés. Le résultat est immédiat : Max Roustan constate que la ville est restée calme, que le standard des pompiers n’a pas été autant appelé et qu’ainsi les secours ont mieux rendu leur service.

En fait la ville n’en est pas à son coup d’essai. Elle fait partie de la soixantaine de villes en France qui utilisent déjà le téléphone pour faire des enquêtes communales. C’est donc assez naturellement que l’idée d’une télé-alerte ciblée a germé.

Pour Gedicom, cette première application a servi de développement avec Esri. Le produit est proposé officiellement sur le marché depuis le début d’année ; Pont St Esprit, Florensac ont fait aussi une acquisition et plusieurs dizaines d’affaires sont en négociation. Le système peut se développer : grâce à la traçabilité des portables depuis les émetteurs, il serait même possible d’avertir toutes les personnes (vacanciers, transit) sur une zone donnée. De quoi éviter des victimes.

Christian Guyard

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles