Nous suivre Industrie Techno

A la découverte de la Logan

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Renault a lancé mercredi sa voiture à 5000 euros. Une foule de journalistes étaient présents à cet événement, dont un de la lettre I &T. Premières impressions…

C’est lors un show digne de meilleures mises en scène hollywoodiennes que Louis Schweitzer, pdg du groupe Renault a assuré mercredi 2 juin le lancement de «la voiture à 5 000 euros» au Technocentre Renault de Guyancourt.

Près de 500 journalistes et la quasi-totalité de télévisions étaient présents pour assister à la présentation  de la Logan (ce qui rime avec Mégane et est entre autres l’anagramme de Lagon…) mais surtout d’un nouveau concept qui fera sans doute date dans l’histoire automobile.

 Preuve que Renault a vu les choses en grand, quelques centaines de personnes étaient aussi conviées à la présentation dans la soirée par Louis Schweitzer de la voiture… à Bucarest, au fameux Palais du Parlement… Une petite délégation de journalistes triés sur le volet est ainsi allé jeudi 3 juin à l’usine de Colibasi, à une centaine de kilomètres de Bucarest pour voir sur le vif la production du miracle.

Si jusqu’ici les constructeurs généralistes attaquaient le marché par des voitures de plus en plus sophistiquées, c’est pour la première fois que cette tendance se renverse. Un exercice sur lequel d’autres constructeurs, tels Fiat ou BMW pour ne citer que ceux là, se sont déjà cassés les dents.

Réputé pour ses talents d’innovation et ses actions marketing qui prennent souvent tous le monde à rebours (voire le lancement de la Twingo ou le rachat de Nissan) soulevant  le scepticisme pour ne pas dire des critiques plus ou moins virulentes, Renault semble avoir réussi son pari : proposer une voiture qui affiche un prix défiant toute concurrence mais sans faire aucun rabais à la qualité.

Comment a-t-il procédé ? «Nous avons utilisé pour sa conception et fabrication les gênes techniques de nos véhicules», précise Louis Schweitzer. Visionnaire et grand manitou du projet, qu’il a su imposer à ses ingénieurs dont certains n’étaient pas franchement adeptes d’une telle approche « dévalorisante technologiquement », le patron de Renault martèle depuis quelques années le même discours.

Une analyse qu’il a d’emblée lancée dans son allocution. «80% des voitures sont acquises aujourd’hui par seulement 20% de la population mondiale et dans des pays plutôt avancés économiquement : moderne, fiable et accessible notre Logan s’adresse donc à tous les autres acheteurs potentiels qui sont de plus en plus nombreux dans les pays émergeants», a précisé le responsable du groupe français qui cédera l’année prochaine sa place à Carlos Ghosn, l’actuel patron de Nissan. »

Preuve qu’il a vu juste : la plupart de constructeurs s’apprêtent à lancer un modèle à bas coût, que ce soit PSA avec Toyota ou l’étudie comme Ford.Sauf que la Logan a facilement deux années d’avance !

Les objectifs de Renault sont à la mesure de ce pari inouï : vendre au minimum 700 000 exemplaires vers 2010, soit un total de ventes pour le groupe de 4 millions de voitures par an. Et si le marché réagit comme attendu, les capacités des usines aux quatre coins du monde n’auront aucun mal à répondre à la demande, a assuré Louis Schweitzer.

Commercialisée dès septembre 2004 en Roumanie où elle sera produite à terme à une cadence de 200 000 voitures par an (plus 150000 collections, des carrosseries équipées de moteur et de boîte de vitesses), la Logan sera en effet, proposée à partir de 2005 dans de nombreux pays qui attendaient avec impatience un véhicule abordable comme la Russie, le Maroc, l’Iran, la Chine, l’Inde, etc. 

Une voiture qui selon Louis Schweitzer, n’a pas d’équivalent sur les marchés actuellement : « il existe des voitures qui coûtent moins cher ou ont le même prix que la Logan, mais il s’agit où des modèles très vieux (Dacia 1300 dérivé de Renault 12, Lada, etc.) qui ne correspondent plus au normes et aux attentes du marché où des voitures qui sont plus petites. »

Moderne, la Logan impressionne si on tient compte de son prix, qui variera selon les marchés, les équipements et les options entre 5000 et 8000 euros. Pour quelqu’un qui est monté dans ce véhicule, comme c’était mon cas, le sentiment est effectivement très favorable.

 L’allure n’est pas bien sûr révolutionnaire et on ne peut pas s’attendre pour 5000 euros ni aux ABS ni à la direction assistée ni  la fermeture centralisée des portes. En revanche, les moteurs (1,4 et 1,6 litres) sont de dernière génération, tout comme la boîte de vitesses qui est celle de la Megane II, et les freins Bosch font partie de ce qui se fait le mieux dans ce domaine.

 La voiture respecte d’ailleurs les normes de sécurité européenne en matière de chocs et pollution. On peut aussi s’installer à trois sans aucune gêne à l’arrière, l’espace étant généreux.. Quant au coffre, il peut avec ses 500 litres de volume (similaire à celui de la Velsatis) recevoir plusieurs bagages voire même un vélo.

Les finitions sont de plus soignées, même si ce n’est pas le luxe. Difficile ainsi de déceler un défaut de peinture, qui surprise, est assurée manuellement. Tout a été enfin prévu pour faire face à la circulation sur les routes de ces pays émergeants qui ne sont pas toujours parfaites, car la garde au sol est plus élevée que la normale.

Un bonheur donc  pour les familles nombreuses qui voudront partir faire un tour dans les Carpates…

Mirel Scherer

La Logan en chiffres

- longueur : 4,26 m
- largeur : 1,70 m
- hauteur : 1,50 m
- empattement : 2,63 m
- transmission : boîte manuelle à cinq rapports
- puissance maximum : 90 CP (à 5000 tr/min)
- vitesse maximum : 175 Km/h
- consommation : 6,5 l/100 Km (hors ville), 8,7 l/100 Km (en ville)
- la base roulante : pont avant type McPherson, arrière semi-rigide ; freins avant : à disque sans ventilation (238 mm sans ABS, 259 mm avec ABS), freins arrière : à tambour ; pneus : 165/80 R14, jante 5.5J14 ou 185/65R14, jante 6J15


Le projet

- plus d’un million d’heures de formation à l’usine de Colibasi
- plus de 450 techniciens roumains formés au Technocentre Renault
- utilisation de la plate-forme B de Nissan-Renault (base Modus et la nouvelle Clio)
- motorisations Diesel et GPL disponibles en 2005
- voiture recyclable à 95%
- six années d’études et près de 500 millions d’euros investis (dont 200 millions pour les études et le développement ainsi que la même somme pour la mise à niveau de l’outil industriel de l’usine roumaine de Colibasi)

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles