Nous suivre Industrie Techno

Airbus suit l'A380 à la trace

Wilfried Maisy

Sujets relatifs :

, ,
Airbus suit l'A380 à la trace

© D.R.

Sur terre comme sur mer, le transport des pièces de l'Airbus A380 fait l'objet d'une traçabilité en temps réel grâce aux puces RFID.

Depuis six mois, Novacom Services est chargé du suivi en temps réel des pièces composant l'Airbus A380. L'habitacle, les fuselages, l'empennage et les ailes sont produits au Royaume-Uni, en Espagne, en Allemagne et en France, avant d'être assemblés à Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne). Les ailes, par exemple, longues de 43,5 m pour une envergure de près de 80 m, sont les plus grandes jamais construites pour un avion de ligne. Elles sont réalisées sur le site de Broughton, au pays de Galles. Elles sont acheminées à bord du navire Ville-de-Bordeaux jusqu'à Pauillac (Gironde). Elles remontent ensuite la Gironde et une partie de la Garonne, de Pauillac à Langon, sur la barge Breuil, avant de conclure le voyage par convoi routier exceptionnel. Sept véhicules réalisent cette dernière étape de 250 kilomètres, en trois nuits, au rythme de 15 à 20 km/h.

Les différentes pièces reposent sur des consoles géantes de 120 tonnes portant une puce électronique RFID (identification par radiofréquence). Chaque changement de moyen de transport, entre une barge et un véhicule industriel par exemple, fait l'objet d'un transfert de responsabilité.

Vingt terminaux durcis pour suivre les pièces

« Le capitaine de la barge et le conducteur du poids lourd disposent de terminaux portables pour lire les étiquettes RFID contenant des informations sur la nature des pièces transportées, explique James Newton, directeur des grands comptes de Novacom Services. Ce matériel leur permet aussi de demander le transfert de marchandises, puis de l'accepter, afin de valider le passage de responsabilité. Pendant le voyage de la barge au poids lourd, un opérateur intermédiaire d'Airbus est responsable de la pièce. » Les consoles vides reprennent ensuite le chemin inverse, jusqu'à leurs usines respectives.

Ces vingt terminaux durcis, des boîtiers Gotive H42, sont affectés aux chargés de transport et aux médiateurs. Ils intègrent plusieurs fonctions de capture automatique de données : lecteur de codes-barres, de cartes à puce, capteur d'images et périphérique permettant la signature électronique. Ils communiquent par ondes radio GSM/GPRS. Les modèles embarqués dans les poids lourds sont aussi dotés d'un GPS. Sur mer, Novacom fournit aux navires un boîtier de communication par satellite (réseau Inmarsat). Des relevés géographiques sont effectués toutes les trois minutes sur terre, et toutes les heures sur mer. La position des pièces apparaît sur une cartographie, disponible sur un serveur via Internet. Les données sont consultées sur les PC d'administration et de surveillance d'Airbus, grâce à des comptes sécurisés.

Novacom Services, hébergeur de ces solutions, propose une sauvegarde des données en temps réel. « En cas de panne, nous récupérons les informations en quelques secondes », assure le directeur. Novacom Services est une filiale de CLS (Collecte Localisation Satellites), l'opérateur mondial du système Argos, et du Cnes (Centre national d'études spatiales).

« Cette solution nous permet de comparer les plannings théoriques et réels des acheminements et d'éditer l'historique lié à chaque pièce, commente Laurent Dop, en charge de la maintenance et des moyens de transport d'Airbus. Toutes les étapes étant suivis à distance, nous avons pu réduire notre représentativité sur le terrain. »

En 2008, Airbus prévoit de réaliser vingt transports de ce type. Et dans les mois à venir, le dispositif de suivi va être perfectionné. « Nous comptons mieux exploiter les capacités des puces pour réduire les documents liés au transfert des pièces. De plus, en équipant en informatique embarquée la voiture de tête du convoi routier, nous serons bientôt en mesure de suivre les camions en direct, pour les aider à manoeuvrer. »

EN BREF

L'objectif - Contrôler en temps réel et à distance le transport des pièces de l'A380, pour comparer les plannings théorique et réel. La solution - La plate-forme de suivi multimodal de Novacom Services, sur la base d'une identification par RFID et grâce à des terminaux portables communicants.

UNE SYNCHRONISATION PAR GÉOLOCALISATION

- Produits dans différents pays d'Europe, les six principaux tronçons composant l'Airbus A380 sont réceptionnés à Langon, en Gironde. Ils doivent arriver simultanément. Ils rejoignent Toulouse lors d'un même convoi routier. D'où l'importance de synchroniser leurs différents parcours à l'aide d'une cartographie sur laquelle les tronçons d'avion sont géolocalisés et suivis en temps réel.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0897

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Pour bien commencer la semaine : Merck et EOS impriment des médicaments sur mesure

Pour bien commencer la semaine : Merck et EOS impriment des médicaments sur mesure

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

ABB dope ses robots de logistique avec l’IA du californien Covariant

ABB dope ses robots de logistique avec l’IA du californien Covariant

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Impression 3D, nanotubes de carbone, AirCyber… les meilleures innovations de la semaine

Comment Airbus a utilisé Palantir pour assurer la montée en cadence de l’A350

Comment Airbus a utilisé Palantir pour assurer la montée en cadence de l’A350

Plus d'articles