Nous suivre Industrie Techno

Adobe s'intéresse de plus en plus au 3D

Industrie et  Technologies
J'ai rencontré cette semaine les responsables de la nouvelle version d'Acrobat 3D d'Adobe. Elle marque l'intégration des technologies issues de l'acquisition de l'éditeur français TTF voici un an. Du coup, maintenant Adobe propose aussi de la conversion d


On se souvient de l'entrée tonitruante d'Adobe Systems dans le monde du 3D avec l'annonce d'Acrobat 3D en janvier 2006 (voir notre lettre N°139), qui permettait de convertir un modèle CAO 3D en un fichier PDF 3D lisible et manipulable à l'aide d'un simple Adobe Reader, disponible gratuitement sur le Web, quand il ne fait pas partie de la configuration par défaut de votre machine. Adobe marquait ainsi sa volonté de devenir le leader de la publication et de la diffusion d'informations 3D auprès du plus grand nombre.

Quelques semaines plus tard, Adobe Systems montrait sa détermination dans le domaine du 3D en faisant l'acquisition de la société lyonnaise TTF (voir notre lettre N°152). Il disposait ainsi de librairies et de traducteurs lui permettant de lire et de convertir pratiquement tous les formats de logiciels de CFAO et de calcul existants. De plus, il se retrouvait à la tête du format hyper compressé, le PRC.

Moins d'un an plus tard, Adobe Systems commence à montrer la version bêta d'Acrobat 3D V8. « A force de rencontrer des utilisateurs, nous avons bien compris la problématique de l'utilisation du 3D dans de nombreux secteurs industriels et nous allons maintenant pouvoir proposer à nos clients un ensemble de solutions pertinentes autour du 3D », explique Rak Bhalla, responsable marketing de la Knowledge Worker Business Unit d'Adobe. « Cette nouvelle version, qui tire pleinement parti des technologies issues de TTF, va permettre à nos utilisateurs de convertir en PDF 3D leurs gros assemblages, tout en gardant la précision et la topologie des modèles natifs, le tout sous un format très compact. Ils vont aussi pouvoir pleinement jouer de l'interopérabilité entre différents outils de CFAO et disposer de fonctionnalités nouvelles comme l'intégration des tolérances ».

Effectivement, il devient possible avec cette version de lire non seulement le flux OpenGL alimentant l'affichage de la station CAO, mais aussi directement le format natif de la plus part des logiciels de CAO, de FAO ou de calcul du marché. Cette version permet aussi de transférer les tolérances géométriques et dimensionnelles attachées aux différentes pièces d'un assemblage créées dans les principaux logiciels de CAO du marché (Catia V5, I-Deas, NX, Pro/Engineer, SolidWorks, Inventor ou ceux utilisant le format JT). Ces données exactes sont alors compactées d'un ratio d'au moins 150 fois suivant le niveau de détails et de précision que l'utilisateur choisi d'exporter en PDF 3D. « Nous laissons à l'utilisateur la possibilité de régler ces niveaux en fonction du type de collaboration et du niveau de confiance qu'il veut établir avec ses interlocuteurs, afin de communiquer au mieux tout en protégeant ses savoir-faire ».

D'ailleurs suivant l'usage ultérieur qui est prévu pour les données, leur auteur à aussi le choix lors de la création du PDF 3D d'utiliser le format U3D facettisé, pour de la simple visualisation de qualité, ou le format PRC, pour une réutilisation dans des outils de CFAO ou de calcul.

Notons que le PDF 3D peut être envoyé seul, ou intégré dans un document Microsoft Office ou accompagné d'autres documents afférents (note de calcul, notice explicative, etc.). Tous ces documents peuvent être régis à l'aide des outils serveurs d'Adobe, afin d'en garantir la sécurité de diffusion et de consultation.

De la communication à l'interopérabilité

Le destinataire peut, à l'aide d'un simple Adobe Reader, ouvrir, visualiser et manipuler les documents PDF 3D qui lui ont été adressés, il peut aussi les annoter, faire des sections, ou encore prendre des mesures. Rien de bien nouveau, me direz vous, par rapport à la version antérieure, si ce n'est la possibilité de travailler sur des assemblages plus gros (jusqu'à 1 GB) et d'avoir des données plus précises ? Détrompez-vous !

Si le destinataire dispose, lui aussi, d'Acrobat 3D, il peut, si le créateur du fichier le lui autorise, récupérer le PDF 3D et le retransformer en un nouveau format 3D natif correspondant par exemple aux outils de FAO ou de calcul qu'il utilise dans la suite du processus de développement. On peut aussi envisager que les données CAO d'un système A converties en PDF 3D soient récupérées et converties dans le format d'un système de CAO B. Le tout sans perte d'informations ou de précision.

Le PDF 3D répond ainsi non seulement à un besoin de communication entre systèmes différents, mais facilite une réelle interopérabilité des données entre les systèmes. Voilà qui va répondre à une véritable demande d'utilisateurs souvent lassés de voir les principaux éditeurs de CAO plus enclins à promouvoir leurs formats propriétaires que les formats standard, pour lesquels ils ont d'ailleurs chacun leur version.

Enfin le PDF 3D permet de réutiliser les données CAO afin d'enrichir la production de toute la documentation technique liée à un produit, qu'il s'agisse de créer des documents papiers ou en ligne. On ne peut alors que rêver d'une intégration encore plus fine du PDF 3D avec d'autres logiciels de création d'Adobe tels Illustrator ou Photoshop.

Dernière bonne nouvelle, le prix d'Acrobat 3D na pas évolué malgré l'afflux de fonctionnalités nouvelles. Il reste à 1169 €HT ou 349 €HT dans le cas d'une simple mise à jour. Le logiciel devrait être disponible d'ici la fin du printemps, notamment en version française.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.adobe.fr

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 25 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.




Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles