Nous suivre Industrie Techno

À la recherche des bactéries "santé"

Michel Le Toullec
Après s'être développés dans les produits lactés, les probiotiques promettent des effets sur la gestion du poids, les douleurs intestinales et certains cancers.

Si leur nom n'est pas encore entré dans le langage courant, les probiotiques se sont déjà invités à notre table. On trouve en effet ces bactéries bénéfiques pour la santé dans plusieurs produits lactés contribuant à l'équilibre de la flore intestinale ou renforçant les défenses naturelles. Un marché dominé par Danone avec ses marques Activia et Actimel et Nestlé avec LC1. Mais 2007 aura été marqué par l'arrivée des probiotiques sur d'autres créneaux. Dans le domaine des fromages, le groupe Kraft Foods a lancé au printemps le cheddar enrichi LiveActive. À la même époque, un fromager italien présentait le Ciambello contenant un probiotique du danois Chr. Hansen, l'un des leaders mondiaux du secteur. Le chocolat pourrait bientôt y passer. C'est en tout cas le souhait de la société française Barry Callebaut qui présentait au salon Food Ingredients Europe (début novembre à Londres) un produit contenant des probiotiques encapsulés selon le procédé Probiocap du canadien Lallemand, autre spécialiste de ces bonnes bactéries.

Les actions de recherche se multiplient

Selon Frost & Sullivan, le marché des probiotiques est on ne peut plus prometteur. En Europe, il pourrait passer de 45,5 millions d'euros en 2007 à 120 millions en 2013, tandis que sur le marché américain, le chiffre actuel de 520 millions d'euros pourrait s'élever jusqu'à 1,15 milliard d'ici à cinq ans.

Pour accompagner cette tendance, les principaux fournisseurs investissent actuellement à tour de bras. Ainsi, le danois Danisco va ouvrir d'ici fin 2008, sur son site français de Dangé-Saint-Romain (Vienne), un centre de recherche sur les probiotiques destiné à isoler, parmi les millions de micro-organismes existants, ceux qui présentent réellement une action bénéfique sur la santé. La société Chr. Hansen compte par ailleurs renforcer sa position avec la récente acquisition de la société suédoise Medipharm, filiale probiotiques du groupe laitiers Arla Foods. Et le néerlandais DSM a annoncé en fin d'année sa participation dans Ganeden Biotech, une entreprise américaine spécialiste de la bactérie lactique Bacillus coagulans.

Si les effets bénéfiques des probiotiques sur l'équilibre de la flore intestinale sont connus, les industriels et les chercheurs étudient plus que jamais leur potentiel dans d'autres domaines de notre santé. Des travaux qui, depuis juillet 2007, entrent dans un nouveau cadre. Le règlement européen n° 1924/2006 sur les allégations santé impose que les effets d'un probiotique soient justifiés avant sa mise sur le marché. Danone s'intéresse, par exemple, à l'amélioration de la production de la vitamine K par les bactéries lactiques acides. Nestlé travaille, de son côté, avec la société néo-zélandaise Blis Technologies sur l'influence de probiotiques sur les infections respiratoires chez les nouveau-nés.

Danisco collabore quant à lui avec l'Inserm de Lille sur l'intérêt des probiotiques contre les douleurs intestinales. « Cet effet est observé avec Lactobacillus acidophilus dont certaines souches induisent l'expression de récepteurs analgésiques », explique Christel Rousseau, à l'Inserm de Lille. Par ailleurs, Danisco a lancé sur le marché, en octobre, une souche probiotique productrice d'exopolysaccharides (développées à l'Institut de recherche néerlandais TNO) permettant la gestion du poids. Un thème de société qui est également étudié à l'Imperial College de Londres : l'un de ses chercheurs, Jeremy Nicholson, vient de publier en janvier dans Molecular Systems Biology un article sur l'influence de probiotiques sur l'absorption de graisse par l'organisme.

Plusieurs recherches portent également sur l'effet de probiotiques sur certains cancers. Directeur de recherche à l'Inra de Jouy-en-Josas (Yvelines), Philippe Langella s'intéresse aux bactéries probiotiques recombinantes pour prévenir et traiter le cancer de l'utérus. « Notre approche est basée sur l'utilisation d'un composé, l'interleukine 12, produit par Lactobacillus lactis », explique le chercheur. À l'Inra de Rennes, l'équipe de Gwénaël Jan travaille sur les potentialités probiotiques d'une autre bactérie, Propionibacterium freudenreichii, vis-à-vis du cancer colorectal. Ces recherches visent la sélection de souches robustes, notamment capables de supporter les conditions des procédés industriels. Des travaux sur un sujet similaire sont menés à l'université de Cork (Irlande) par Paul Ross sur la base d'acides gras produits par des bifidobactéries intestinales. Son équipe développe actuellement un acide linoléique conjugué (trans-9, trans-11) présentant des propriétés antiprolifératives contre le cancer du colon.

