Nous suivre Industrie Techno

8e Concours de design de l’Argus : l’année des filles

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
8e Concours de design de l’Argus : l’année des filles

Aurélie Gagnaire préfère la marche à un véhicule en ville.

© DR

En poussant à l’extrême sa réflexion sur le thème du concours - Se déplacer dans l’ère de la sobriété - une étudiante de Créasud remporte le premier prix avec un système d’incitation à la marche en ville.

Pour la première fois de son histoire, le Concours européen de Design de l’Argus remet son 1er prix à une jeune femme, Aurélie Gagnaire, pour son projet Signal[easy]. Répondant au sujet ‘‘Less is more – Se déplacer dans l’ère de la sobriété’’, cette étudiante en 2e année de BTS Design Produit à Créasud (Bordeaux) a pris le jury à rebours en proposant une démarche radicale basée sur un système d’incitation à la marche en ville, plutôt que sur l’utilisation d’un véhicule.

Système idéal pour les touristes cherchant leur chemin dans une ville inconnue, Signal[easy] entend aussi faciliter les déplacements des urbains autochtones, notamment pour les malvoyants et malentendants, en leur proposant un parcours sûr et sans obstacles. 


                                                     

Simple et efficace, Signal[easy] couple des bornes audio, disposées à intervalles réguliers sur les axes principaux et intégrant des plans de ville podotactiles, à une signalisation en relief au sol. La gagnante a reçu un prix de 3 000 €. Elle aura également la chance de réaliser un stage d’immersion dans le Centre ADN (Automotive Design Network) chez Citroën, partenaire du Concours cette année.


La 2e place revient à Nicolas Belly, également étudiant à Créasud où il poursuit un cursus en Design Produit. 

                                                         

Son projet ROLL, ludique et issu de forêts exploitées durablement, est un kit de vélo ou trottinette en bois à monter soi-même.


Enfin, Julie Grondin et Aurélie Sidot, étudiantes à l’IUP d’Evry où elles suivent un Master 2 GSI Design, montent sur la 3e marche du podium pour leur projet commun Glob’us

                                                           

Il s’agit d’un châssis universel permettant d’adapter les différents constituants du véhicule en fonction des cultures, des savoir-faire et des matières disponibles localement, variables d’un continent à l’autre.

Rappelons que depuis l’année dernière, le Concours de Design étudiant a élargi les perspectives de son champ d’action en passant du Véhicule Utilitaire (V.U.) à la notion plus globale de mobilité. La question posée cette année demandait aux étudiants de réfléchir sur le mode de déplacement le plus sobre et le plus simple possible.

Une participation record

Le nombre de participants a été en nette augmentation : +40 %. Parmi les 433 étudiants inscrits, 238 ont proposé un projet conforme au cahier des charges. L’implication des écoles et des professeurs est un élément clé de la réussite du Concours : en France, les principaux contributeurs sont : l’ENSAAMA Olivier de Serres ; Créapole ; Créasud Bordeaux ; l’IUP d’Evry ; l’Ecole de Design Nantes-Atlantique et le Lycée Camille Claudel.

Grande nouveauté cette année, c’est une école étrangère qui a fourni le plus grand nombre de projets : l’Université Polytechnique de Valence en Espagne ! Fidèle à son habitude, Coventry School of Arts and Design figure également parmi les écoles les plus présentes, et une nouvelle fait son apparition dans le top 10 : George Enescu Art University en Roumanie.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.trophees.argusauto.com  
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles