Nous suivre Industrie Techno

abonné

Analyse

À Plein gaz

Xavier Boivinetxboivinet@industrie-technologies.com
À Plein gaz

Solution mature, le gaz naturel liquéfié démarre en force dans le fret maritime. Mais la stratégie pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre en 2050 reste à déterminer.

Le gaz naturel liquéfié (GNL) fait une entrée fracassante dans le fret maritime. L’année prochaine, l’armateur CMA CGM recevra les premiers de ses neuf porte-conteneurs de 22 000 EVP (équivalent vingt pieds) commandés en 2017. Non seulement ils seront les plus gros au monde – s’ils ne sont pas détrônés d’ici là –, mais surtout ils utiliseront du GNL comme carburant. « CMA CGM se pose en pionnier, affirme Alain Giacosa, le directeur de la plate-forme GNL de l’Association française du gaz. Il change complètement la donne. » D’autant que le géant français ne s’est pas arrêté là. En mars, il a annoncé la commande de cinq autres navires au GNL de 15 000 EVP livrables dès 2021. En décembre 2018 et juin 2019, sa filiale Containerships a reçu ses deux premiers navires propulsés au GNL. Baptisés « Nord » et « Polar », ils ont une capacité de 1 380 EVP et devraient être rejoints cette année par deux navires similaires: « Arctic » et « Aurora ».

à l’exception des méthaniers, qui transportent le GNL à travers la planète et l’utilisent comme carburant depuis des décennies, seuls 160 navires – essentiellement des bateaux de service ou de transport de passagers – étaient propulsés au GNL fin 2018, selon la plate-forme GNL. Si les porte-conteneurs restent encore minoritaires, ils représentent une bonne partie des commandes en cours, qui s’élève à près de 200 navires. « La croissance est là, insiste Alain Giacosa. Elle s’est accrue depuis 2010 et je ne vois pas ce qui pourrait la contrarier. »

En optant pour le GNL, les armateurs se mettent en conformité avec les toutes prochaines réglementations. Notamment la limitation de la teneur en soufre des carburants à 0,5 %, dès 2020. « En raison de la quantité négligeable de soufre dans le GNL, les émissions de dioxyde de soufre (SOx) sont quasi nulles », indique une récente étude de Thinkstep pour Sea-LNG et la Société pour le gaz comme carburant marin (SGMF). Une petite quantité de SOx est libérée dans les moteurs « dual fuel » – la majorité de ceux utilisés – où un apport de carburant pétrolier est nécessaire pour déclencher la combustion.

Concernant les oxydes d’azote (NOx), les émissions des moteurs GNL dépendent du cycle utilisé. « Certains atteignent les objectifs de la réglementation Tier 3 sans traitement, mais d’autres ne le permettent pas, précise Alain Giacosa. Il faut alors mettre en place un système de recirculation des gaz d’échappement. » Cette réglementation limite les émissions de NOx en Amérique du Nord depuis 2016 et devrait être étendue à l’Europe du Nord en 2021. Avec le GNL, les armateurs peuvent avoir un coup d’avance sur le plan écologique, alors que l’Organisation maritime internationale (OMI) a fixé en 2018 des objectifs de réduction des émissions de CO2 pour le secteur. Selon Thinkstep, le GNL réduirait de 21 % ces émissions par rapport aux carburants dérivés des produits pétroliers. « Il n’est pas la solution miracle, mais a l’avantage d’être disponible[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1023

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Alstom fournira 12 trains régionaux à hydrogène à la SNCF en 2025

Alstom fournira 12 trains régionaux à hydrogène à la SNCF en 2025

L’hydrogène gagne le monde du rail français. Alstom a annoncé ce 8 avril avoir reçu une commande de la SNCF[…]

08/04/2021 | FerroviaireHydrogène
Comment Thales veut rendre les trains grandes lignes autonomes dès 2025

Comment Thales veut rendre les trains grandes lignes autonomes dès 2025

Plastic Omnium et ElringKlinger s’allient pour produire des piles à hydrogène destinées à la mobilité

Plastic Omnium et ElringKlinger s’allient pour produire des piles à hydrogène destinées à la mobilité

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Plus d'articles