Dans un tout autre domaine, l'université de Cork a récemment développé un probiotique pour lutter contre la listériose. Ses chercheurs ont en effet isolé une bactérie naturellement présente dans le tractus intestinal produisant une protéine appelée bactériocine, capable de tuer Listeria monocytogenes. On peut également noter les travaux de la société belge Actogenix sur un probiotique (Lactococcus lactis) modifié génétiquement pour être actif contre la maladie de Crohn, une affection inflammatoire chronique du tube digestif.

Enfin, si le potentiel des probiotiques semble établi, leur avenir industriel est fortement lié aux progrès qui seront réalisés pour améliorer et préserver leurs propriétés si spécifiques. Ainsi, à l'université de Reading (Grande-Bretagne), des chercheurs développent des procédés de fermentation afin d'optimiser la production de ces bonnes bactéries.

Préserver la "biodisponibilité"

La microencapsulation des probiotiques est un autre enjeu important : enrober ces bactéries dans des capsules (à base d'amidon notamment) doit en effet les aider à supporter les conditions des procédés industriels et être le plus "biodisponible" possible pour l'organisme.

D'autres travaux consistent à combiner ces bactéries avec ce qu'on appelle des prébiotiques, généralement des fibres à base de glucides qui servent de substrat aux probiotiques et vont stimuler leur croissance ou leur activité (voir encadré). Les sujets de recherche ne manquent pas : les principales pistes seront abordées lors du prochain colloque Probiotech, en juin prochain à Nantes (Loire-Atlantique).

DES FIBRES POUR NOURRIR LES PROBIOTIQUES

- À ne pas confondre : les prébiotiques sont des ingrédients alimentaires naturels qui stimulent la croissance ou l'activité des... probiotiques. Ce sont en général des glucides sous forme de fibres qui leur servent en quelque sorte de substrat et de garde-manger. C'est sur ce créneau qu'a été créée, en 2002, la société DF3 (Dury, Somme) par Yann Dugenet, ingénieur chimiste de formation. L'originalité de ces fibres est d'être produites à partir du son de céréales, comme le blé, selon un procédé breveté. Valorisation du glucide du maïs et du riz Ce projet a été porté dès son départ par l'incubateur régional de Picardie et son outil de production pilote a été mis en place en partenariat avec le Centre de valorisation des glucides. L'entreprise envisage aussi d'étendre son savoir-faire à la production de telles fibres à partir du maïs ou du riz. Producteur de prébiotiques comme l'inuline, l'industriel belge Cosucra fait partie du capital de DF3.

TROIS QUESTIONS À...JEAN-MICHEL POMMET FONDATEUR DE GATE2TECH ET ORGANISATEUR DU COLLOQUE ANNUEL PROBIOTECH

1. Comment se positionne la France dans le secteur des probiotiques ? La France a pris du retard sur certains de ses voisins européens (pays nordiques et Grande-Bretagne notamment), mais plus encore par rapport aux États-Unis. Toutefois, au-delà des préparations lactées contenant des bactéries lactiques qui se sont très bien développées, on voit en ce début 2008 des campagnes actives pour la consommation de ces bactéries bénéfiques disponibles dans les pharmacies françaises sous forme de gélules. 2. Quelle est l'activité de Gate2Tech ? Gate2Tech (www.gate2tech.com) est destiné à faciliter le transfert des innovations technologiques des sciences de la vie en milieu industriel. Véritable boîte à outils technologique, il apporte en outre du conseil en microencapsulation et propose de l'événementiel tourné vers l'industrie. 3. Quels seront les thèmes majeurs abordés au cours de Probiotech 2008 ? L'édition 2008 (les 23 et 24 juin à Nantes, Loire-Atlantique) sera enrichie d'une session sur les fibres prébiotiques pour faire le point sur les acquis et les forts développements des mélanges pré- et probiotiques appelés "symbiotiques". Autre nouveauté par rapport à 2007, le point sur les technologies permettant l'identification, la sélection et la traçabilité de cette flore complexe afin, notamment, de booster son effet santé et de trouver les meilleures associations microbiennes possibles. Le point sera également fait sur la législation en Europe avec les nouvelles réglementations imposées depuis juillet dernier.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0897

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dans l'agroalimentaire, l'inspection par rayons X gagne en polyvalence

Analyse

Dans l'agroalimentaire, l'inspection par rayons X gagne en polyvalence

Leur capacité à détecter une grande variété de matériaux fait des systèmes à rayons X un outil[…]

Un concours pour doper la cybersécurité des industries agroalimentaires et navales

Un concours pour doper la cybersécurité des industries agroalimentaires et navales

La robotique agricole en forum international à Toulouse

La robotique agricole en forum international à Toulouse

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

Le MIT détecte les aliments contaminés grâce aux étiquettes RFID

Plus d'articles