Nous suivre Industrie Techno

500 000 mètres cubes de déblais partent en croisière

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Un autopont permettra aux dumpers d’évacuer par voie fluviale les déblais issus des travaux de terrassement du nouveau centre de traitement des ordures ménagères d’Issy-les-Moulineaux.

Isséane, le futur centre de traitement des déchets ménagers réalisé par le Syctom (1) entrera en fonction en 2007 en remplacement de l’unité actuelle implantée Quai Stalingrad, environ 500 m plus au sud.

Le projet consiste à créer, sur l’ancien site des usines Renault d’Issy-les-Moulineaux, un bâtiment enfoui jusqu’à 31 m de profondeur. Et ce afin de limiter l’impact visuel et sonore, tous les équipements bruyants étant confinés dans la partie souterraine de l’ouvrage.

Les travaux, qui se déroulent dans un espace urbain des plus confinés - inscrit dans un parallélogramme de 400 x 100 m, coincé entre le quai Roosevelt, les voies SNCF, RATP, et des bâtiments existants - sont réalisés en « top and down », «eu égard aux contraintes de délais particulièrement serrés de 42 mois » précise Olivier Chappard, le directeur du projet de l’entreprise Razel.

Afin d’éviter de transporter par la route 500 000 m3 de terres issues des travaux de terrassement, solution qui aurait nécessité l’équivalent de 50 000 semi-remorques, les responsables ont opté pour une méthode beaucoup plus discrète et respectueuse de l’environnement.

 L’idée ? Evacuer ces déblais  par péniches, en profitant de la proximité de la Seine, située de l’autre côté du boulevard Franklin Roosevelt. Pour enjamber cette artère particulièrement fréquentée, le Syctom avait donc prévu la construction d’un autopont provisoire qui relie désormais le chantier à un appontement de 20 x 30 m, côté fleuve.

Vu la hauteur de chute des matériaux déchargés par les huit dumpers – 11 m entre la plate-forme et le fond des barges -  le bureau d’études de Razel a conçu un évacuateur spécial capable, d’une part, de minimiser les coups de boutoir résultant de l’impact, mais aussi de s’adapter aux différentes configurations : tirant d’eau, largeur des barges, niveau du fleuve, texture des déblais.

Les matériaux sont tout d’abord précipités, d’une hauteur de 5 m, dans une benne intermédiaire de réception, pour être ensuite poussés par un bouclier (type lame de bull) activé par un vérin, la chute finale s’effectuant par l’intermédiaire d’un toboggan inclinable qui assure le centrage du chargement en fonction des différents modèles de barges.

Philippe Donnaes

(1) Le Syndicat Intercommunal de traitement des ordures ménagères regroupe 85 communes de l’agglomération parisienne.

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles