Nous suivre Industrie Techno

6 projets pour réduire la concentration de CO2 dans l'atmosphère

Industrie et  Technologies
La Fondation Altran pour l'Innovation vient de publier la liste des 6 projets innovants qu'elle a retenu pour la finale de son concours visant à réduire la concentration de CO2 dans l'atmosphère.


Créée en 1996 par le groupe Altran, la Fondation Altran pour l'Innovation est le vecteur essentiel de l'action sociétale que mène ce groupe. Sa mission est de promouvoir l'innovation technologique au service de l'intérêt général. Pour cela, elle organise tous les ans un concours scientifique international sur un thème différent, récompensant des porteurs de projets innovants à caractère technologique.

Le thème retenu pour 2008 est : réduire la concentration de CO2 dans l'atmosphère, notre défi technologique !

Ce Prix récompensera un projet technologique et innovant qui répond à l'une de ces préoccupations :

  • - Prévoir et réduire les émissions de CO2 ; 
  • - Atténuer et réparer les dommages causés par ces émissions ; 
  • - Prévenir et sensibiliser les populations à cette question.
Le vainqueur bénéficiera d'un an d'accompagnement technologique et de conseil scientifique par les consultants du groupe Altran et de 16 000 € de dotation financière.

159 projets ont été reçus et 28 dossiers de candidatures présélectionnés. Ceux-ci viennent d'être examiné par le jury international du prix. Six finalistes ont été sélectionnés pour poursuivre l'aventure et participer à la prochaine étape du prix : présenter leur projet devant le jury, le 24 octobre prochain lors du Grand Oral.

Voici les six projets finalistes

  • -RubisCO2 présenté par Arnaud Muller-Feuga, de Microphyt (Montpellier, France)
    Objectif : Produire de la biomasse de micro-algues sans rejeter de CO2
    Le projet vise à faire de tout système photosynthétique confiné un puits intégral de CO2 contribuant efficacement à la bioremédiation des rejets de ce gaz à effet de serre. Les photo-bioréacteurs de Microphyt présentent les caractéristiques requises pour l'obtention de ce résultat. A raison de deux tonnes de CO2 fixée par tonne de biomasse sèche produite, le potentiel de biofixation croît rapidement avec la production des micro-algues en photo-bioréacteurs clos. Applications futures : les biocarburants en particulier. Il s'agit de biofixer la totalité du CO2 introduit dans les systèmes photosynthétiques clos, et non pas seulement de l'utiliser pour partie et diluer le reste dans l'air de balayage, comme c'est le cas aujourd'hui.
  • - Projet présenté par Olivier Lepine d'AlgoSource Technologies, en partenariat avec JCL Environnement et le laboratoire GEPEA/CNRS (Nantes, France)
    Objectif : Capturer le CO2 avec des micro-algues
    Le projet d'AlgoSource Technologies consiste à capter le CO2 produit par l'activité industrielle, puis à le traiter pour l'injecter sans opération de concentration dans des systèmes de culture de micro-algues, afin d'en obtenir une biomasse valorisable dans différentes industries : agroalimentaire ; chimie verte ; énergie. La valorisation de cette biomasse se fait dans des bio-raffineries, dans lesquelles la totalité de la ressource est utilisée. La production industrielle de micro-algues permet de remplacer le carbone fossile, source d'une augmentation de la concentration en CO2 dans l'atmosphère, par une ressource renouvelable neutre sur le plan du CO2. 
  • Habitable Carbon Dioxide sink depot présenté par Francisco Gallo Mejia, de l'Université du Pays Basque - UPV (Saint-Sébastien - Donostia, Espagne)
    Objectif : développer des composites à base de bambou pour une architecture durable
    Ce projet développe un bio-composite à base de bambou Guadua angustifolia kunth. Ce type de composite consomme moins d'énergie, d'eau et de matériaux (bois, briques, métal, etc.). De plus, cette approche nécessite des machines plus petites et peu de transport car les plantations sont installées à proximité de l'utilisateur final. Cette technologie permettra de développer un système plus respectueux de l'environnement alliant recyclabilité, durabilité, isolation, légèreté et stockage du CO2. 
  • Smart Energy Glass présenté par Casper Van Oosten, de l'Université de Technologie d'Eindhoven, avec la start-up Peer+ (Eindhoven, Pays- Bas)
    Objectif : développer une vitre à intelligence énergétique
    Smart Energy Glass est un nouveau type de fenêtre réversible capable de contrôler la quantité de lumière qui entre dans une pièce tout en collectant de l'énergie solaire. La fenêtre peut être utilisée sous trois modes de luminosité : sombre ; éclairé et tamisé. La lumière absorbée par la fenêtre est convertie en énergie. Les avantages de ce système sont nombreux :
    - la captation de l'énergie se fait de façon totalement invisible et intégrée au bâtiment ;
    - des économies de coûts sont possibles en matière d'air conditionné et d'énergie ;
    - l'amélioration de la température interne du bâtiment se fait grâce à un éclairage naturel et cyclique ;
    - la fenêtre peut être fabriquée dans la couleur souhaitée. 
  • MagCool présenté par Christian Muller, de Cooltech Applications (Holtzheim, France)
    Objectif : développer une climatisation magnétocalorique réversible pour l'habitat
    La société Cooltech Applications développe un système de climatisation automobile réversible basé sur une rupture technologique, l'effet magnétocalorique. Soumis à des alternances magnétiques, un alliage intermétallique spécifique s'échauffe, puis se refroidit suivant des cycles répétitifs. Le but du projet MagCool consiste à étendre à la climatisation de l'habitat cette technologie innovante en proposant un système réversible de climatisation magnétocalorique, totalement écologique, sans aucun gaz réfrigérant et à grande efficacité énergétique. MagCool va permettre de diminuer sensiblement la consommation globale d'énergie électrique et réduire ainsi la production de CO2 des centrales électriques. 
  • Convert CO2 back to fuel présenté par Siglinda Perathoner, de l'Université de Messine (Italie, Messine)
    Objectif : Transformer le CO2 en combustible
    Ce projet vise à développer un dispositif photoélectrocatalytique (PEC) capable de convertir le CO2 en combustible à une pression et une température ambiante en utilisant la lumière du soleil et l'eau. En utilisant ce dispositif, il sera possible de créer des arbres artificiels capables de capturer le CO2 et de le convertir en un combustible liquide (hydrocarbures, alcools). Ainsi, la mise en place de ce concept permettra de réduire le niveau de CO2 dans l'atmosphère et de capturer l'énergie renouvelable du soleil pour la transformer en un combustible liquide stockable, transformable et évitant les investissements coûteux de l'extraction d'énergies fossiles.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.fondation-altran.org

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles