Nous suivre Industrie Techno

Acheteur Il maîtrise les coûts

CHRISTOPHE BYS cbys@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Acheteur, le nom est trivial. Mais la fonction, peu connue du grand public, est une des plus complètes. Connaissance des processus de fabrication, négociations, reporting, l'acheteur est devenu un acteur central de la performance de l'entreprise.

LE CONSEIL DU PRO

« Ma facilité à ne pas être désarçonné par la nouveauté a été un atout incontestable dans ce métier. Cinq ans après mon embauche, je fais de plus en plus de management, ce qui correspond à ce que j'ai toujours voulu faire. La fonction achat est très variée et les perspectives sont réelles. »

SA MISSION ?

Comme son nom l'indique, un acheteur... achète des composants pour élaborer un produit existant ou en cours de développement. Consommateurs compulsifs, passez votre chemin, ce métier n'est pas fait pour vous. Un bon professionnel obtient le meilleur prix, les meilleurs délais et la meilleure qualité.

C'est un rôle stratégique : un mauvais fournisseur et c'est la production, voire l'avenir de l'entreprise, qui peut être remis en cause. De même, l'acheteur négocie les conditions et délais de paiement. Ses décisions influencent l'état de la trésorerie de l'entreprise qui l'emploie.

Une partie du temps d'un acheteur est consacrée à la veille technologique. Il doit savoir comment on produira demain. Il doit maîtriser les nouveaux processus, mais aussi se renseigner sur les matériaux d'avenir. Pour cela, il se déplace, visite les fournisseurs, fréquente les foires et autres salons.

L'acheteur ne se contente pas d'acheter. Il suit le déroulement du contrat et rend compte régulièrement à la direction des achats.

ET LE SALAIRE DANS TOUT ÇÀ ?

D'après le CDAF Formation, le salaire brut moyen d'un acheteur en France s'élevait à 64 117 euros en 2008. L'Apec estime le salaire médian des offres qu'elle propose à 38 000 euros. Il est de 32 000 pour les jeunes diplômés et de 39 000 pour les cadres confirmés.

QUELLES COMPÉTENCES ?

Un bon acheteur est un bon communicant, insiste Hicham Abbad, le directeur commercial de KLB Group. Il faut convaincre ses collègues du bien fondé de sa mission. Pour faire la différence, la capacité d'adaptation est essentielle. Savoir s'adapter à son interlocuteur, écouter et convaincre sont les qualités premières de l'acheteur.

C'est un métier de relations. Rencontrer de futurs partenaires, les identifier, les approcher, tester leur sérieux : ces tâches demandent autant de savoir-être que de savoir-faire. L'acheteur fera aussi attention à garder son autonomie. Gare à la trop grande proximité, qui, dans le pire des cas, peut déboucher sur de la corruption.

Savoir et aimer négocier suppose également un goût pour le bluff et une maîtrise du tempo. Les négociations peuvent durer plusieurs semaines.

À l'heure de la mondialisation, certains acheteurs parcourent le monde. Les fournisseurs ne sont plus les voisins de zone industrielle. En conséquence, la pratique de l'anglais est recommandée. Une autre langue vivante pourra faire la différence.

QUELLES FORMATIONS ?

Les aspects techniques ne s'improvisent pas. Une solide formation scientifique et technique initiale est une base indispensable.

Les écoles d'ingénieur délivrent des modules de formation en achats. À recommander si vous vous destinez à cette fonction. Autre possibilité : une fois votre diplôme d'ingénieur en poche, complétez votre formation en décrochant un des masters professionnels spécialisés en achats. Universités et écoles de commerce offrent des cursus de qualité. Ainsi, l'IAE de Grenoble propose un master avec la spécialité management stratégique des achats (Desma) ou le master achats internationaux dispensé par Bordeaux Management School...

OÙ EXERCER SES TALENTS ?

Une étude réalisée en 2008 par l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) indiquait que plus de la moitié des offres dédiées aux acheteurs concernait le secteur de l'industrie (36 %) et du commerce (17 %). Auxquels il faut notamment ajouter 9 % pour l'ingénierie, 6 % pour le secteur des transports et 3 % pour la construction.

L'ingénieur sera plutôt demandé dans les secteurs où ses compétences scientifiques sont indispensables. Et ils sont nombreux : de l'automobile à la téléphonie, du matériel ferroviaire à l'industrie pharmaceutique en passant par les industries mécaniques...

Grandes entreprises ou PMI (plutôt moyennes), toutes ont besoin d'un acheteur. Le métier sera pourtant différent. Dans un grand compte, l'acheteur sera souvent plus spécialiste, tandis que dans une PMI, on attendra de lui qu'il soit plus polyvalent.

Ne pas oublier les sociétés de conseil spécialisées dans les achats. Audit des procédures existantes, préconisations pour améliorer les achats seront le lot quotidien.

ET APRÈS ?

Au cours de sa carrière, un acheteur verra son périmètre d'intervention grandir en même temps qu'il acquerra de l'expérience. Après avoir travaillé sur des produits simples, il se verra confier la responsabilité d'ensembles plus complexes jusqu'à devenir directeur des achats. À ce poste, il définira la politique de son entreprise et devra encadrer l'équipe d'acheteurs qui sera placée sous son autorité. Il contrôlera le reporting de son équipe et rendra compte à la direction générale.

D'autres, après avoir fait leur classe dans un grand groupe, choisissent de partir vers une plus petite entreprise où ils deviendront directeurs des achats ou superviseront à la fois les achats et la logistique.

Ensuite, tous les parcours sont possibles. Un responsable achat peut très bien devenir directeur de production. Certains parcours restent ainsi emblématiques, comme celui de Jean-Philippe Collin passé des achats de Valéo à la direction générale de PSA.

GUILLAUME AMEYE

ICAM TOULOUSE, RESPONSABLE ACHAT SOUS-TRAITANCE ET ADJOINT DU RESPONSABLE ACHAT DE L'USINE AREVA DE SAINT-MARCEL

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0921

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Ingénieur d'affaires : au plus près des besoins du client

Un sens aiguisé des affaires et un solide bagage technique. L'ingénieur chargé d'affaires joue de sa double compétence pour apporter une solution[…]

01/02/2012 |
Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur d'études : une imagination contrôlée

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

Ingénieur agronome : il récolte les fruits de la technique

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

L'ingénieur automaticien : il asservit la machine

Plus d'articles