Nous suivre Industrie Techno

abonné

À chaque usine sa caméra !

cBAPTISTE CESSIEUX

Sujets relatifs :

,
La vision industrielle est un jalon clé de toute automatisation. Pourtant, les disparités sont grandes et il est facile de se perdre dans la large gamme proposée. Caméra 2D, 3D, « temps de vol » ou hyperspectrale, les évolutions dans le domaine sont nombreuses et amènent le contrôle qualité automatisé toujours plus loin.

Si une chaîne de montage automatisée était un organisme, la vision industrielle en serait les yeux. Occupés à scruter la qualité des produits et la bonne marche du processus, ces yeux peuvent prendre de multiples formes. À chaque industrie, comme à chaque espèce animale, sa propre caméra. L'offre est pléthorique et se dote sans cesse de nouvelles fonctionnalités.

Une technologie domine tout de même 80 % du marché : les caméras 2D « tout en un », dites intelligentes. Elles intègrent un capteur optique et un objectif pour leur partie vision, mais aussi un calculateur de prétraitement de l'image afin d'extraire les informations contenues dans les clichés. Ces caméras ont une résolution de 4 à 5 mégapixels. « C'est moins qu'un téléphone portable haut de gamme, note Régis Tomczak, du bureau d'études Optomachine à Clermont-Ferrand. Mais la vision industrielle travaille sur des images brutes, non compressées. Pour garder une vitesse d'acquisition intéressante, la résolution se doit d'être plus faible. » Ainsi équipées, les caméras 2D sont placées au-dessus d'une chaîne de montage et réalisent de nombreuses tâches comme le contrôle de la présence d'éléments, la conformité des dimensions d'une pièce spécifique, le comptage et le tri des produits. Et cela ne s'arrête pas là : en observant les nuances de lumière, de gris et d'ombre, les caméras en déduisent des formes simples, des volumes et, surtout, l'éventuelle présence de défaut. Une fois ces nombreuses informations récupérées, il faut les transmettre à l'opérateur ou, comme cela se fait de plus en plus, directement à la machine. Pour cela, on intègre à la caméra un logiciel règle métier. Ces logiciels sont en fait une interface entre les demandes spécifiques à chaque industrie et le programme informatique qui répond à son propre langage. C'est cette fonction et celle de prétraitement de l'image qui définissent la fameuse « intelligence » de la machine de vision industrielle.

Améliorer l'automatisation du contrôle qualité

Prise de vue, traitement de l'image et communication avec les machines, l'oeil de l'usine peut se passer totalement de l'homme. Mais pourquoi s'arrêter là ? Pourquoi se contenter d'un seul point de vue alors qu'un ordinateur peut centraliser et recouper les informations de plusieurs « yeux » numériques ? Les mesures sont alors multipliées et permettent un contrôle de nombreux produits sous toutes les coutures et en simultané. On rentre ici dans une vision industrielle plus complexe et encore[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N° 0988

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Manipulateurs d'anneaux métalliques

Manipulateurs d'anneaux métalliques

Destiné aux secteurs de la métallerie et du bâtiment, ces manipulateurs à bras articulé, sur colonne fixée au sol, réalisent des manoeuvres[…]

Système de sécurité pour les administrateurs réseau

Système de sécurité pour les administrateurs réseau

Joints visqueux photopolymérisables

Joints visqueux photopolymérisables

Transmission à distance sécurisée

Transmission à distance sécurisée

Plus d'articles