Nous suivre Industrie Techno

Aerodynamique : l'intelligence artificielle de Neural Concept améliore la simulation

Aerodynamique : l'intelligence artificielle de Neural Concept améliore la simulation

Pierre Baque, CEO de Neural Concept

Grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle, la jeune pousse suisse Neural Concept est parvenue à s’affranchir des contraintes imposées par les outils conventionnels de simulation aérodynamique, lents et gourmands en ressources. Plus rapide, plus précis et plus flexible, l’outil développé par la start-up se destine notamment aux industries automobile, aéronautique et énergétique.

L’optimisation aérodynamique d’un objet reste, aujourd’hui encore, un travail fastidieux. La méthode conventionnelle consiste en effet à tester, les unes après les autres, différentes formes par simulation numérique. Des opérations exigeantes en termes de puissance de calcul, et donc particulièrement lentes. Mais depuis peu, c’est une nouvelle voie qu’explore la start-up suisse Neural Concept : celle de l’intelligence artificielle.

Fondée au début de l’année par des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), la jeune pousse suisse se consacre à la création d’un outil d’optimisation aérodynamique reposant sur l’apprentissage automatique. « Le cœur de la technologie est un réseau neuronal convolutif, capable d’apprendre à reproduire les résultats des logiciels de modélisation, et donc d’accélérer ces simulations », révèle Pierre Baqué, directeur général et co-fondateur de Neural Concept.

Des résultats plus précis

Pour entraîner leurs algorithmes d’intelligence artificielle à la prédiction des caractéristiques aérodynamiques d’un objet, les chercheurs les ont nourris de multiples formes génériques, formées par un maillage numérique tridimensionnel, ou mesh. Un procédé clé dans le développement de l’outil proposé par Neural Concept : « Les méthodes d’apprentissage automatique et d’optimisation numérique sont au cœur de notre système et constituent notre savoir-faire », expose Pierre Baqué.

Outre un gain de temps, ce sont également des résultats plus précis qu’offrent les algorithmes de Neural Concept, « 5 à 20 % plus aérodynamiques dans certaines conditions par rapport à la méthode habituelle », avance Pierre Baqué, qui ajoute que la technologie développée par sa start-up « s’applique aussi à des cas que la méthode traditionnelle ne permet pas de traiter ». Ultime atout de l’outil : sa plus grande souplesse d’utilisation, comme le précise le directeur général : « Les formes d’entraînement peuvent être très différentes de la cible, ce qui donne à notre système une grande flexibilité ».

Augmenter la précision du logiciel

Destiné notamment aux industries automobile, aéronautique et énergétique – pour la conception d’éoliennes par exemple –, le programme d’intelligence artificielle développé par Neural Concept vient d’être présenté lors de la Conférence internationale sur l’apprentissage automatique (ICML), qui s’est tenue cette année à Stockholm, en Suède. « Il s’agit pour l'instant d’une librairie Python/C++, que seuls nos ingénieurs savent utiliser dans le cadre de missions pour nos clients », souligne Pierre Baqué, qui prévoit toutefois « le déploiement d’une interface utilisateur classique lorsque la technologie sera stable ».

Au-delà de l’amélioration de la fiabilité de leurs algorithmes, les cinq membres de la start-up – tous formés à l’EPFL – s’attèlent à l’augmentation de la précision de leur logiciel, et cherchent aussi à réduire les quantités de données nécessaires à l’entraînement du réseau de neurones. « Nous allons pour cela utiliser des méthodes d’apprentissage par transfert », prévoit Pierre Baqué, qui envisage aussi de « sortir du domaine de la mécanique des fluides, pour traiter d'autres simulations telles que les transferts de chaleur ou celui des ondes électromagnétiques ». Un objectif que Neural Concept ne pourra atteindre sans l’aide d’investisseurs, comme le concède son directeur général : « Nous sommes à la recherche de financements afin de pouvoir nous étendre à ces nouveaux domaines d’application et rester à la pointe de la technologie ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Le centre Inria Lille met l'IA à l’honneur

Implanté au cœur du pôle d’excellence EuraTechnologies, le bâtiment « Place », fraîchement[…]

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

Focus

L'intelligence artificielle pour viser le flux tendu

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Dossiers

"Donner plus d'intelligence aux machines"

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Dossiers

Les systèmes cyberphysiques s'autonomisent

Plus d'articles