Nous suivre Industrie Techno

6. ITECH / SNF FLOERGER L'évapo-incinération pour traiter les effluents industriels

Michel Le Toullec

Sujets relatifs :

Ce procédé pourrait remplacer les méthodes utilisant des floculants dans les industries du cuir, du textile et du papier.

Premier producteur mondial de floculants pour le traitement de l'eau, la société SNF Floerger (implantée à Andrézieux, Loire) collabore avec l'Institut textile et chimique de Lyon (Itech) pour développer un procédé... qui se passe de floculants. Chef de projet de l'unité stratégique de SNF, Bernard Sabatier explique ce paradoxe : « En parallèle de notre activité sur les floculants, nous nous intéressons aussi à d'autres procédés, en particulier à l'évapo-incinération. » SNF compte ainsi aider au développement de deux de ses filiales : FMI, fabricant d'incinérateurs, et France Évaporation (ex-Favier), constructeur d'évaporateurs.

Le procédé recycle plus de 80 % de l'eau sur site

Pour ce procédé, Bernard Sabatier contacte l'Itech, école d'ingénieurs qu'il connaît déjà. Cet ingénieur formé à l'École française de tannerie (ancien nom de l'Itech) avait en effet collaboré avec cet établissement sur l'utilisation de polymères en remplacement du sel dans la conservation de peaux brutes. Le nouveau partenariat porte sur la validation de l'évapo-incinération pour le recyclage de l'eau dans les industries entrant dans les compétences de l'école : cuir et textile. Ce procédé comprend l'évaporation de la phase aqueuse des effluents et l'incinération du concentrat produit. Actuellement, l'évapo-incinération est surtout appliquée au traitement de fluides d'usinage et d'effluents de peinture.

SNF Floerger a financé pendant un an (à hauteur de 45 000 euros) le travail d'une technicienne de l'Itech. « L'entreprise a mis à notre disposition du matériel d'évapo-incinération sur notre plate-forme dédiée au cuir, explique Olivier Gand, responsable de ce projet à l'école d'ingénieurs. Nous avons ainsi réalisé des tests de faisabilité sur les effluents d'entreprises à fort besoin en eau comme les tanneries et teintureries, mais aussi les papeteries. Les résultats sont dans chaque cas satisfaisants. Au lieu de produire de grandes quantités de déchets par l'utilisation classique de floculants, l'évaporation-incinération permet de recycler plus de 80 % de l'eau sur site, mais aussi de réduire considérablement le volume de déchets qui peuvent alors être détruits par incinération. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0852

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies