Nous suivre Industrie Techno

En image

A Genève, Quant communique sur une batterie à l'eau salée pour les voitures électriques

Julien Bergounhoux
6 commentaires

6 commentaires

- 11/03/2014 12h:01

Trop de "spectacle" de la part de nanoflowcell. Véhicule pas trop réaliste par ses dimensions et portes d'accès très difficiles à gérer. Au vu des vitesses annoncées, trop de sollicitation sur les trains roulants et pneus. Est-ce qu'un industriel sérieux à besoin de tout ce cinéma. S'ont-ils sérieux vraiment?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 04/09/2014 03h:18

Supercherie! Vraisemblement destinée à attirer des investisseurs à la fois crédules et ignorants, ou alors anxieux de se débarrasser de leurs avoirs.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 04/09/2014 13h:42

Qu'est que vous n'avez pas compris dans la phrase "véhicule de recherche" . On parle ici d'avancée technologique rien d'autres ....

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 06/09/2014 23h:52

toute vérité passe par trois phases : elle est d'abord ridiculisée, elle fait ensuite l'objet d'une opposition pour finalement être acceptée comme une évidence qui a toujours eu lieu d'être.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 11/09/2014 15h:00

Amoulsolo, vous croyez que TOUT ce qui commence par être ridicule finit OBLIGATOIREMENT par être accepté comme une évidence? N'importe quelle personne que tout le monde accuse de raconter n'importe quoi finira par être reconnu comme un Galilée des temps modernes? Franchement...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

- 09/03/2015 00h:24

Tout comme le première machine volante, les premiers trains auxquels on disait que les femmes enceintes allaient avoir des fausses couches à cause de la "vitesse", les premiers cinémas en couleur (on allait tous avoir des séquelles aux niveaux des yeux) et des comme ça, je peux vous en citer des tonnes... Maintenant... je ne dis pas qu'il faille foncer tête baissée sur ce projet, mais juste se dire "pourquoi pas" et regarder si ça va aboutir à qq chose...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

A Genève, Quant communique sur une batterie à l'eau salée pour les voitures électriques

© nanoFLOWCELL AG

Les véhicules électriques sont de plus en plus populaires, notamment grâce aux modèles luxueux de Tesla Motors, mais restent limités dans leurs capacités par les batteries qu'ils utilisent. L'entreprise nanoFlowCell veut y remédier à l'aide d'une nouvelle batterie qu'elle développe, et qu'elle a présentée au Salon de Genève au travers d'un imposant prototype de recherche.

Nunzio La Vecchia, directeur technique et fondateur de l'entreprise nanoFlowCell, basée au Liechtenstein, a présenté mardi 4 mars au Salon international de l'automobile de Genève la nouvelle version de son prototype Quant, dont un autre modèle, le NLV Quant, avait été dévoilé sur ce même salon en 2010.

Baptisée Quant e-Sportlimousine, cette voiture électrique n'est pas destinée à la vente, mais elle n'est pas non plus un concept car. C'est un véhicule de recherche dont l'objectif est de tester sur la route la technologie de stockage d'énergie par batterie à flux développée par nanoFlowCell. Les "batteries" à flux, qui sont en réalité plutôt une combinaison d'une pile à combustible et d'un accumulateur électrochimique, ont été développées dans les années 1970.

Il en existe plusieurs types, mais celle utilisée par la Quant est basée sur un principe de réaction d'oxydoréduction (redox) classique, c'est-à-dire qu'elle possède deux réservoirs contenant des solutions électrolytiques (ionisées), qui sont séparés par une membrane semi-perméable qui permet un échange de protons entre eux, convertissant l'énergie chimique en électricité.

Cette technologie présente un certain nombre d'avantages par rapport aux autres alternatives aux carburants classiques, notamment les batteries au lithium-ion. Par exemple son faible taux de dégradation à la décharge, l'absence de vulnérabilité au froid ou de danger en cas d'endommagement du système, et la possibilité de la recharger lentement par courant électrique (la cellule électrochimique étant aussi capable de convertir le courant en énergie chimique stockée dans les réservoirs) ou rapidement en changeant les solutions électrolytiques directement via une pompe, comme pour un véhicule à essence.

Elle permet aussi de présenter le véhicule sous un aspect marketing attrayant, en disant qu'il "fonctionne à l'eau salée" (voir la vidéo ci-dessous). Mais les choses ne sont évidemment pas si simples, et le principal désavantage de ces systèmes, outre qu'ils sont complexes à mettre en œuvre et nécessitent beaucoup d'électronique (capteurs, etc.), est que leur capacité de stockage est liée à la taille des réservoirs. Dans le cas présent, la Quant e-Sportlimousine possède 2 réservoirs de 200 litres chacun, et son autonomie estimée est de 400 à 600 km au maximum.

Au-delà de cette technologie de stockage d'énergie, qui est le cheval de bataille de nanoFlowCell (qui est par ailleurs le nom de la techno en plus d'être celui de l'entreprise), ce véhicule électrique a été conçu pour être visuellement imposant. Plus de 5,25 m de long et 2,2 m de large (pour accommoder la taille des réservoirs), équipé de portes papillon et d'un tableau de bord entièrement numérique avec une finition en bois, il tient clairement à se distinguer comme étant haut de gamme. Et sa puissance n'est pas en reste, avec une vitesse maximale de 380 km/h (et une accélération de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes) pour un poids de 2 300 kg avec les réservoirs pleins, rendue possible par ses quatre moteurs électriques, un pour chaque roue. Ils dégagent chacun une puissance maximale de 231,2 ch, pour un total cumulé de 925 ch.

Le concepteur prévoit de fabriquer au moins quatre modèles roulant pour effectuer des essais cette année. Les recherches vont également continuer afin d'améliorer les performance de la batterie, avec en vue une certification pour circulation sur la voie publique de la Quant e-Sportlimousine d'ici 2015.

Découvrez ci-dessous des images (cliquables pour agrandir) de la Quant e-Sportlimousine :


Tableau de bord


Vue des portes papillon et des quatres sièges


Arrière du véhicule

Les specifications techniques détaillées :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Train hydrogène, cobot, véhicule électrique… les meilleures innovations de la semaine

Train hydrogène, cobot, véhicule électrique… les meilleures innovations de la semaine

Quelles innovations vous ont le plus marqués au cours de cette dernière semaine ? Vous avez apprécié notre article sur les[…]

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

Cinq innovations de production développées à l'IRT Jules Verne

A Nantes, l’IRT Jules Verne veut diffuser ses innovations dans les usines

A Nantes, l’IRT Jules Verne veut diffuser ses innovations dans les usines

Trois technos de recharge innovantes au Symposium du véhicule électrique de Lyon

Trois technos de recharge innovantes au Symposium du véhicule électrique de Lyon

Plus d'articles