Nous suivre Industrie Techno

Abisse prend le virage du PLM

Industrie et  Technologies
Après avoir rencontré le succès dans le domaine de la CAO en commercialisant Solid Edge, le revendeur nantais Abisse se lance dans le PLM pour PME avec une solution originale et performante d'origine italienne.


C'est toujours intéressant de suivre pendant 10 ans l'aventure d'une société, surtout quand il s'agit d'une réussite. Et c'est bien le terme qui convient pour qualifier la décennie que vient de vivre le revendeur nantais Abisse.

Abisse c'est avant tout l'histoire de deux hommes et d'un produit. Tout d'abord Serge Gauthier, un électronicien qui a fait ses premières armes en développant les postes de travail de Matra Datavision, puis en vendant de la CAO-Mécanique chez Intergraph dans le Grand-Ouest, et qui a commencé à développer pour cet éditeur un réseau de revendeurs pour Solid Edge, avant que ce logiciel ne rejoigne UGS. Sentant les potentialités de ce produit pionnier du 3D sous Windows, il a quitté Intergraph en 1996 pour créer Abisse (Analyse des Besoins Industriels et Solutions au Service des Entreprises), afin de commercialiser Solid Edge à partir de Nantes. Pour cela, il s'est associé à Stéphane Charrier qui travaillait déjà avec lui chez Intergraph pour supporter techniquement Solid Edge.

Aujourd'hui Abisse est le premier revendeur français et le troisième revendeur européen des solutions logicielles d'UGS avec plus de 500 clients et près de 3 000 licences vendues. Il a complété l'offre CAO avec des outils de simulation comme Femap d'UGS, Dynamic Design Motion de MSC.Software et 3G.author de PlassoTech.

Abisse emploi maintenant 24 personnes réparties dans 4 agences (Lyon, Nantes, Paris, et Toulouse) et 2 centres techniques (Rouen et Montpellier). Il devrait réaliser un chiffre d'affaires de 2,9 millions d'euros sur son année fiscale 2005/2006 qui se termine à l'été.

Fort de cette réussite, Abisse considère que c'est maintenant le bon moment pour prendre le virage du PLM. « Les entreprises industrielles ont développé tout un ensemble d'outils de gestion économique de leurs activités, mais elles sont encore très pauvres dans le domaine de la gestion de la connaissance de leurs produits. Seule la mise en place d'une approche de type PLM leur permettra de combler ce retard. C'est pourquoi nous avons décidé de franchir le pas vers le PLM dès l'an dernier  », explique Serge Gauthier.

Tout naturellement Abisse a commencé à proposer à ses clients Teamcenter Engineering d'UGS. Mais cette solution n'est pas forcément la plus adaptée pour des petites entreprises comptant quelques postes CAO et une petite dizaine de personnes amenées à consulter épisodiquement le système. De même, le module Insight de Solid Edge atteint vite ses limites dès que le volume de données s'accroît. « Il est bridé par la technologie SharePoint Portal Server de Microsoft sur lequel il est basé, car celle-ci, développée pour la bureautique, supporte mal les lourdes données graphiques ».

Entre ces deux extrêmes, Abisse a recherché une solution simple à mettre en place et à utiliser, pouvant fonctionner avec de multiples outils de CAO, mais offrant les mêmes fonctionnalités que les solutions lourdes, car les PME ont les mêmes besoins que les grands comptes, le tout sans que ce soit un aspirateur à service.

Il a finalement découvert l'offre Rule Designer de l'éditeur italien Engineering PLM Solutions, dont il a pris la distribution pour l'Europe francophone. Il s'agit d'une solution native Windows, multi-sites et multi-CAO, facile à installer et dont les mises à jour se font automatiquement via le web de manière transparente pour les applicatifs coiffés par RuleDesigner (Solid Edge, SolidWorks, Inventor, Autocad, Catia V5, Pro/Engineer, ME10, etc.). La suite logicielle RuleDesigner ne requière donc pas de ressources informatiques particulières, levant ainsi les réticences classiques liées à l'adoption d'une solution PLM, à sa mise en Å“uvre et à son utilisation.

Le déploiement de RuleDesigner est à l'image de la solution : simple et rapide, puisqu'en moyenne moins de deux semaines suffisent pour former les utilisateurs et permettre l'adaptation de la solution aux langages, aux règles de l'entreprise et à l'utilisation qui en sera faite. De même, la reprise des données existantes peut être entièrement automatisée via l'outil SmartActions.

Plus de 3 000 licences sont déjà installées en Europe dont certaines en France comme chez Navi-Line pour l'aménagement intérieur de bateaux de plaisance (voir notre lettre 149 du 06 avril) ou dans le groupe Seb pour automatiser des tâches de conception à faible valeur ajoutée (traduction, impression en masse...).

De fait, RuleDesigner est une suite logicielle modulaire composée de :
  • RuleDesigner EDM (Engineering Data Management) : solution de gestion de données techniques permettant la codification des données, leur sécurisation au sein d'un coffre-fort, la gestion des nomenclatures multi-vues, la recherche multi-critères, la gestion des utilisateurs, etc. 
                           RuleDesigner EDM SmartActions : outil d'automatisation de tâches à faible
                           valeur ajoutée permettant le traitement en masse de volumes de données,
                           comme l'impression de tout type de documents sur imprimantes et traceurs
                           en fonction des formats des documents, la traduction automatique de
                           documents (pdf, dxf, dwg...), le calcul automatique des dépliés de tôles, etc. 
                           RuleDesigner EDM Classification Manager : outil de classification
                           automatique des données permettant d'organiser simplement les
                           données à partir des informations descriptives usuelles de l'entreprise,
                           facilitant à terme leur recherche et leur réutilisation.
  • RuleDesigner Configurator : solution de configuration technique permettant la capture du savoir-faire de l'entreprise pour automatiser la conception et génération des pièces, plans, devis, etc.
  • RuleDesigner Collaboration : solution de partage de documents au sein de l'entreprise. Originale, elle intègre un outil de suivi de la relation client, avec la gestion documentaire et celle des plannings dans un environnement web.
Cette solution bien adaptée aux besoins des PME revient aux environs de 4 500 € par poste. Souhaitons à Abisse de rencontrer avec elle le même succès que celui rencontré avec Solid Edge.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.abisse.com & http://www.engineeringplmsolutions.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 24 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

[Exclusif] « La Fédération hospitalière de France planche sur un respirateur rapidement industrialisable », annonce Enguerrand Habran, son directeur de l'innovation

Face à la pénurie de respirateurs artificiels qui guette les hôpitaux français, le Fonds de dotation de la[…]

25/03/2020 | SantéCovid-19
Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Hydrogène, batterie et moteur de fusée imprimé en 3D… les meilleures innovations de la semaine

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Avec Modalis², l’Ifpen veut développer la boîte à outils numériques des batteries du futur

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Pour bien commencer la semaine : Chez Renault, un jumeau numérique pour optimiser la production

Plus d'articles